Côte d’Ivoire : Un coup le Premier ministre Gon Coulibaly accepte

M. Amadou Gon Coulibaly, Premier ministre de Côte d’Ivoire, doit se démarquer de tous ceux passés à ce poste avant lui. Il ne peut le faire sans prendre de décisions fortes susceptibles de froisser certains de ses amis et collaborateurs. Oser ce pari pourrait lui rapporter bien au-delà de son espérance puisqu’il deviendrait assurément l’homme du peuple, une image qu’il n’a pas et qui devrait lui faire défaut dans la course pour succéder au Président Ouattara.

Gon Coulibaly ne devrait-il pas serrer la vis ?

Il est donc bien de rappeler au troisième personnage du pourvoir actuel ce qu’attendent de lui ses compatriotes. Depuis le temps du président Félix Houphouët-Boigny à aujourd’hui, il y a des habitudes indigestes qu’ont adopté les politiciens ivoiriens toutes tendances confondues. M. Amadou Gon Coulibaly a là l’occasion d’y mettre fin afin de donner à la nation ivoirienne des politiciens qu’elle mérite. Des hommes et femmes capables de prendre à bras le corps les problèmes de leurs citoyens.

La Côte d’Ivoire a besoin de dirigeants neufs, de personnes qui la regardent avec les yeux de sa population plutôt qu’avec les lunettes des statisticiens cachés à l’autre bout du monde. Très souvent, ces petits techniciens des agences de notation, depuis leurs bureaux parisiens, londoniens ou américains, pondent des rapports qui ne sont vrais que dans leur esprit. Malheureusement, c’est ce type de rapport qui sert de boussole à nos autorités. Conséquence, il y a toujours un grand décalage entre les aspirations du peuple et les priorités des dirigeants.

Les propositions au chef du gouvernement M. Gon Coulibaly

1 – Le Président de la République, Ministres, les Députés, Maires, gradés de l’armée, Chef d’institutions et Dirigeants des sociétés de l’État devraient être interdits de se soigner ailleurs qu’en Côte d’Ivoire, en cas de maladie. S’ils ne veulent pas mourir comme les nombreux Ivoiriens parfois livrés à eux même, ils trouveront bien les moyens de s’influencer mutuellement pour offrir au pays de meilleures infrastructures sanitaires et les spécialistes de différentes pathologies. Des dirigeants qui sont maitres de leur santé sont aussi des dirigeants un peu plus libres. Un président ne peut par exemple revendiquer d’indépendance s’il n’est pas fichu d’assurer sa santé et celle et de ses collaborateurs chez lui. La France que tous se pressent de prendre d’assaut à la moindre démangeaison a fait ces investissements pour sa population. Les dirigeants de ce pays ne se soignent ni aux USA ou en Angleterre, ils fréquentent les mêmes hôpitaux que les personnes les plus démunies chez eux. Pourquoi ? Parce que leur système de santé est efficace aussi bien pour soigner un pauvre qu’un riche.

2 – Les différents dirigeants ne devraient posséder aucun compte bancaire à l’étranger non plus. Cette mesure les amènera à engager de vraies réformes dans le secteur bancaire ivoirien afin de disposer de moyens de paiement acceptés partout dans le monde. Elle permettra aussi à la Haute Autorité pour la Bonne Gouvernance de connaitre le vrai patrimoine de chacun. Ces derniers déclarent régulièrement des échantillons de leurs biens en Côte d’Ivoire et logent le plus gros à l’étranger. D’autres placent même des fonds détournés des caisses de l’État dans des paradis fiscaux. Tout cela rend inefficace l’action de l’institution dirigée par M. Seydou Diarra.

3 – Ces différents dirigeants ne devraient plus avoir la possibilité d’inscrire leurs enfants dans des écoles privées en Côte d’Ivoire et à l’étranger. Il est inconcevable de voir des personnes chargées de créer ou de rendre performant un système éducatif lui accorder si peu de confiance. Et s’il manque des filières importantes dans les écoles et universités publiques, et le ciel sait qu’il en manque, c’est seule une telle mesure qui va encourager ces derniers, ceux-là qui veulent toujours le meilleur pour leurs enfants, à mettre dans le circuit éducatif ivoirien ce qu’il lui manque.

Ces mesures en apparence simplistes devraient être efficaces pour recadrer des politiciens qui n’ont de pragmatique que les discours, jamais les actes.

Un bonjour du Kpakpato d’Afrique-sur7.

Commentaire

commentaires

Comments are closed.