Côte d’Ivoire : après Wemba, Dikaël Liadé, Charly Wata a tiré sa révérence

En Côte d’Ivoire, le loubard et artiste Charly Wata est décédé ce samedi 21 mai 2016 des suites d’une forte maladie. L’on se rappelle le mythe développé autour de ce dur à cuir dans l’arène du mouvement des bagarres de rue jusqu’à la sortie de son album musical avec le groupe togolais les Toofan  .

Le grand Charly Wata de la Côte d’Ivoire est décédé

Le Showbiz en Côte d’Ivoire est en deuil.Charly Wata, artiste chanteur ivoirien, est décédé ce samedi 21 mai 2016 d’une maladie « foudroyante« . Le monde artistique ivoirien est fortement éprouvé ces jours-ci. Après le décès du père du Molokaï Papa Wemba à Abidjan, de Dikaël Liadé à Paris et de Pépito le chef d’orchestre du groupe Magic System à Jacqueville, en Côte d’Ivoire, c’est au tour de cet  artiste du mouvement « Ziguéhi » plus connu sous le pseudonyme de Charly Wata de s’en aller au pays du non retour. Ce fut un illustre bagarreur de rue, un loubard dont le pied gauche légèrement handicapé, se levait plus vite quand il était lancé et ne revenait pas sur terre sans avoir sonné par un k.o. l’adversaire en face. C’est ainsi que bien d’Ivoiriens se souviennent encore de Charly Wata, l’homme au pied gauche endiablé.

Après quelques années passées en France, ce jeune homme originaire de l’ouest ivoirien, est rentré au pays avec un opus dont la chanson à succès avait pour titre « FO MAPELE » (il faut m’appeler…). En duo avec le célèbre groupe togolais Toofan, chacun se trémoussait dans les Night-Clubs au son de cette musique bien rythmée dans laquelle Charly Wata disait simplement aux femmes en quête d’amour ou en difficulté ceci: « chérie coco fo m’appeler« …

Bodyguard d’hommes politiques, gardien des Night-Clubs, gigolo selon des indiscrétions,loubards dont on se payait les services pour recouvrer des crédits, artiste-chanteur, tout cet activisme s’est étiolé dans la maladie qui a eu raison de Charly Wata que les belles dames bien huppées ne pourront plus appeler, si ce n’est de se rappeler de ce qu’il a été pour elles. Salut Charly !

Lire la suite.