Côte d’Ivoire: Le Ministre de l’intérieur Hamed Bakayoko justifie les « microbes »

Le Ministre d’Etat ministre de l’intérieur Hamed Bakayoko s’est prononcé  sur le phénomène des « microbes », ces jeunes délinquants connus pour leurs attaques à l’arme blanche et qui endeuillent fortuitement toute la Côte d’Ivoire sans que le gouvernement ne résolve le fléau.

Hamed Bakayoko, Ministre de l’intérieur, parle des « microbes »

Sans détours, le Ministre de l’intérieur Hamed Bakayoko a conclu que les « microbes » « sont des victimes de la guerre », et à cet effet, il est plus qu’impérieux de réfléchir à « un plan pour réduire la capacité de nuisance » de ces enfants « en rupture avec la loi », a affirmé Hamed Bakayoko.

 Pour lui, cette année 2017 doit permettre de mettre en place la stratégie de resocialisation de ces jeunes délinquants :« Cette année, nous allons avoir un plan pour les resocialiser » en vue « de réduire cette capacité de nuisance parce que ces jeunes sont des victimes de la guerre », a t-il indiqué, en marge de la cérémonie de présentation de vœux  au Palais présidentiel.

« On sait que nos compatriotes sont très choqués par cette situation », a reconnu M. Bakayoko, expliquant que ces gangs de mineurs connus pour s’adonner à des vols et agressions sanglantes à l’arme blanche, « portent en eux des germes de violences », car « ils ont grandi dans un environnement où il y avait des coups de feu partout », lors de la crise post-électorale. « Ce n’est pas que par la répression », mais « il faut donner une chance à ces enfants en rupture avec la loi de redevenir des hommes sociables », a t-il préconisé.

De victimes de guerre comme le justifie le Ministre, ces jeunes délinquants sont devenus des bourreaux d’une nouvelle guerre qu’ils font aux citoyens paisibles et sans défense ni secours véritable du gouvernement. Que faut-il croire ou conclure dans ce cas?

 

Vous voulez joindre la rédaction de AFRIQUE-SUR7.FR, envoyez-nous un message à l’adresse : INFOS@AFRIQUE-SUR7.FR. Nous reprendrons contact avec vous si besoin.

Commentaire

commentaires

Comments are closed.