Congo-Brazza : rencontre avec Trump, une arnaque de Sassou-Nguesso ?

La rencontre annoncée en grande pompe entre Donald Trump et Denis Sassou-Nguesso n’aura finalement pas lieu. La porte-parole du président américain a annoncé qu’une telle rencontre n’était nullement à l’ordre du jour. Contrairement à ce qu’avait affirmé le ministre Moungala.

Sassou-Nguesso avait-il effectivement rendez-vous avec Trump ?

L’on est tenté de s’interroger sur la supposée rencontre entre Donald Trump et Denis Sassou-Nguesso. Car la dichotomie est telle qu’elle frise une véritable arnaque. En effet, Thierry Moungala, ministre congolais de la Communication, avait publié un communiqué officiel faisant état d’une rencontre entre le président américain et son homologue congolais, ce mardi 27 décembre, en sa qualité de président du Comité de haut niveau de l’Union africaine sur la crise libyenne. Que nenni! Une porte-parole du nouveau locataire de la Maison-Blanche a indiqué de façon péremptoire qu’une telle rencontre n’a nullement été programmée. Du moins, pas avant le 20 janvier 2017, date de prise de fonction officielle du président Trump.

Et pourtant, Brazzaville avait affiché un certain enthousiasme à l’idée d’être le premier président africain reçu par Trump. Mais au vu du démenti du cabinet du successeur de Barack Obama, plusieurs interrogations fusent çà et là. Une rencontre Trump – Sassou-Nguesso avait-elle été réellement programmée ? Cette rencontre aurait-elle été déprogrammée au dernier moment suite à quelques interpellation du côté américain ? Le président congolais aurait-il voulu forcer la main à son homologue américain pour se donner une certaine légitimité dans son pays ? Ou bien était-ce tout simplement un coup de communication de la présidence congolaise ?

Quoi qu’il en soit, la rencontre entre les deux hommes d’État n’a pas eu lieu, hier. Même si Jean-Claude Gakosso, ministre congolais des Affaires étrangères, soutient mordicus que cette rencontre aura bel et bien lieu, il n’en demeure pas moins que le désaveu des autorités américaines est sans ambages. Les espoirs placés par le pouvoir congolais en cette rencontre viennent de s’écrouler comme un château de cartes. Attention donc au revers de la médaille à Brazzaville, surtout que l’opposition congolaise continue de dénoncer le déficit de démocratie, de respect des droits humains et de l’État de droit au Congo. De même, les controverses sur la réélection du chef d’État congolais pourraient être remises au goût du jour.

Vous voulez joindre la rédaction de AFRIQUE-SUR7.FR, envoyez-nous un message à l’adresse : INFOS@AFRIQUE-SUR7.FR. Nous reprendrons contact avec vous si besoin.

Commentaire

commentaires

Comments are closed.