Côte d’Ivoire : le gouvernement dévoilé, Diby Koffi et Bacongo out ! Serey-Eiffel arrive

Le nouveau gouvernement ivoirien a été dévoilé ce mardi 12 janvier. C’est le Secrétaire général de la Présidence de la République, Amadou Gon Coulibaly qui a lu le communiqué. Les ministres Diby Koffi, Gnenema Coulibaly, Cissé Bacongo et Mathieu Babaud Darret sortent des rangs. On assiste à l’entrée du très discret mais efficace Phillipe Serey-Eiffel.

Un gouvernement avec peu de changements

Le gouvernement ivoirien est connu. Daniel Kablan Duncan a désormais son équipe. Ainsi, Hamed Bakayoko conserve son portefeuille de ministre d’Etat, de l’Intérieur et de la Sécurité. Il en est de même pour l’indéboulonnable Patrick Achi (Infrastructures économiques). Les chantiers de l’Etat sont nombreux et ils devront se mettre très rapidement à la tâche en vue de conduire la Côte d’Ivoire à l’émergence d’ici l’horizon 2020 qui est un voeu cher à M. Alassane Ouattara.

Charles Diby Koffi (Affaires étrangères) et Gnenema Coulibaly (Justice) quittent le gouvernement. Ils payent un lourd tribut pour leur mauvaise gestion dans l’affaire du mandat d’amener lancé par la Juge française Sabine Khéris contre Guillaume Soro, le Président de l’Assemblée nationale ivoirienne. Le fait le plus marquant est certainement l’arrivée sous les feux des projecteurs de Phillipe Serey-Eiffel, le Coordonnateur du corps des Conseillers de la Présidence de la République. L’homme intègre l’équipe gouvernementale et c’est amplement mérité au regard des grands projets qu’il a savamment orchestré.

Homme de l’ombre et très appliqué à la tâche, cet ancien du Fonds Monétaire International (FMI) met à exécution la plupart des réformes initiées et pilotées par M. Ouattara. Loin des regards indiscrets, M. Eiffel qui est ivoirien faut-il le rappeler, est aussi un homme de réseau qui maîtrise parfaitement les rouages de la gestion des affaires publiques. C’est certainement la surprise du chef non pas en terme de compétences (car elles sont avérées) mais plutôt en terme de notoriété.

Le nouveau gouvernement se présente comme suit :

Premier ministre, ministre de l’Economie, des Finances et du Budget: Daniel Kablan Duncan

Ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur et de la Sécurité: Hamed Bakayoko

Ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères : Albert Mabri Toikeusse

Ministre d’Etat, ministre de l’Emploi et de la protection sociale: Moussa Dosso

Ministre d’Etat, Ministre du plan et du développement : Kaba Nialé

Garde des sceaux, ministre de la Justice, des droits de l’homme et des libertés publiques : Sansan Kambilé

Ministre de l’Enseignement technique et de la formation professionnelle : Paul Koffi Koffi

Ministre de l’Intégration africaine et des Ivoiriens de l’extérieur : Aly Coulibaly

Ministre du Pétrole et l’énergie : Adama Toungara

Ministre de l’Industrie et des mines : Jean Claude Brou

Ministre des Infrastructures économiques : Patrick Achi

Ministre de l’Education nationale: Kandia Kamissoko Camara

Ministre du Commerce : Jean-Louis Billon

Ministre de la Fonction publique et de la modernisation de l’Administration : Pascal Abinan Kouakou

Ministre des Transports : Gaoussou Touré

Ministre des Ressources animales et halieutiques : Kobenan Kouassi Adjoumani

Ministre de la Santé et de la lutte contre le SIDA : Raymonde Goudou Coffie

Ministre de l’Agriculture et du développement rural: Mamadou Sangafowa Coulibaly

Ministre de la Construction et de l’urbanisme : Mamadou Sanogo

Ministre de l’Habitat et du logement social : Gnamien Konan

Ministre de la Salubrité urbaine et de l’assainissement : Anne Désirée Ouloto

Ministre de l’Industrie et des mines : Jean-Claude Brou

Ministre de la Promotion de la femme, de la famille et de la protection de l’enfant : Euphrasie Kouassi Yao

Ministre de la Culture et de la Francophonie : Maurice Kouakou Bandaman

Ministre de l’Economie numérique et de la Poste, Porte-parole du gouvernement : Bruno Nabagné Koné

Ministre des Sports et loisirs : Albert François Amichia

Ministre de l’Entreprenariat national, de la promotion des PME et de l’artisanat : Anzoumana Moutayé

Ministre des Eaux et forêts : Louis-André DakouryTabley

Ministre de la Communication, Porte-parole adjointe du gouvernement : Affoussiata Bamba-Lamine

Ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique : Ramata Ly Bakayoko

Ministre du Tourisme : Roger Kacou

Ministre de la Solidarité, de la cohésion sociale et de l’indemnisation des victimes : Mariatou Koné

Ministre des Droits de l’homme et des libertés publiques : Kouadio Ezohé

Ministre auprès du Premier ministre chargé de l’Economie et des finances : Adama Koné

Ministre auprès du Premier ministre chargé du Budget et du portefeuille de l’Etat : Abdourahmane Cissé

Ministre de la Promotion de la jeunesse, de l’emploi des jeunes et du service civique : Sidi Tiémoko Touré

Ministre d’Etat Secrétaire général de la Présidence de la République : Amadou Gon Coulibaly

Ministre d’Etat auprès du Président de la République chargé du dialogue politique et des relations avec les institutions : Jeannot Kouadio Ahoussou

Ministre Directeur de cabinet du Président de la République : Marcel Amon Tano

Ministre des Affaires présidentielles : Téné Birahima Ouattara

Ministre Secrétaire général délégué à la Présidence de la République chargé des grands projets : Philippe Serey-Eiffel

Lire la suite.

[Urgent] – Côte d’Ivoire : Ouattara a reçu la démission du gouvernement de Duncan

Ouattara a reçu en tête-à-tête le Premier ministre, Daniel Kablan Duncan, en marge du Conseil des ministres de ce mercredi 6 janvier. Cette rencontre a débouché sur l’annonce de la démission du gouvernement ivoirien. Cette décision se profilait déjà à l’horizon et était très attendue pour ce début d’année.

Ouattara ouvre la voie à une nouvelle équipe gouvernementale

Ouattara est de plain-pied dans son second mandat. Ce mercredi 6 janvier s’est tenu au palais présidentiel du Plateau, commune d’Abidjan (la capitale économique ivoirienne) le premier Conseil des ministres de l’année 2016. Etaient présents le Président ivoirien, l’ensemble des membres de l’équipe gouvernementale avec à sa tête M. Daniel Kablan Duncan.

Depuis plusieurs mois, des informations selon lesquelles il y aurait un remaniement ministériel circulaient déjà. Alassane Ouattara a été élu le 25 octobre dernier dès le premier tour de l’élection présidentielle en recueillant plus de 83% des suffrages exprimés. Un véritable plébiscite, pourrait-on dire. Mais les Ivoiriens attendent toujours de lui qu’ils matérialisent ses promesses de campagne symbolisées par l’émergence de la Côte d’Ivoire dès 2020.

Même s’il est vrai que les objectifs macroéconomiques sont en passe d’être relevés avec une croissance économique qui frôle les deux chiffres, l’aspect microéconomique nécessite encore beaucoup de travaux. Les défis qui attendent le locataire du palais présidentiel sont très nombreux.

De nombreux ministres sont sur le départ. Le ministre de la Justice Gnenema Coulibaly, et celui des Affaires étrangères, Charles Koffi Diby seraient sur la sellette. Il leur est reproché la mauvaise gestion de l’affaire du mandat d’amener lancé par la Juge française Sabine Khéris contre Guillaume Soro, le chef du Parlement ivoirien. D’autres par contre font office de ténors et restent indéboulonnables. Il s’agit des ministres Hamed Bakayoko (Intérieur et Sécurité), Patrick Achi (Infrastructures économiques), Bruno Koné (Poste et Tic, porte-parole du gouvernement). Reste à savoir si le Premier ministre sera maintenu.

Pensez-vous que le Président Alassane Ouattara nommera-t-il un Premier ministre ou un vice-Président ?

Lire la suite.

Côte d’Ivoire : Alassane Ouattara et les dessous d’une grâce présidentielle qui fait jaser

Alassane Ouattara a gracié 3 100 prisonniers le 31 décembre 2015. A toutes fins utiles, le ministre ivoirien de la Justice, Gnenema Coulibaly a tenu ce lundi 4 janvier à faire des précisions sur la portée de cette mesure et ses véritables bénéficiaires. Il s’agit principalement des prisonniers de droit commun, nous dit Jeune Afrique.

Alassane Ouattara tarde encore à mettre la réconciliation en branle

Alassane Ouattara a entrepris d’accorder la liberté à 3 100 prisonniers à la veille du nouvel an. Le ministre Gnenema Coulibaly est revenu sur cette décision du chef de l’Etat ivoirien ce 4 janvier afin d’apporter beaucoup plus de précisions : « On ne parle de grâce que quand il y a condamnation. Par principe, la plupart des dossiers issus de la crise postélectorale n’ont pas fait l’objet de jugement et il ne peut s’agir de ces personnes-là. »

Aussi poursuit-il son propos en mettant un point d’honneur sur le cas des détenus de la crise post-électorale survenue en Côte d’Ivoire« Si vous avez été condamné pour trouble à l’ordre public et rien que trouble à l’ordre public, vous bénéficiez de la grâce (…) Donc certaines personnes qui ont été condamnées devant le tribunal correctionnel, dans des procès (de la crise postélectorale) qui n’ont pas été retentissants, pour troubles à l’ordre public ou violences bénéficient de la grâce. »

Autrement dit, cette grâce permettront à 3 000 détenus de droit commun de recouvrer la liberté et à 100 prisonniers issus de la crise post-électorale de bénéficier de la liberté provisoire qui n’entrent pas dans le cadre de la grâce présidentielle. Ces précisions ont provoqué la colère de l’opposition ivoirienne qui voit en cette décision un mirage et ne saurait faire bouger les lignes pour le retour de la cohésion sociale.

Le Président Alassane Ouattara avait déclaré lors de son adresse à la nation à l’occasion du nouvel an : « Je sais, malgré toutes ces avancées, que beaucoup de chantiers restent à exécuter. En premier lieu, la cohésion sociale et la réconciliation sans lesquelles tous nos efforts seront vains. La réconciliation est une question de volonté et de cœur. C’est aussi un combat de chaque instant. Nous devons le gagner ensemble. Pour cela, nous devons tenir autour de nous un discours de paix, de pardon et d’union. »

Pensez-vous que cette mesure exceptionnelle peut-elle donner un coup d’accélérateur au processus de réconciliation nationale qui tarde encore à prendre son envol en Côte d’Ivoire ?

Lire la suite.