Coup d’État au Burkina : CEDEAO, ONU et UA exigent la libération de Kafando et Zida

La CEDEAO, ONU et UA ont exigé la ‘’libération immédiate des otages’’ du RSP que sont le président du Burkina-Faso Michel Kafando, le Premier ministre Yacouba Isaac Zida et les membres de son gouvernement.

CEDEAO, ONU et UA ne veulent pas laisser passer…

Le Burkina-Faso fait face à une tentative de coup d’État du RSP, un corps de l’armée burkinabé réputé très proche de l’ancien président Blaise Compaoré, réfugié en Côte d’Ivoire voisin. Alors que le président de la transition Michel Kafando, son Premier ministre Yacouba Isaac Zida et des membres de son gouvernement étaient en conseil de ministres mercredi, les militaires de la RSP ont fait irruption au palais du Kosyam.

Depuis, ces derniers détiennent plusieurs personnes, y compris le président Michel Kafando et son Premier ministre Yacouba Isaac Zida. La CEDEAO, ONU et UA qui accompagnent la Transition au Burkina-Faso (GISAT-BF) ont réagi à cette tentative de renversement du régime en place dans un communiqué. Ces trois organisations disent avoir ‘’appris avec consternation la séquestration par le Régiment de la sécurité Présidentielle du président du Faso, Michel Kafando, le Premier ministre Yacouba Isaac Zida, ainsi que des ministres de la transition, en plein Conseil des ministres au palais de Kossyam’’.

Pour ces trois organisations, cet acte est une ‘’violation flagrante de la Constitution et de la Charte de Transition’’. Elles exigent donc la ‘’libération immédiate des otages’’. Le RSP est tenu pour responsable de tout ce qui adviendra de l’intégrité physique du président Michel Kafanfo, de Yacouba Isaac Zida et des autres personnalités détenues avec eux.

Pour la CEDEAO, ONU et UA, rien ne doit entraver le processus de transition au Burkina-Faso qui doit aboutir aux élections le 11 octobre 2015.

Déjà hier, plusieurs Burkinabés sont descendus dans les rues pour contester cette tentative de renversement du gouvernement. Des coups de feu ont été entendus dans le quartier de Ouaga 2000 où d’autres militaires opposés à l’entreprise du RSP cherchaient à en découdre.

Vous voulez joindre la rédaction de AFRIQUE-SUR7.FR, envoyez-nous un message à l’adresse : INFOS@AFRIQUE-SUR7.FR. Nous reprendrons contact avec vous si besoin.

Commentaire

commentaires