Côte d’Ivoire : Laurent Pokou conduit à sa dernière demeure ce samedi

Laurent Pokou reposera à jamais sur la terre de ses pères à Tiassalé, ce samedi 25 février. Après son décès le 13 novembre dernier, la levée du corps de la légende du football africain a eu lieu ce vendredi. Les autorités ivoiriennes qui ont pris en charge ses obsèques étaient représentées au plus haut niveau.

Un hommage plus que mérité pour Laurent Pokou

Qui ne se souvient pas des exploits réalisés par « L’Homme d’Asmara » sur les stades africains et même français ? Cet attaquant prolifique qui pouvait marquer but sur but au cours d’un même match et dans toutes les positions. L’homme de qui le Roi Pelé disait « tu aurais dû naître Brésilien » a tiré sa révérence à 69 ans. Laurent Pokou sera donc inhumé ce samedi à Tiassalé, sa ville d’origine. À cet effet, les autorités ivoiriennes n’ont ménagé aucun effort pour prendre en charge les obsèques de l’illustre disparu. Aussi, le vice-président Daniel Kablan Duncan et le PM Amadou Gon Coulibaly étaient présents à Ivosep pendant la levée de corps.

Bien entendu, l’homme mérite d’être élevé au Panthéon des sommités du football africain et même mondial. Fin dribbleur, rapide, physique et doté d’une intelligence tactique, il a marqué tous les stades sur lesquels il a joué. Son record de 14 buts lors de deux éditions de CAN n’a été battu qu’en 2008 par Samuel Eto’o Fils. Surnommé l’Homme d’Asmara, il doit ce sobriquet à l’exploit face à l’Éthiopie, inscrivant 5 buts, dont 4 en 30 minutes. Au Stade Rennais comme à l’As Nancy Lorraine, il demeure une icône vénérée jusqu’à ce jour.

C’est donc ce grand homme qui s’est éteint à la Polyclinique internationale Sainte Anne-Marie (Pisam) d’Abidjan après une longue maladie. Laurent N’Dri Pokou a certes tiré sa révérence, mais les grands hommes ne meurent jamais, car leurs oeuvres resteront à jamais gravées dans la mémoire collective.

Commentaire

commentaires

Comments are closed.