Côte d’Ivoire : Guillaume Soro face aux démons du passé ?

Guillaume Soro est au centre de plusieurs affaires ces temps-ci. Les dernières en date : l’une qui l’oppose à Michel Gbagbo, fils de l’ancien Chef de l’Etat ivoirien Laurent Gbagbo, qui a porté une plainte contre dix chefs rebelles et lui pour traitement inhumain et dégradant, et l’autre qui se rapporte à sa possible implication dans le coup d’Etat manqué au Burkina Faso. Décryptons ensemble ces deux enquêtes judiciaires dans lesquelles l’actuel Président de l’Assemblée Nationale ivoirienne a été cité.

Côte d’Ivoire : Guillaume Soro est régulièrement cité dans des enquêtes judiciaires

Guillaume Soro est régulièrement cité dans plusieurs enquêtes judiciaires. L’actuel Président de l’assemblée Nationale ivoirienne a été convoquée par la justice française pour une audition en qualité de témoin assisté le 21 octobre. A l’origine, une plainte portée par Michel Gbagbo contre Guillaume Soro et dix chefs rebelles pour traitement inhumain et dégradant, alors qu’il était écroué à Bouna (Nord de la Côte d’Ivoire) au lendemain de la crise post-électorale ivoirienne.

La juge d’instruction du Tribunal de grande instance de Paris, Sabine Kheris devrait donc auditionner Guillaume Soro dans le cadre de cette affaire.

A cela s’ajoute la perquisition de la résidence de Guillaume Soro à Ouagadougou le 6 octobre dernier. Le motif évoqué est : un appel téléphonique d’une quinzaine de minutes avec Djibril Bassolé, un des présumés commanditaires du putsch manqué du 17 septembre au Burkina Faso, actuellement incarcéré tout comme le Général Gilbert Diendéré pour attentat à la sûreté de l’Etat et haute trahison.

Au vu de ses démêlés avec la justice, comment envisagez-vous l’avenir de Guillaume Soro  ?

Commentaire

commentaires