Côte d’Ivoire : Laurent Gbagbo, ses Avocats craignent pour sa santé

Laurent Gbagbo est toujours détenu à La Haye en attendant son procès devant la Cour Pénale Internationale (CPI) prévu pour le 28 janvier 2016. Mais à en croire les Avocats de l’ancien chef de l’Etat ivoirien, des doutes planent sur la santé de leur client. La Défense de Laurent Gbagbo a rencontré ce mardi 10 novembre les experts de la CPI, nous apprend Abidjan.net. Une question reste posée : celle de la santé de Laurent Gbagbo. Le prévenu est-il apte à comparaitre ?

La Défense de Laurent Gbagbo revient à la charge

La Défense de Laurent Gbagbo a rencontré les experts ce mardi 10 novembre, selon Fadi El Abdallah, le porte-parole de la CPI qui a situé les enjeux d’une telle rencontre : « L’objectif de l’examen médical ordonné était de faciliter le règlement de toutes questions relatives à l’aptitude de Laurent Gbagbo à participer au procès. »

Rappelons que les Avocats de Laurent Gbagbo avaient introduit une requête le 27 octobre auprès de la CPI aux fins «d’ordonner la comparution des trois experts, nommés par la Chambre pour fournir leurs rapports respectifs» devant les Juges commis à la tâche mais aussi l’ouverture du procès à Abidjan (la capitale de la Côte d’Ivoire) ou Arusha (Tanzanie).

Les Juges de la Cour avaient répondu favorablement à la première demande et adressé une fin de non recevoir pour la seconde requête. La Cour a renvoyé le procès au 28 janvier 2016 et n’a pas jugé nécessaire de tenir la séance d’ouverture du procès à Abidjan parce que cela pourrait menacer la paix sociale. Pour ce qui est d’Arusha, la Cour ne voit pas l’utilité de tenir l’audience d’ouverture en ces lieux.

Que pensez-vous de la tournure que prend le procès de Laurent Gbagbo ?

Commentaire

commentaires

9 Comments

  1. Flavor Flav 12 novembre 2015 11 h 04 min

    Les responsabilités sont partagées dans la crise post-électorale ayant affligé la Côte d’Ivoire. La CPI est une institution investie d’une mission noble, mais dans ce cas de figure, elle n’est pas dans les conditions qui permettent d’assurer un procès équitable des protagonistes de ladite crise. Pourquoi juger Gbagbo et Cie uniquement et épargner les hommes de Ouattara qui ont commis aussi des exactions ? Ça n’a pas de sens. Le pouvoir en place a déjà initié l’indemnisation, c’est bien mais elle est insuffisante parce qu’elle est valable seulement pour les personnes vivantes L’analyse des résultats des récentes élections indique que la réconciliation au bord de la lagune Ebrié implique un devoir moral de justice à double-sens envers la mémoire de plus de 3000 victimes. A défaut, il faudrait tout simplement libérer les locataires ivoiriens des geôles de la CPI et les impliquer dans le processus de réconciliation afin de garantir la durabilité des résultats.

  2. Reverend buddah 12 novembre 2015 17 h 04 min

    La Cpi ne jugera pas Laurent gbagbo, elle ira de report en report afin que ADO termine sont deuxieme mandat. Si la Cpi venait à reclamer les pros ADO alors on assistera à une negociation ADO ET CPI pour faire revenir les ivoiriens de cette prison.7<>

  3. Pingback: Côte d'Ivoire : conflit ouvert entre la BAD et un proche d'Houphouët-Boigny - Afrique Sur 7

    Pingback: Côte d'Ivoire : Internet, comment Orange gruge les ivoiriens ? - Afrique Sur 7

    Pingback: Côte d'Ivoire : Laurent Gbagbo et ses barons du café et du cacao, c'est fini ? - Afrique Sur 7

    Pingback: Livre : Rencontre avec Dr Raoul DAGAUD "Raison d’être..."

    Pingback: Côte d'Ivoire : formelle, la CPI tranche pour "monsieur Gbagbo..." - Afrique Sur 7

    Pingback: Côte d'Ivoire : fin du premier jour du procès, Gbagbo risque 30 ans de prison - Afrique Sur 7

    Pingback: Procès Gbagbo : coup de tonnerre à la CPI, les noms des témoins révélés - Afrique Sur 7