Côte d’Ivoire : Les solutions du gouvernement Ouattara face aux mutins

Réuni en conseil des ministres ce mercredi, le gouvernement Ouattara a adopté plusieurs résolutions relativement aux mutineries en Cote d’Ivoire. Ces mesures tiennent à l’amélioration des conditions de vie des militaires, mais également à l’instauration d’un dispositif sécuritaire.

Le plan Marshall de Ouattara aux problèmes de l’armée et des fonctionnaires

Après deux semaines de fortes perturbations, il était temps pour le gouvernement d’Alassane Ouattara de trouver une solution négociée. Celle-ci serait en passe de se réaliser après le conseil des ministres d’hier. En effet, des militaires ivoiriens issus de l’ex-rébellion s’étaient mutinés il y a deux semaines environ, revendiquant leurs primes Ecomog. Mais dès que le gouvernement ivoirien a accédé à leur demande en payant effectivement ces primes, les gendarmes et d’autres militaires (ex-FDS) sont également rentrés dans la danse. Aussi, plusieurs villes ivoiriennes, dont Abidjan, Yamoussoukro et Bouaké, ont-elles été secouées par leurs parades militaires et des tirs nourris.

Prenant cette situation très au sérieux, les autorités ivoiriennes y ont consacré une attention particulière. À en croire Bruno Nabagné Koné, porte-parole du gouvernement : « Le président a instruit les grands commandements d’initier des rencontres avec toutes les composantes des forces de sécurité du pays afin que leurs conditions de vie soient améliorées. » Il indique par ailleurs que le chef de l’État appelle tous les corps de l’armée à garder leur calme.

Pour Alain-Richard Donwahi, ministre auprès du président de la République chargé de la Défense : « La grande muette doit retourner au silence. » Voilà pourquoi il annonce qu’une loi de programmation militaire 2016-2020 comprenant leurs revendications est d’ores et déjà en application. Le ministre n’a toutefois pas voulu se prononcer sur les sommes perçues par les mutins de Bouaké. Selon Hamed Bakayoko, ministre de la Sécurité intérieure, « des consultations sont en cours » pour trouver une solution définitive.

Quant aux fonctionnaires grévistes, le ministre de la Fonction publique, Pascal Abinan, compte trouver une issue à leurs revendications. Une rencontre est prévue dans ce sens, ce jeudi, pour faire des propositions concrètes, notamment sur le régime des retraites.

Le gouvernement Gon Coulibaly est donc à pied d’oeuvre pour ramener le calme. De même, pour parer à toutes éventualités, un dispositif secrétaire impressionnant a été déployé dans certaines zones sensibles de la capitale.

Lire la suite.

Côte d’Ivoire: diversion ou sérieux, Soro Guillaume condamne enfin la mutinerie de ses combattants

A peine réélu Président de l’Assemblée nationale, Soro Guillaume se sent enfin à l’aise pour condamner la mutinerie de ses combattants. Diversion ou sérieux, des langues avaient fait mention de ce que le PAN aurait suscité ses hordes de guerre pour arracher à nouveau ce poste qu’ Alassane Ouattara hésitait à lui donner.

Côte d’Ivoire: Soro Guillaume condamne enfin la mutinerie

Soro Guillaume peut enfin respirer et feindre de condamner le soulèvement de ses combattants restés fidèles à sa cause depuis Bouaké, son bastion rebelle : «Nos compatriotes, tous secteurs d’activités confondues, doivent définitivement comprendre que les troubles et l’agitation ne sont pas des moyens de discussion et ne peuvent surtout pas être des arguments de négociation. La République attend de nous tous, discipline, dévouement et engagement dans tous nos actes quotidiens, » a-t-il précisé.
Il a profité des mots de remerciements de sa réélection à la tête du Parlement ivoirien pour annoncer que ce mardi 10 janvier 2017, M. Alassane Ouattara s’adressera pour la seconde fois au Peuple de Côte d’Ivoire, du haut de la tribune de cette Institution à 10 heures. Guillaume Soro a en rapport avec l’actualité, salué au nom de ses collègues le rapide retour au calme et à la sérénité dans le pays suite à l’appel lancé par le Chef de l’Etat aux soldats lors de leur mouvement d’humeur.

Massivement élu avec un taux de 95,04%, Soro Guillaume reste convaincu qu’il ne réussira pas cette mission tout seul, il compte sur le soutien de tous pour la construction d’une démocratie parlementaire exemplaire dans le droit fil du travail réalisé sous la Deuxième Législature de la Deuxième République.

Lire la suite.