Bénin: le Président Patrice Talon en visite en Côte d’Ivoire

Le Président du Bénin Patrice Talon séjourne en ce moment en Côte d’Ivoire auprès de son homologue Alassane Ouattara. Depuis hier mercredi 11 janvier 2017, les deux hommes s’entretiennent mutuellement au sujet des finances et de l’économie dans la sous-région, mais aussi de la récente mutinerie survenue en Côte d’Ivoire.

Côte d’Ivoire/Bénin: le Président Patrice Talon venu s’entretenir avec Alassane Ouattara

Ce fut avec une immense joie que le Président Patrice Talon a retrouvé son homologue Alassane Ouattara à Abidjan, en Côte d’Ivoire, hier mercredi soir. Après un entretien fraternel, le président de passage dans la capitale économique ivoirienne a félicité son hôte pour, selon lui,  » la manière dont il gère la Côte d’Ivoire, un ‘’grand pays’’ pour la sous-région et un pays important pour l’UEMOA » ainsi que pour la gestion de la récente mutinerie qualifiée de « petite crise« , aux dires de M. Talon.

Soucieux d’attirer les investisseurs étrangers et de sortir l’Afrique de la pauvreté, Patrice Talon a supplié les Ivoiriens de préserver l’accalmie actuelle, vu que de la paix et de la tranquillité de la Côte d’Ivoire dépendent la stabilité et la prospérité des pays de la sous-région ouest africaine. A ce sujet, Talon a précisé que tout ce qui touche la Côte d’Ivoire, le ‘’moindre petit incident’’, interpelle tout le monde, que le peuple béninois et lui-même prient leurs frères ivoiriens afin de préserver la paix et la tranquillité que le pays et la sous- région connaissent depuis quelques années.

Pour maintenir ce climat de paix, de tranquillité et de stabilité, Patrice Talon a proposé à Alassane Ouattara d’opérer des réglages au niveau de la gouvernance des institutions financières de la sous- région, pour faciliter la mobilisation des financements à faibles coûts afin de favoriser la compétitivité de nos économies.

Lire la suite.

Bénin: Patrice Talon face à la fronde sociale

L’homme d’affaire devenu Président du Bénin, Patrice Talon, fait face depuis quelques temps à une profonde fronde sociale. Les Béninois se sentent gravement trahis par celui en qui ils avaient placé tous leurs espoirs, ne constatant aucun résultat salutaire pour eux depuis sa venue au pouvoir d’Etat.

Fronde sociale au Bénin : Patrice Talon défié par son peuple

Les Béninois ne savent plus que penser de leur Président Patrice Talon. Ce riche homme d’affaire dont la fortune est estimée aujourd’hui à plus de 400 millions de dollars (Forbes 2015) du fait d’un monopole privé dans le coton (usines d’égrenage, intrants agricoles, négoce du coton-fibre, subventions publiques opaques…), peine à satisfaire son peuple dans le minimum vital.

Depuis plusieurs semaines, l’espoir a laissé place à la révolte sociale qui s’amplifie et gagne toutes les sphères au Bénin. L’entreprise politique néolibérale qui se met en place est celle pour laquelle les Béninois n’ont pas voté. Pis, les retombées négatives ne s’abattent que sur les petites gens, considérées par le pouvoir de Talon comme de simples variables d’ajustement. Un sentiment d’injustice étreint durement les populations. Cette saignée économique et sociale ne présage rien de bon. Elle pourrait se révéler fatale pour le régime actuel si des correctifs urgents ne sont pas rapidement envisagés…

Finalement, M. Patrice Talon ne fait que confirmer et perpétuer l’idée selon laquelle les dirigeants africains, une fois au pouvoir, ne se préoccupent que des intérêts de la bourgeoisie occidentale dont ils sont très dépendants en tant que tenus comme prisonniers par celle-là. Le peuple n’apparaît que comme l’alibi le plus grossier de ses démagogues des temps modernes!

 

Lire la suite.

Bénin : Patrice Talon en difficulté avec les étudiants

Le Président du Bénin, M. Patrice Talon veut se mettre à dos les étudiants dans leur ensemble. Après un conseil de gouvernement tenu à ce sujet le 5 octobre dernier, le gouvernement béninois a adopté un décret portant interdiction des activités des associations et organisations estudiantines.

Patrice Talon défie les étudiants

Le Président Patrice Talon ne veut plus de syndicats ni d’associations d’étudiants dans les quatre universités nationales du pays (Université d’Abomey-Calavi, Université de Parakou, Université polytechnique d’Abomey et l’Université des Sciences agronomiques de Porto-Novo). La preuve avancée est celle de vouloir y mettre de l’ordre au regard de la montée vertigineuse de la violence et de l’insécurité notamment à l’Université d’Abomey-Calavi, l’Université mère du Bénin, selon le Président.

Faisant fi de la liberté d’expression défendue par les organisations des droits de l’Homme, et mettant sous l’éteignoir la liberté constitutionnelle de se réunir librement en syndicats ou associations, M. Talon semble avoir mis la colère avant la sagesse. C’est ce que dénonce Amnesty International pour qui le gouvernement béninois «s’inscrit dans le cadre d’une tentative inadmissible d’étouffer la contestation légitime au sein des associations étudiantes», a déclaré l’organisation en question.

Cette sortie d’Amnesty International a poussé le gouvernement à préciser sa pensée. Désormais, il n’est plus question d’interdiction les activités des syndicats et associations estudiantins, mais de simple suspension pour en venir à bout de la violence en milieu universitaire. Toutefois, pour l’Opposition béninoise, cette décision du gouvernement cache une mesquinerie du pouvoir qui ne va pas tarder à être dévoilée.

Lire la suite.

Bénin : L’affaire Ajavon, trafic de drogue ou manoeuvres politiciennes ?

Sébastien Germain Ajavon est écroué à la brigade de gendarmerie de Cotonou depuis le vendredi dernier. Cette arrestation fait suite à la découverte de 18kg de cocaïne dans les importations de sa société, Cajaf Comon. En attendant les résultats des enquêtes, certains évoquent un coup monté quand d’autres soupçonnent véritablement l’homme d’affaires béninois.

Sébastien Ajavon, dealer ou victime d’un coup ?

L’affaire de trafic de drogue dans laquelle est cité Sébastien Ajavon continue de défrayer la chronique au Bénin. En effet, une importante qualité de drogue d’une valeur de 9 milliards de FCFA a été saisie dans l’un des containers contenant les produits agroalimentaires destinés à la société du richissime homme d’affaires béninois. Ainsi, dès l’éclatement de cette affaire, le candidat malheureux à la dernière présidentielle a été placé en détention avec trois de ses collaborateurs. En dépit des protestations de ses avocats, c’est ce lundi que le Roi du poulet sera situé sur son sort. Selon Me Alain Orounla, l’un de ses conseils : « Aucune charge matérielle n’est retenue contre lui. Il bénéficie de la présomption d’innocence. » Aussi, une commission d’enquête serait d’ores et déjà mise sur pied pour élucider cette affaire encore ombragée.

Mais à en croire ses partisans, leur leader aurait été arrêté sur instruction du président Patrice Talon. Pour eux, Ajavon est victime d’un complot orchestré par les actuels tenants du pouvoir pour éliminer leur adversaire politique. Opinion fortement soutenue par l’intéressé lui-même qui s’étonne du fait que les douaniers aient ouvert avec une précision déconcertante, le seul container parmi tant d’autres, qui contenait le produit prohibé. Par contre, d’autres personnes croient effectivement que Sébastien Ajavon serait responsable dans cette affaire de trafic. Avant d’ajouter qu’il est temps que ceux qui se sont enrichis illicitement soient mis hors d’état de nuire.

Quoi qu’il en soit, l’affaire suit son cours et tous les regards sont tournés vers les autorités judiciaires. Il leur appartient donc d’élucider cette affaire rocambolesque afin d’éclairer la lanterne de l’opinion publique.

Lire la suite.

Bénin : des blessés, des morts, désolation et tristesse des Béninois

Le Bénin pleure ses enfants morts et blessés hier jeudi 08 août 2016. Un drame humain est survenu à Tori-Bossito, une bourgade située à une quarantaine de kilomètres de Cotonou, tandis qu’un braquage sanglant a été perpétré le même jour au cœur de la zone commerciale de la capitale béninoise.

Drame au Bénin, des blessés et des morts enregistrés

 Les Béninois sont inconsolables en ce moment. Le Bénin, leur beau petit pays qui se bat et se débat pour entrer dans la modernisation la tête levée, vient de vivre un drame non des moindres. C’est que lors d’une incinération de produits avariés à Tori-Bossito, une bourgade située à quarante kilomètres de la capitale Cotonou, plusieurs morts dont environ 200 brûlés graves ont été dénombrés.

Le bilan de ce drame est lourd et pesant d’une centaine de personnes brutalement arrachées à la vie tandis que les autres sont gravement blessées ou mieux « braisées » (brûlées) au second degré pour avoir tenté de ramasser des produits alimentaires avariés, relate aussi apanews.net. Au regard des images insoutenables, il n’est pas exagéré de parler de tragédie par le feu survenue au Bénin.

Les hôpitaux de Cotonou refusent en ce moment du monde, tant les corps brûlés mais en vie et sans vie empêchent que d’autres chemins se frayent pour les simples patients qui viennent faire de bénignes consultations.A quarante kilomètres plus loin, cette fois à Cotonou même, des braqueurs ont montré aux forces de sécurité qu’elles n’étaient pas les seules à savoir manier les armes à feu. Comme dans un duel digne de films western, les coups de feu ont retenti comme jamais en ce endroit du Bénin, à cause du sempiternel nerf de la guerre : l’argent. En effet, des millions ont été emportés par les bandits laissant au moins un policier grièvement blessé et la voiture touchée par balle du directeur adjoint de cabinet du Maire de Cotonou.

Ne se sentant pas en sécurité, et vivant avec la peur au ventre pour leurs biens et leurs enfants, les Béninois exigent la démission du Ministre de l’Intérieur et du Directeur général de la police nationale, le temps de mûrir la réflexion et voir que décider au sujet de l’impuissance de leur Président Patrice Talon.

Lire la suite.

Bénin : Patrice Talon fait destituer des Maires de l’Opposition

Au Bénin en ce moment, le moins qu’on puisse dire est que Patrice Talon, le Président de la République fait destituer les Maires proches de l’Opposition béninoise. L’alibi tout trouvé est la sempiternelle accusation de mauvaise gestion. N’y a t-il que les Maires opposants qui gèrent mal leurs municipalités ?

Les Maires de l’Opposition destitués au Bénin, Patrice Talon soupçonné

C’est un sale quart d’heure que le Président du Bénin, Patrice Talon fait passer on va dire aux Maires proches de l’Opposition béninoise en ce moment. Les Béninoises et les Béninois sont d’autant plus offusqués que l’affaire ne cesse de s’ébruiter de manière vertigineuse. Et cela est réel, des Maires opposés à la vision politique du Président Patrice Talon ont bel et bien été destitués et d’autres sont en attente de l’être les jours à venir.

Il est reproché de manière particulière aux Maires proches de l’Opposition béninoise la mauvaise gestion des affaires communales qu’ils administrent. Sans aucune forme de procès, ces Maires se sont vus retirer leurs mandats alors que d’autres sont menacés de destitution . Les autorités municipales du Bénin ont chacune reçu un plan de développement de leurs localités et avaient obligation avec les moyens mis à leur disposition de faire aboutir ces plans en les réalisant. Mais, au lieu de cela, dans la localité d’ Allada par exemple, 12 des 18 conseillers ont soutenu mercredi dernier la destitution du Maire Mathias Djigla pour « gestion opaque et solitaire du plan de développement de la commune« .

Quant à la ville de Parakou, 19 sur les 25 conseillers ont signé une motion de destitution du maire Karimou Adamou Souradjou, lui reprochant une « gestion autocratique et solitaire du plan de développement de la commune« . Quinze sur les 19 conseillers municipaux exigent le départ du Maire Placide Avimadjènon de la tête du conseil communal. L’Opposition et les tenants du pouvoir en Afrique n’évoluent-ils pas de manière solitaire habitués qu’ils sont à se regarder en chiens de faïence?

Comme en Côte d’Ivoire, le régime Patrice Talon n’entend pas partager le pouvoir avec la réelle Opposition du Bénin, mais envisage gouverner solitairement. On y parle même aussi de Nouveau Départ comme en Côte d’Ivoire où l’on a vu des vertes et des pas mûres. Les Universités ivoiriennes devaient être réhabilitées et développées à hauteur de plus de 100 milliards fcfa.

Passez les visiter en ce moment et y prendre les nouvelles internes, alors vous saurez ce qu’est le Nouveau Départ…

Lire la suite.

Bénin : liberté d’action réduite pour l’ex-président Thomas Boni Yayi

L’ex-président du Bénin,Thomas Boni Yayi ressent à présent plus que jamais qu’il n’est plus le premier magistrat suprême de la République du Bénin. Lui qui pouvait aller où bon lui semble vient de se voir interdit de se rendre sur le site en construction de l’aéroport international de Tourou.

Thomas Boni Yayi limité dans son action

L’ex-président du Bénin, Thomas Boni Yayi, n’est plus le garant de la Constitution encore moins de la vie de la nation béninoise. Le nouveau responsable des Béninois est bel et bien Patrice Talon. Et, cette précision simple, les nouvelles autorités du Bénin ont tenu à la faire à M. Thomas Boni Yayi, en lui rappelant qu’il est désormais un simple citoyen dans cet univers.

La raison est que sa visite effectuée à la mi-Août sur le site de l’aéroport international de Tourou, à Parakou, ville située à environ 450 km au nord de Cotonou, en construction n’a pas été du goût des nouvelles autorités aux commandes du Bénin, alors là pas du tout. Rendu public, le message du Ministre des infrastructures et des transports, M. Hervé Hèhomey, à ce sujet a été clair et sans faux-fuyants :

« La visite d’un aéroport est soumise à autorisation des autorités compétentes. Nous ne voulons plus assister à ce genre de visite qui est une visite qui ne répond à rien. C’est un comportement –excusez-moi- qui n’est pas sérieux. Un comportement très peu sérieux et je profite de vos caméras et micros pour notifier, signifier à M. Boni Yayi qu’il ne doit plus mettre pied sur ce site. Le site n’est pas encore ouvert au public. Le site n’est pas encore en exploitation et il lui est interdit , s’il récidive, nous allons lui appliquer la rigueur de la loi» a déclaré le Ministre.

En d’autres termes, M. Thomas Boni Yayi doit se soumettre comme un citoyen lambda à la vie de la nation béninoise et aux lois en vigueur. De quoi à ramener sur terre celui qui peut-être n’a pas encore fait le deuil de son départ du pouvoir.

Lire la suite.

Bénin : En congé, Patrice Talon en villégiature à Abidjan

Patrice Talon n’a trouvé autre endroit que de venir passer ses 10 jours de congé à Abidjan. Plutôt que d’aller à Saint-Topez, aux Antilles ou d’autres destinations exotiques budgétivores, le président béninois a, lui, préféré la sous-région. Cette attitude devrait interpeller les autres chefs d’État africains pour qui aller en Occident serait d’une nécessité vitale.

Patrice Talon, un exemple à suivre par ses pairs

Patrice Talon vient de poser un acte qui fera certainement jurisprudence dans le mode de vie des présidents africains. C’est que le successeur de Thomas Boni Yayi s’est donné 10 jours de repos ainsi qu’à l’ensemble de ses ministres. Tandis que d’aucuns s’attendaient à ce que le nouveau président béninois passe ses premières vacances en Europe ou partout ailleurs sauf en Afrique, voilà que l’homme d’affaires devenu président de la République prend tout le monde à contrepied. Abidjan, la capitale ivoirienne, est donc la destination qu’il s’est choisie pour aller en villégiature. Ainsi, est-il sûr de passer des vacances à moindre coût, et surtout continuer de bénéficier de la chaleur africaine.

Cette attitude du chef de l’État béninois contraste de façon criarde avec celle de son homologue du pays hôte. En effet, le président ivoirien Alassane Ouattara s’est envolé, le 8 août dernier, en France pour y passer ses vacances. Et pourtant, ces vacances passées en Hexagone sont généralement très onéreuses et donnent l’impression d’un assujettissement perpétuel des présidents africains à l’ancienne puissance coloniale. Combien de présidents européens, américains ou asiatiques se précipitent-ils en Afrique pour y passer leurs vacances ? Qu’y a-t-il en Europe que l’on ne pourrait pas avoir en Afrique ?

D’aucuns pourraient évoquer des infrastructures de luxe avec leur confort aveuglant ou encore des hôpitaux de pointe pour se soigner. Mais, il suffirait d’une simple volonté politique pour que les plages, les zones rurales et autres lieux touristiques soient mis en valeur. Et surtout, avec le soleil que l’on a à profusion en Afrique, c’est sûr que les vacances y seront très agréables. Les visiteurs de la baie des milliardaires, d’Assainie Mafia ou de l’ile de Goré ne diront certainement pas le contraire.

Lire la suite.

Bénin : les 100 premiers jours de Patrice Talon au pouvoir

M. Patrice Talon, Président de la République du Bénin, était face à la nation béninoise pour faire le point de ses 100 premiers jours à la tête de son pays. Venu au pouvoir le 06 Avril dernier en remplacement du président sortant M. Thomas Yayi Boni , Patrice Talon se dit déjà satisfait des pas posés.

Patrice Talon, le Président du Bénin, fait le point 

Patrice Talon, le premier responsable du Bénin en ce moment, a démarré le travail étatique avec dans sa gibecière, 21 Ministres qui composent le gouvernement. En bon démocrate, il n’a pas omis de joindre à son équipe ses adversaires lors de la présidentielle dernière en occurrence les candidats malheureux, Pascal Irénée Koupaki et Abdoudlaye Bio Tchane.

Son voyage à Paris dès les premiers jours de sa prise de fonction, mais surtout son discours tenu devant le président français François Hollande, lui ont valu des critiques acerbes de la part des Béninois, et même de l’ensemble des Africains qui s’impatientaient d’entendre ce fils du continent s’exprimer devant l’ex-colonisateur de la part des siens. Malheureusement, Patrice Talon n’avait pas été à la hauteur de ce baptême de feu vu l’invitation qu’il lançait à la France de revenir prendre tout le Bénin qui manquerait de compétences et de ressources humaines partout et en tout…

Il a effectué ensuite une seconde visite à Abidjan pour sceller une réconciliation entre le président béninois sortant Thomas Boni Yayi et lui, sur l’initiative de M. Alassane Dramane Ouattara à qui le monde entier rappelait en même temps de se réconcilier avec le célèbre prisonnier de la Haye, le Président Laurent Gbagbo, avant de chercher à jouer les conciliateurs.

Le nouveau chef de l’État béninois avait d’ailleurs abrogé près de 20 décrets signés entre le 11 février et le 5 avril 2016 par son prédécesseur à fin de son mandat. Débat autour du projet d’un mandat présidentiel unique. Le président béninois a assuré qu’il ne briguerait pas de nouveau mandat devant des milliers de partisans à Porto Novo. La Constitution l’autorisant à effectuer deux mandats, mais il souhaite la réformer pour ramener la limite à un.

L’ancien « roi du coton » s’est imposé au second tour avec 65,37% des voix, loin devant l’ancien Premier ministre Lionel Zinsou (34,63%), qui avait le soutien du président sortant Thomas Boni Yayi.

Lire la suite.

Bénin : la menace terroriste plane

Au Bénin, la menace terroriste semble planer depuis ce mois de juin. Une note faisant état d’une éventuelle attaque terroriste sur le territoire béninois, a mis en alerte maximale l’ensemble des Forces de défense et de sécurité du Bénin, comme le rapporte Jeune Afrique.

La note interne qui précise la menace terroriste au Bénin

Le Bénin pressent une menace terroriste sur son territoire depuis la réception d’une note publiée le 11 juin dernier, destinée à l’armée béninoise toutes forces confondues les appelant à « renforcer la sécurité sur les différentes zones menacées d’attaques terroristes » et à « plus de vigilance dans les fouilles aux frontières ». Une telle disposition conseillée n’a pas manqué de créer « un léger vent de panique à Cotonou » et amener des Béninois à se terrer pour être à l’abri d’éventuelles surprises malheureuses. Jeune Afrique rapporte que « dans les quartiers fréquentés par les Occidentaux, les patrouilles de l’armée et de la police ont été doublées« .

Toutefois, ce fut une fausse alerte même si les autorités béninoises gardent la prudence tant au niveau des déclarations que de la conduite à tenir. C’est ce qui ressort des propos émanant d’une source militaire béninoise relevée par Jeune Afrique : « Ce genre de note est envoyé régulièrement depuis les attentats qui ont frappé la Côte d’Ivoire, le 13 mars. Il n’y a pas de message précis à l’heure actuelle, même si personne n’est à l’abri ». Qui a donc intérêt à manipuler l’armée et le peuple béninois?

Alors que certains avancent la thèse du Bénin qui est perçu comme un « modèle démocratique » en Afrique de l’Ouest, région très agitée à cause du terrorisme, d’autres voient au Bénin, un territoire stratégique dans le schéma opérationnel des terroristes. Autant prendre tout de même des dispositions nécessaires surtout que bluff ou pas, les terroristes rêvent de se faire entendre partout.

Lire la suite.