Burkina-Faso: le sort de Blaise Compaoré scellé

Blaise Compaoré, ex-président du Burkina-Faso, avait été évincé du pouvoir le 31 octobre 2014 par une insurrection populaire à cause de son obstination à contourner la Constitution de son pays, pour se maintenir au pouvoir. En exil en Côte d’Ivoire, depuis le jeudi 16 juillet dernier à Ouagadougou, il est accusé de « Haute trahison » et d’  » attentat à la Constitution » par les Députés du Parlement par intérim. Certainement, il paraîtra devant la Haute Cour de justice selon les propos de RFI.

Les lignes bougent au Burkina-Faso

Cela est avéré, l’ancien compagnon de Thomas Sankara, Monsieur Blaise Compaoré est accusé de haute de trahison et d’attentat à la Constitution par les autorités assurant la transition du pouvoir au Burkina-Faso. Mais, il n’est pas seul dans cette aventure; son gouvernement au grand complet est aussi accusé d’  » assassinat et coups et blessures volontaires ». Du moins, les autorités présentes au Conseil des Ministres du 21 octobre 2014 où il était question de projet de révision constitutionnelle. Ce projet avait été adopté. La suite, on la connaît.

Abdoulaye Soma, juriste spécialiste du droit constitutionnel, affirme que la Haute Cour de justice  » a  été opérationnalisée, elle est donc fonctionnelle »; juste attendre que les dossiers soient transmis et cette Cour pourra «  entrer en action ».

Le sort de Blaise Compaoré

Au Burkina-Faso, la peine de mort est encore en vigueur. Ne faut-il pas craindre pour cet président déchu, un emprisonnement à perpétuité ou même la peine de mort?

 

Commentaire

commentaires