Côte d’Ivoire : Gnamien Konan dénonce une arnaque au concours de l’ENA

Gnamien Konan n’y est pas allé de main morte pour critiquer vertement ses prédécesseurs au ministère de la Fonction publique. L’ex-ministre de la Fonction publique a dénoncé les différents frais que font payer ses successeurs pour le concours de l’ENA.

Gnamien Konan tire à boulets rouges sur ses successeurs

C’est à croire que le divorce est totalement consommé entre Gnamien Konan et ses anciens alliés du RHDP. En effet, le président de l’Union pour la Côte d’Ivoire (Upci) a fustigé les pratiques qui ont cours actuellement au concours d’entrée à l’École nationale d’Administration (ENA). Ainsi, l’ex-ministre de la Fonction publique et de la Reforme administrative a tenu des propos d’un ton très acrimonieux : « Les frais de concours me paraissent injustifiés au point que je les ai qualifiés d’arnaque. C’est de l’arnaque. C’est l’agrobusiness. »

Sans démordre, l’ex-DG de la Douane a poursuivi sa conférence de presse, encore plus sarcastiques : « Lorsque vous voulez recruter un comptable et que vous lancez le concours de l’Ena, vous ne pouvez pas permettre à des sociologues, à des psychologues, à des chimistes de venir à ce concours. Mais on s’en fout. Parce que ce qui nous intéresse, ce sont les frais de concours. »

Pour l’ex-membre du RHDP, les ministres Cissé Bacongo et Pascal Kouakou Abinan ne lui auraient nullement emboité le pas. Et pourtant il dit avoir travaillé d’arrache-pied à la tête dudit ministère pour faciliter la tâche à ses successeurs. Mais ces derniers l’auraient carrément pris à contre-pied, se lançant dans une course effrénée à l’argent. Car plus il y auraient de candidats, plus les frais recueillis pour ces concours deviennent de plus en plus importants.

Mettant en exergue son propre bilan au sein de ce ministère, Gnamien Konan s’est voulu formel : « Quand j’étais ministre de la Fonction publique, aucun Ivoirien n’a payé le moindre sou pour le moindre concours. Lorsque j’étais encore au ministère, ni les candidats ni les bacheliers ne payaient. » « Mais pourquoi mes successeurs font payer les gens ? Pourquoi ? » s’interroge-t-il.

Notons que Gnamien Konan avait été éjecté de l’équipe gouvernementale en novembre dernier, en même temps qu’Albert Toikeusse Mabri. Il était reproché à ces deux membres du RHDP de voguer à contre-courant lors des législatives.

Commentaire

commentaires

Comments are closed.