Maroc: les migrants ont rejoint l’Espagne contre vents et marrées

Par le Maroc, des centaines de migrants ont rejoint l’Espagne ce vendredi matin 17 février 2017, contre vents et marrées. Ces hommes résolus, ont forcé devant les Policiers, les hautes barrières de Ceuta.

Des migrants rejoignent l’Espagne par le Maroc

Sacrés migrants que ceux là qui ont rejoint ce vendredi matin 17 février 2017, l’Espagne via le Maroc. On pouvait les voir semer les autorités policières présentes sur les lieux pour les empêcher d’atteindre leur but avec une dextérité hors du commun.

Des centaines de migrants d’Afrique subsaharienne ont réussi ce matin à franchir la barrière située à la frontière entre le Maroc et l’enclave espagnole de Ceuta. Selon les gardes civiles, 500 migrants originaires d’Afrique subsaharienne sont parvenus à franchir ce vendredi la barrière séparant le Maroc de l’enclave espagnole de Ceuta.

Les dégâts en majorité humaine, ont été partagés entre migrants et forces de sécurité. L’on pouvait noter dans les deux camps plusieurs blessés, aussi bien du côté des migrants que des membres des forces de l’ordre. Le Gouvernement marocain, dépassé par cette prouesse, n’a fait que condamner de telles agissements et promet renforcer ses mesures de sécurité pour prévenir d’éventuelles migrations.

La semaine dernière, plus de 200 migrants nigériens avaient été ramenés dans leur pays d’origine, plutôt que de les laisser aller à la mort dans les eaux de la méditerranée. 50 femmes faisaient partie de ce nombre.

La dernière tentative d’entrée massive remonte à la nuit du Nouvel an, quand un millier de migrants avaient essayé de franchir la barrière grillagée de six mètres entourant l’enclave.

Lire la suite.

Nigeria: un remède contre le VIH/Sida remis en cause par le Gouvernement

Le Gouvernement du Nigeria vient de remettre en cause le remède contre le VIH/Sida découvert par le Chercheur, Pr Maduike Ezeibe, qui maintient la position de l’efficacité de sa trouvaille.

Le Gouvernement du Nigeria doute du remède contre le VIH/Sida du Pr Ezeibe

Les raisons avancées par le Gouvernement du Nigéria pour remettre en cause les résultats de la découverte du remède contre le VIH/Sida du Pr Maduike Ezeibe, sont d’ordre méthodologique.

Selon le Ministre de la Santé au Nigeria, par ailleurs Professeur Isaac Adewole, sans l’approbation de son institution, la trouvaille ne saurait être valide: « Sur la question du VIH, nous n’avons pas encore reçu le rapport final du directeur général de l’Institut nigérian des recherches médicales », confiait-il à la presse hier jeudi 16 février 2017.

Sans totalement rejeter le remède en question, le ministre de la Santé a fait noter que « personne n’est autorisée à mener des expériences ou des recherches sur des êtres humains sans une approbation éthique ». Le ministre a soutenu que les autorités attendent toujours un rapport de l’Institut de recherche médicale sur le fait qu’Ezeibe ait découvert le remède pour le VIH/Sida.

Soutenus toutefois par le Sénat, les travaux du Pr Ezeibe sont préconisés à l’Agence nationale de développement des soins de santé primaires pour authentifier l’effet du remède en question.

La majorité des Nigérians trouve que le Pr Ezeibe mérite des encouragements et des félicitations rien que pour cette entreprise hautement humaniste, et condamne l’attitude du Gouvernement tendant à décourager la recherche dans la lutte anti-VIH/Sida.

Le Pr Maduike Ezeibe est chercheur en médecine vétérinaire à l’Université de l’Agriculture Michael Okpara dans l’Etat d’Abia. Sa découverte aurait déjà guéri 10 personnes vivant avec le VIH.

Lire la suite.

Ghana: le Président Akufo-Addo réduit de 50 soldats son contingent en Gambie

Le Président du Ghana, Nana Akufo-Addo envisage de réduire le contingent ghanéen en activité en Gambie, de 50 soldats environ. Ce contingent, au départ, comptait 208 soldats.

Le contingent du Ghana en Gambie réduit de 50 soldats par le Président Akufo-Addo

Le Président du Ghana a manifesté la volonté de réduire son contingent en Gambie de 50 soldats. Par la bouche de son ministre de la Défense, Dominique Nitiwul, l’information a été rendue publique avant-hier mercredi 15 février 2017, à Accra, lors de la présentation de son rapport au parlement sur l’évolution de de la mission ghanéenne en Gambie.

A ce propos, il a déclaré que « Conformément à la politique de réduction des effectifs, la contribution des troupes du Ghana sera réduite à 50 hommes », a révélé le Ministre de la Défense.

Pour rappel, le Ghana avait déployé plus de 200 soldats en Gambie pour aider à faire respecter le verdict des urnes, au cas où l’ex-président Yahya Jammeh s’opposait à laisser le pouvoir au nouveau vainqueur des élections. La mission étant achevée, le Gouvernement ne juge plus opportun de maintenir un contingent en surnombre en Gambie.

C’est pourquoi encore, en rapport avec ce plan de retrait, la Défense a annoncé que 158 soldats rentreront au bercail en début de semaine prochaine plus précisément les 20 et 21 février. Les autres soldats du contingent qui resteront en Gambie, auront la responsabilité de sécuriser les Ghanéens vivant sur le sol gambien.

Cette mesure prise par le ministère de la Défense, vise aussi à faire des économies sur l’enveloppe budgétaire allouée à cette mission, soit une somme de 450 000 dollars US (environ 280 millions de F Cfa).

Lire la suite.

Kenya/élections 2017: La Commission Électorale Indépendante (IEBC) se donne du temps

Pour la réussite des élections de 2017 au Kenya, la Commission électorale indépendante (IERC) a décidé de se donner le temps nécessaire pour ne rien faire dans la précipitation.

La Commission électorale du Kenya prolonge le temps du recensement pour les élections de 2017

Le kenya aura des élections cette année 2017. Pour cela, la Commission électorale indépendante (IEBC) a décidé de faire les choses dans les règles de l’art de sorte qu’il n’y ait pas de troubles graves comme par le passé.

Le recensement électoral qui devait prendre fin le mardi dernier vient d’être prolongé de deux jours, grâce à la clairvoyance d’un tribunal kenyan à Nairobi. Le souci de cette juridiction est de faire tout son possible pour garantir des élections générales, présidentielles et législatives, en août 2017 prochain avec le maximum de justice impartiale.

Pour l’ordonnance rendue, le juge Chacha Mwita a demandé à la Commission Électorale Indépendante de poursuivre les inscriptions sur le registre électoral en attendant l’audition de l’affaire ce jeudi 16 février. Le juge Mwita a rendu l’ordonnance suite à un procès intenté par un citoyen Okiya Omtatah contre l’IEBC sous prétexte que le recensement ne peut être clos qu’à deux mois des élections générales.

Conscients et soucieux des enjeux que revêtent ces élections générales pour leur pays, les Kényans ne se font pas prier pour aller s’inscrire sur les listes électorales. Par rapport à cet empressement, Paul Kones, le coordonnateur intérimaire de l’IEBC dans la région du Rift central, a déclaré que le nombre d’électeurs inscrit s’est accru le lundi dernier.

Certes, ils attendent le verdict du tribunal quant à la prolongation du recensement électoral, mais quand même ils se rendent en masse dans des bureaux électoraux pour s’inscrire ou pour vérifier l’effectivité de leur nom sur le registre.

Pour s’inscrire sur le registre électoral, tout Kényan âgé d’au moins 18 ans et disposant d’une carte d’identité ou d’un passeport valide peut s’inscrire sur les listes électorales. Pour cette opération, la Commission Electorale entend enregistrer plus de 22 millions d’électeurs.

Lire la suite.

Cameroun:le Président Paul Biya en Italie pour une urgence sécuritaire

Le Président du Cameroun, Paul Biya, se prépare pour une visite d’urgence sécuritaire en Italie qui devrait avoir lieu dans le mois de Mars prochain.

Paul Biya, le Président du Cameroun, en Italie pour des raisons sécuritaires

Le Président du Cameroun, Paul Biya, se rendra en Italie du 20 au 22 mars 2017 prochain, pour une visite d’Etat dans le cadre de la lutte contre le terrorisme au Cameroun.

Après avoir reçu Sergio Mattarella, le Président de l’Italie, en visite d’Etat au Cameroun, du 17 au 20 mars 2016, le président camerounais sera à son tour, reçu en Italie, du 20 au 22 mars 2017.

Lors de la visite du Président italien au Cameroun, précisément à Yaoundé, il était question pour les deux Chefs d’Etat de passer en revue les problèmes liés à la sécurité du Cameroun et des régions environnantes. Le cas du terrorisme a été principalement évoqué outre d’autres difficultés régionales et internationales.

L’attention de la Communauté Internationale a été attirée par les deux hommes notamment sur les questions liées au terrorisme. Le Président Biya a profité de ces échanges pour demander ouvertement l’aide de l’Italie dans la lutte contre Boko Haram au Cameroun.

Cette requête a dû être acceptée vu les nombreux accords de coopération qui ont été signés entre Yaoundé et Rome, lors de cette visite. Au plan bilatéral, les deux chefs d’Etat ont manifesté le désir de renforcer davantage la coopération entre leurs deux pays. Ils s’étaient accordés sur la nécessité de renforcer les échanges économiques et commerciaux entre le Cameroun et l’Italie.

La visite du Président camerounais en Italie en Mars prochain sera la concrétisation des résolutions prises entre les deux hommes pour enrayer le terrorisme au Cameroun. D’où la forte présence ces jours-ci d’hommes d’affaires italiens à Yaoundé qui semblent annoncer que bientôt le climat des affaires sera propice aux investissements au Cameroun.

Lire la suite.

Maroc: le roi Mohammed VI en visite de deux jours au Ghana

Le roi Mohammed VI du Maroc se rendra ce jeudi 16 février 2017 au Ghana dans le cadre d’une visite d’affaires qui durera deux jours. L’arrivée sur le sol ghanéen de la forte délégation marocaine avec à sa tête le roi en personne, est prévue pour cet après-midi.

Le roi Mohammed VI en visite au Ghana pour des affaires

Ayant choisi le Ghana comme nouvelle destination pour des affaires, le roi Mohammed VI du Maroc sera dans quelques heures sur le sol ghanéen pour une visite de coopération qui va durer deux jours. Le souverain marocain qui arrive à 17h (heure locale) à l’aéroport international d’Accra, sera accueilli par le Président Nana Akufo-Addo, qu’il a rencontré pour la première fois lors du dernier sommet de l’UA qui s’est récemment tenu à Addis-Abeba, en Ethiopie.

Le roi Mohammed VI ne sera pas seul au pays de Kwame Nkrumah. Une forte délégation d’hommes d’affaires marocains va l’accompagner pour d’importantes séances de travail, dans le but d’ouvrir de nouveaux pôles d’investissements juteux et rentables pour les deux pays.

Outre l’identification de nouveaux domaines de coopération entre les deux pays, le séjour du roi Mohammed VI a également pour but d’approfondir les relations cordiales entre le Ghana et le Maroc. Cette visite du roi marocain au Ghana avait été programmée le 18 janvier dernier avant d’être annulée à la dernière minute.

Mais à présent, c’est chose faite, car dans quelques heures, les deux premières autorités du Ghana et du Maroc vont procéder aux traditionnelles accolades diplomatiques et passer aux choses sérieuses susmentionnées.

Lire la suite.

Bénin: les pays africains concernés par la suppression du visa d’entrée

Le Bénin vient de dresser la liste des pays africains qui n’auront plus besoin d’un visa d’entrée sur son territoire. Le Président béninois Patrice Talon vient de tenir une promesse électorale, celle de supprimer les visas d’entrée de court séjour pour une trentaine de pays africains.

Suppression de visa d’entrée au Bénin pour certains pays africains

Le Bénin a indiqué les pays africains qui n’auront plus à présenter un visa pour avoir accès au sol béninois pour un séjour de moins de 90 jours. Ce sont au total 30 pays de toutes les régions du continent africain qui sont concernés par cette mesure, à savoir :  » Afrique du Sud, Angola, Botswana, Comores, Cameroun, République centrafricaine, République du Congo, République Démocratique du Congo, Djibouti, Érythrée, Éthiopie, Gabon, Guinée équatoriale, Kenya, Lesotho, Madagascar,  Malawi, Maurice, Mozambique, Namibie, Ouganda, Rwanda, Sao-Tomé-Et-Principe, Seychelles, Somalie, Swaziland, Tchad, Tanzanie, Zambie, Zimbabwe « .

A ces pays s’ajoutent les quatorze (14) pays de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO): Burkina, Côte d’Ivoire, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée-Bissau, Liberia, Mali, Niger, Nigeria, Sénégal, Sierra Leone, Togo, et Cap-Vert.

Inspiré de l’exemple rwandais, le chef de l’Etat béninois Patrice Talon avait décidé lors d’une visite à Kigali en Août 2016, de supprimer les visas de court séjour pour les voyageurs africains. Une décision qui rentre en vigueur après son adoption par le Conseil des ministres en octobre dernier.

Cette mesure originale au Bénin vise à soulager les ressortissants africains de ces pays précités dans les pesanteurs qu’ils rencontrent lors de leurs divers déplacements.

Lire la suite.

Nigeria: ce que les attaques rebelles coûtent au Gouvernement

Le Nigeria fait en ce moment le point financier des attaques rebelles. Selon le Gouvernement nigérian, ces attaques rebelles ont coûté entre 50 et 100 milliards de dollars au pays de Muhammadu Buhari. Une perte importante de fonds que l’Etat ne veut plus enregistrer.

Le Gouvernement du Nigeria déficitaire à cause des attaques rebelles

Le Gouvernement du Nigéria a fait le point financier des attaques rebelles au titre de l’année 2016. Il en est ressorti que ces attaques incessantes de groupes armés contre des infrastructures pétrolières ont coûté entre 50 et 100 milliards de dollars en 2016 à l’ Etat nigérian.

On le sait, l’année dernière, les Groupes armés du Delta du Niger, pour arracher de force leur part du butin national, s’en sont pris aux installations pétrolières stratégiques en les faisant exploser. Cela a eu une grande incidence sur l’ économie nigériane qui a été sévèrement touchée.

Le secrétaire d’Etat pour le pétrole, Emmanuel Ibe Kachikwu, dans une vidéo postée mardi sur Facebook, a mentionné ceci : « Au plus fort (des attaques, ndlr) l’année dernière, nous produisions 1,2 millions de barils, c’est à dire que nous perdions un million de barils (de pétrole) par jour », a t-il indiqué.

Ce sont plus de 59 attaques qui ont été enregistrées avec 32 groupes de militants et 275 cas d’enlèvements dont 45 étaient liés au personnel de l’industrie pétrolière et gazière. Les groupes rebelles revendiquent un meilleur partage des revenus tirés du pétrole et une autonomie politique régionale ou la dépollution des sites.

En tout état de cause, le Gouvernement nigérian vit difficilement cette perte et espère que les mesures de prévention et de sécurité prises pour cette année 2017 porteront beaucoup de fruits.

 

Lire la suite.

Afrique: un combat acharné contre les Drogues

Ce mois de février 2017 vient d’ouvrir en Afrique un combat très acharné contre les Drogues propagées sur l’ensemble du continent et qui ne cessent de détruire à petit feu la jeunesse africaine. Beaucoup utilisées lors des conflits, ces Drogues seront amenuisées avec l’initiative du Centre de l’Office des nations unies contre la drogue et le crime (Onudc).

Les Drogues en Afrique: quel combat mener?

Pour combattre efficacement la prise des Drogues en Afrique, une « Conférence sur la prévention et le traitement des troubles liés aux addictions aux drogues en Afrique de l’Ouest » est prévue par le Bureau régional pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre de l’Office des nations unies contre la Drogue et le Crime (Onudc) du 20 au 21 février 2017, à Abidjan.

La Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) avec l’appui financier de l’Union Européenne (UE), avait prévu une initiative pareille pour endiguer les Drogues en Afrique. Elle avait ainsi trouvé le cadre approprié à savoir, le « Projet d’appui au Plan d’action régional de la Cedeao en matière de lutte contre le trafic illicite de stupéfiants, la criminalité organisée qui y est liée et l’abus de drogues en Afrique de l’Ouest ».

Partager « des connaissances, des bonnes pratiques et des résultats récents de la recherche sur les questions d’abus de drogues » en constitue l’objectif principal. Comme objectifs secondaires, on a la réduction de la demande de drogue et sa limitation en fonction du Droit international. Il sera ici question de « promouvoir des stratégies, des politiques et des initiatives fondées sur des données probantes », avec naturellement l’apport d’une soixantaine de chercheurs, d’universitaires, de responsables de structures sanitaires, de spécialistes de la prévention et du traitement des addictions ainsi que des responsables de la lutte anti-drogue.

L’Afrique est de loin un continent très touché par les troubles causés par les Drogues. Pour cela, le Représentant régional de l’Onudc, Pierre Lapaque, annonçant la Conférence qui se tiendra à Abidjan, en Côte d’Ivoire, mentionnera à cet effet ceci: « la rencontre d’Abidjan est une étape majeure dans la mise en œuvre des stratégies de réduction de la demande drogue en relation avec les conventions internationales ».

C’est une première du genre sous les Tropiques.

Lire la suite.

Ghana: Nana Akufo-Addo et Togbui Agokoli IV, quand des rois se rendent visite…

Le Président du Ghana, Nana Akufo-Addo a reçu la visite du roi Togbui Agokoli IV du Togo pour sceller les origines ancestrales du peuple Ewê auquel appartiennent les deux rois, tant du Togo que du Ghana. C’est avec une grande joie que le Président ghanéen a accueilli son frère togolais.

Visite de courtoisie du roi du Togo Togbui Agokoli IV à Nana Akufo-Addo

Heureux d’accueillir son « frère » Ewê du Togo, le Président du Ghana, Nana Akufo-Addo s’est réjoui de la visite de son homologue roi Togbui Agokoli IV. Togbui Agokoli IV a été accompagné par le Chef Togbui Afede XIV, chef Agbogbomefia de l’Etat rationnel d’Asogli dans la région de la Volta de l’Etat et par ailleurs le chef du Conseil des rois du Ghana. Les deux chefs traditionnels supérieurs ont été accompagnés à la présidence ghanéenne par une délégation de neuf autres chefs traditionnels du Togo et du Ghana.

Pays frères et limitrophes, le Ghana et le Togo entretiennent des relations historiques, mais aussi des projets de développement socio-économiques pour les deux pays. Le peuple Ewé qu’on retrouve de part et d’autre de la frontière « coloniale » que d’aucuns ignorent parfois se retrouve chaque année à leur origine à «  Notsè « pour célébrer la fête traditionnelle.

Pour avoir été reçu par Akufo-Addo, le roi du Togo a déclaré avoir apprécié le geste posé par le Président ghanéen ce qui traduit un respect pour les autorités traditionnelles. Pour le devoir qui incombe aux chefs traditionnels, le roi des Ewé a exhorté ses pairs du Ghana à apporter leur concours au gouvernement en place pour un meilleur développement du pays.

Togbui Agokoli IV a profité de cette visite pour inviter à son tour le Président ghanéen à prendre part, le 09 septembre prochain, à la fête traditionnelle Agbogbozan à Notsè au Togo, invitation qui a été bien notée par le tout nouveau président ghanéen.

Lire la suite.