Face à la pauvreté, la Banque mondiale vole au secours de l’Afrique subsaharienne

Face à la sècheresse, la famine et la pauvreté grandissante en Afrique subsaharienne, les responsables de la Banque mondiale s’activent. Aussi, Jim Yong Kim, président de l’institution, a-t-il décaissé environ 57 milliards de dollars pour plusieurs pays africains.

La Banque mondiale casse sa tirelire pour l’Afrique

L’Afrique subsaharienne est en proie à plusieurs difficultés en ce moment. Cette profonde crise a poussé les Institutions de Bretton Woods à faire un geste en faveur des populations y vivant. Ainsi, Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale a-t-il ordonné le décaissement de 57 milliards de dollars, soit 30.000 milliards de francs CFA, en guise de subventions et de prêts sans intérêt. Ces fonds serviront prioritairement à engager des actions de développement et à financer des projets, vecteur de création d’emplois. De même, des solutions anticipées pourraient être trouvées aux chocs et autres crises externes auxquels ces pays sont en proie.

Notons que la mise en place de ce fonds a nécessité un concours de  l’Association internationale de développement (AID). Cette institution a déboursé à elle seule 45 milliards de dollars, (24 milliards de francs CFA) sur la somme octroyée. Ce n’est nullement un geste isolé, car ce groupe de la BM a pour habitude de voler au secours des pays moins favorisés à travers la planète. Plusieurs centaines de projets dans les infrastructures, l’éducation, l’assainissement et la santé seront donc boostés grâce à ce fonds.

Cependant, plusieurs observateurs africains appellent à un suivi rigoureux des dépenses pour éviter que ce fonds soit utilisé à d’autres fins. Surtout qu’il est de coutume en Afrique que certaines autorités détournent, à leur propre profit, les deniers publics.

Commentaire

commentaires

Comments are closed.