Côte d’Ivoire : Quand le procès Gbagbo met à nu le dispositif sécuritaire ivoirien

Les trois derniers témoins intervenants au procès Gbagbo à la CPI se sont particulièrement focalisés sur le dispositif sécuritaire ivoirien. Que ce soit Dosso Sinaly, Adomo Bonaventure ou encore Bredou M’Bia, tous les témoignages avaient trait aux activités des FDS.

Le dispositif sécuritaire de la Côte d’Ivoire dévoilé par les témoins

À vouloir établir le plan commun qu’auraient mis en oeuvre Laurent Gbagbo et son camp pendant la crise post-électoral, c’est tout le dispositif sécuritaire de la Côte d’Ivoire qui est porté à la place publique. En effet, durant cette période tumultueuse, les forces de défense et de sécurité ont mis en place un dispositif d’action. Cependant, c’est l’ensemble de leurs mouvements et leurs pseudonymes de couverture qui ont été dévoilés lors du procès.

Dosso Sinaly, expert en écoute privé passe à la barre de la CPI

L’ex-militaire Dosso Sinaly a révélé avoir piraté le PC radio de la police, de la gendarmerie ainsi que celui de l’armée afin de pouvoir écouter et savoir les différents mouvements des troupes sur le terrain. De même, Azur, Mercure, Appolon, Balzac, Cosmos, Faucon, sont autant de noms de code qu’il n’a pas hésité à dévoiler. Révélant par moment la chaîne de commandement et la manière dont fonctionnaient les forces armées ivoiriennes. Il s’est également adonné à des analyses personnelles pour mieux appuyer sa déposition. De même, le témoin a révélé qu’il suffisait pour toute personne désirant écouter les forces armées ivoiriennes d’acquérir n’importe quel poste radio pouvant capter les bandes VHF et UHF, et le tour est joué.

Le témoin Adomo Bonaventure dit craindre pour sa sécurité

Quant au commissaire Adomo Bonaventure Séverin, il a mis à nu le dispositif mis en place par la police nationale. Ce témoin qui dit craindre pour sa sécurité, a relaté avec détails, le fonctionnement des commissariats et districts de polices d’Abidjan. Il a par ailleurs donné le fonctionnement officiel des différents PC radio mis en place pour coordonner les activités sécuritaires. Le commissaire s’est également appesanti sur la manière dont la préfecture, les districts et les commissariats de police d’Abidjan fonctionnaient. L’actuel Directeur Opérationnel de l’Unité de Lutte Contre les Crimes Transnationaux a également fait d’énormes révélations sur la police.

Bredou M'Bia crée un incident à La Haye

Enfin, c’est le même son de cloche pour l’actuel témoin qui n’est autre que Bredou M’Bia, l’ex-DG de la police nationale. L’Administrateur général de la police nationale s’est également mis à table pour donner les détails du fonctionnement du corps qu’il a dirigé près de 10 ans durant. Ce fût également un témoignage qui donne les détails de l’appareil sécuritaire ivoirien. M. Bredou n’a pas encore fini de déposer, mais tout porte à croire qu’il fera davantages de révélations.

Aussi, avec tous ces témoignages, l’on se demande de savoir si la Côte d’Ivoire est encore convenablement protégée. Car certaines informations qui pouvaient être classées secret défense ont toutes été mises à la place publique. Qu’est-ce qui pourrait donc rester de l’édifice défensif de la Cote d’Ivoire après ce procès ? Surtout que d’autres généraux sont attendus à la barre ?

Vous voulez joindre la rédaction de AFRIQUE-SUR7.FR, envoyez-nous un message à l’adresse : INFOS@AFRIQUE-SUR7.FR. Nous reprendrons contact avec vous si besoin.

Commentaire

commentaires

Comments are closed.