Gabon : Après les enseignants, les magistrats en grève, le plan Ping en marche ?

Les magistrats gabonais entament dès ce lundi, une grève de 15 jours pour protester contre leurs conditions de travail. Mais certaines personnes y voient des mains occultes de l’opposant Jean Ping.

Les magistrats en grève, quel rapport avec Jean Ping ?

Le Gabon est actuellement un pays survolté où se mêlent tensions politiques et frondes sociales. En effet, après la grève des enseignants de l’éducation nationale, voilà que les magistrats ont décidé de débrayer à leur tour, pour une période de 15 jours renouvelables. Ainsi que l’explique Justin Loundou, vice-président du syndicat des magistrats, à la suite d’une assemblée générale : « On nous a quasiment poussés à la grève. Ça doit être une grève très dure. Il y aura certes un service minimum, mais il n’y aura plus d’audiences dans les tribunaux. » Avant d’en donner quelques justifications : « Comment comprendre que les jeunes magistrats sont obligés de se faire confectionner des toges, alors que la loi prévoit que celles-ci doivent être fournies gratuitement ? » De même, les tribunaux administratifs de Port-Gentil et Franceville ne sont pas fonctionnels, faute de locaux. Les magistrats qui y sont affectés « sont donc oisifs par la faute de l’Administration », martèle-t-il.

En dépit de ces revendications corporatistes, des observateurs y voient une main occulte de Jean Ping. Car, dès son retour au pays, le candidat malheureux à la présidentielle avait déclaré : « Il faut gratter un peu (). Le calme c’est nous qui l’imposons, c’est un pays mort aujourd’hui. » De là à établir une connexion entre les différents évènements au Gabon, il n’y a qu’un pas. Et d’aucuns l’ont vite franchi sans coup férir.

Mais les grévistes ne cessent de clamer leur indépendance vis-à-vis du politique. Pour les hommes à la toge, le Conseil supérieur de la magistrature devrait être présidé par un magistrat. Et pourtant, c’est le chef de l’État qui continue d’en assurer la présidence, conformément à la Constitution. D’où les affectations arbitraires et anarchiques qu’ils ne cessent également de dénoncer.

Le bras de fer Jean Ping – Ali Bongo Ondimba se poursuivrait-il également sur le front social ?

Vous voulez joindre la rédaction de AFRIQUE-SUR7.FR, envoyez-nous un message à l’adresse : INFOS@AFRIQUE-SUR7.FR. Nous reprendrons contact avec vous si besoin.

Commentaire

commentaires

Comments are closed.