Côte d’Ivoire : La rencontre fonctionnaires – gouvernement livre ses secrets

Une importante rencontre était prévue ce jeudi entre les fonctionnaires grévistes et des membres du gouvernement. Au sortir de ces échanges, Pascal Abinan Kouakou, ministre de la Fonction publique, a dressé un chapelet de propositions aux fonctionnaires. Ces derniers entendent recueillir l’avis de leur base avant d’aviser, même si quelques esprits se sont tout de même échauffés.

Une pilule difficile à avaler pour les fonctionnaires ?

La montagne aurait accouché d’une souris, car les fonctionnaires et les émissaires du gouvernement se seraient quittés en queue de poisson. En effet, les fonctionnaires et agents de l’État avaient entamé une grève le 9 janvier, reconduite le 16 janvier, pour faire un certain nombre de revendications. Ces revendications tiennent pour l’essentiel à la réforme portant sur la retraite, au paiement d’arriérés de salaire remontant à 2007, à la situation des journaliers ainsi qu’à la liberté syndicale.

Aussi, lors de cette rencontre, du reste très attendue, le ministre Pascal Abinan Kouakou a fait un certain nombre de propositions aux fonctionnaires qui se déclinent en six points :

  1. Plus de journaliers jusqu’à 2018 sur une liste de 2800.
  2. L’État ne peut supprimer les impôts. Ce serait un suicide pour le budget.
  3. Pas de paiement du stock des arriérés à cause du déblocage et des promotions. À oublier pour maitriser la masse salariale et aller de l’avant.
  4. Bonification indiciaire à discuter au forum.
  5. Pas de précompte pour les syndicats.
  6. Sur l’ordonnance de 2012 sur la retraite, l’État accepte le retour de la majoration pour famille nombreuse. L’état rétablit la jouissance immédiate de la pension du conjoint survivant sans condition. L’État maintient la cotisation de 8,33%. L’État maintient le taux de 2% d’indice de calcul.

À la lecture de toutes ces mesures, les responsables syndicaux ont promis faire le retour à leur base. Car ils comptent se concerner afin de savoir la conduite à tenir. Mais d’ores et déjà, certains d’entre eux se disent totalement en déphasage avec les propositions des autorités ivoiriennes. La suite des évènements nous dira donc sur les décisions finales.

Les fonctionnaires et agents de l’État lèveront-ils leur mot d’ordre de grève ?

Lire la suite.

Côte d’Ivoire: le gouvernement reçoit enfin les fonctionnaires en grève et fait des promesses pour le jeudi

La grève des fonctionnaires s’est intensifiée ce lundi 16 janvier 2017, inclinant le gouvernement à recevoir dans l’après-midi les responsables de la Plateforme nationale qui défend la cause de l’ensemble des fonctionnaires et agents de l’Etat de Côte d’Ivoire.

Grève: échanges entre le gouvernement et les fonctionnaires en grève

Après avoir fait la sourde oreille la semaine dernière, le gouvernement Alassane Ouattara a reçu les fonctionnaires en grève qui ont durci le ton et le mouvement de protestation hier lundi 16 janvier 2017, sur toute l’étendue du territoire ivoirien. Outre les travailleurs de Côte d’Ivoire, les élèves et les étudiants se sont bruyamment manifestés aussi en s’attaquant aux établissements privés, ce qui a créé un véritable climat de fronde sociale après celui des mutins la semaine dernière.

Le gouvernement, vu l’allure que prennent les événements, est revenu à la raison et à la sobriété en appelant les fonctionnaires grévistes à la table des discussions. Les échanges ont été vifs et houleux. Les syndicalistes et les différents ministères de tutelle alliés à la Fonction Publique se sont quittés en queue de poisson. Il n’y a pas eu d’accord pouvant apaiser la situation entre le gouvernement et ses travailleurs.

A la fin de la rencontre, le dossier des fonctionnaires sera transmis en Conseil des ministres demain mercredi 18 janvier 2017 pour d’éventuelles décisions à prendre. C’est pour cette raison que les ministres qui ont pris part à la discussion avec la Plateforme nationale ont promis que le jeudi des réponses seront trouvées à leurs préoccupations.

Considérant que les fonctionnaires n’ont pas d’armes à feu comme les mutins pour se faire entendre à la vitesse d’un éclair, considérant que le ministre de la Fonction Publique, Pascal Abinan Kouakou, hier menaçait de radiation les grévistes et considérant que l’une des bassesses de la politique est de souffler le froid pour préparer le chaud, les fonctionnaires de Côte d’Ivoire restent très vigilants, prêts à toutes éventualités et gardent en réserve leurs plus précieuses cartes dont les récents événements n’étaient que de petits essais.

 

Lire la suite.

Côte d’Ivoire : grève des fonctionnaires, les élèves entrent dans la danse…

Les élèves ivoiriens, orphelins de leurs professeurs fonctionnaires, ont décidé de se faire entendre par les autorités ivoiriennes. Aussi, ont-ils entrepris de manifester bruyamment sur toute l’étendue du territoire, délogeant au passage les élèves du privé.

À la suite des militaires et des fonctionnaires, les élèves manifestent également

Le front social est actuellement en ébullition à travers toute la Côte d’Ivoire. À la mutinerie, a succédé la grève des fonctionnaires qui a également engendré celle des élèves et étudiants. En effet, les fonctionnaires et agents de l’État ont entamé une grève de cinq jours, le 9 janvier dernier. N’ayant pas eu gain de cause, Théodore Gnagna Zadi, le leader de la Plateforme nationale (syndicat) a reconduit cette grève, ce lundi 16 janvier, pour cinq autres jours supplémentaires. Ainsi, les élèves et étudiants des écoles et universités publiques sont privés de leurs enseignants, donc pas de cours.

Mécontents de cette situation, ces derniers ont décidé de manifester pour également faire entendre leur cause. « Nous voulons aller aux cours, enseignants revenez, on veut aller à l’école », n’ont-ils cessé de marteler. Aussi, ont-ils pris d’assaut les établissements privés à travers plusieurs villes ivoiriennes pour obliger leurs congénères à suspendre les cours. Abidjan, Bouaké, Daloa, Toumodi, Daoukro et bien d’autres villes ivoiriennes sont actuellement sous la fièvre de leurs manifestations.

Certains de ces apprenants sont directement allés s’en prendre à Kandia Camara, ministre ivoirienne de l’Éducation nationale. Ceux-ci ont donc envahi les locaux de leur ministère de tutelle. Mais aux dernières nouvelles, plusieurs centaines de policiers ont été commis pour déloger ces visiteurs particuliers à coup de matraques et gaz lacrymogène.

La Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI), le puissant syndicat des élèves et étudiants ivoiriens, est également sortie. Le mot d’ordre transmis aux militants par Assi Fulgence Assi dit Général AFA est très clair : « Il n’est pas normal que nous ne fassions pas cours et que nos camarades qui composent avec nous pour les mêmes examens reçoivent entre-temps la formation. »

Si les autorités ivoiriennes ne réagissent pas convenablement à cette situation, les prochains jours pourraient s’avérer encore plus décisifs. Surtout que la contestation est en train de gagner la quasi-totalité des secteurs socioprofessionnels.

Lire la suite.

Côte d’Ivoire: le soutien du FPI original aux fonctionnaires en grève

Le Front Populaire Ivoirien (FPI) original conduit par Aboudrahamane Sangaré est de tout cœur avec la grève des fonctionnaires lancée et bien exécutée depuis le lundi dernier 9 janvier 2017. Pour le parti du Président Gbagbo, de telles actions sont à encourager afin que les familles ivoiriennes se portent mieux.

Le FPI original vient en soutien aux fonctionnaires en grève

Le président par intérim du FPI original, Aboudrahamane Sangaré et ses camarades restés fidèles au combat que mène le Président Laurent Gbagbo depuis la Cour Pénale Internationale (CPI) où il est incarcéré, ont donné leur main d’association au mouvement de grève des fonctionnaires lancé depuis le lundi 9 janvier dernier par les travailleurs de la Fonction Publique qui observent un arrêt de travail à l’appel de la Plate-forme nationale des organisations de la Fonction Publique (PSN) et de l’Intersyndicale de l’Enseignement Préscolaire et Primaire de Côte d’Ivoire (ISEPP-CI).

Selon le porte-parole de cette tendance FPI, Boubacar Koné: « le mépris et l’arrogance du régime Ouattara à l’endroit des travailleurs ivoiriens »  est à reprouver. C’est pourquoi, il demande aux travailleurs d’être très vigilants pour « de démasquer toujours à temps les pièges, les complots et le dilatoire du régime Ouattara », a conseillé le 1er Secrétaire Général Adjoint du FPI original .

Les «Gbagbo ou rien » du FPI tendance Abou Drahamane Sangaré félicitent et encouragent les organisations syndicales de la Fonction Publique en lutte pour l’amélioration des conditions de vie et de travail des travailleurs de Côte d’Ivoire. Ils expriment leur soutien sans faille aux travailleurs ivoiriens en lutte pour améliorer de leurs conditions de vie et de travail et leur demande de persévérer.

Il faut noter que les revendications des travailleurs en grève sont entre autres, le retrait de la réforme des retraites issue de l’ordonnance prise en 2012 par l’actuel chef de l’Etat réduisant de plus de la moitié la pension, prive la famille du fonctionnaire défunt des ressources après sa disparition et ne permet pas de payer la pension de réversion de la veuve et du veuf.

Il faut ajouter le paiement du stock des arriérés, la revalorisation des salaires, des indemnités et les accessoires de salaires dont le paiement de 150 points d’indice, le respect de la liberté syndicale et enfin le retrait de l’impôt sur le traitement des salaires (ITS) et la contribution nationale.

La grève sera reconduite pour encore cinq jours si le gouvernement reste sourd aux revendications des fonctionnaires.

Lire la suite.

Côte d’Ivoire: la grève des fonctionnaires a bien débuté

La grève des fonctionnaires et agents de l’Etat de Côte d’Ivoire a bien débuté ce lundi 9 janvier 2017 comme indiqué dans le préavis qui avait été déposé depuis novembre 2016. Pour cette première journée, la grève a été largement suivie, comme l’a déclaré le président de la plateforme nationale lors d’un semi-bilan.

La grève des fonctionnaires de Côte d’Ivoire bien entamée

La grève des fonctionnaires et agents de l’Etat en cette première journée a très bien démarré au regard de la déclaration faite par le président de la Plateforme des fonctionnaire, Théodore Gnagna Zadi. Selon lui, le point à la mi-journée secteur par secteur se présenterait comme suit :

« Secteur Education-Formation 100% ; Secteur Enseignement supérieur 100% ; Secteur Santé 80% ; Affaires sociales 100% ; Secteur des Finances 70% ; Secteur technique (Eaux et Forêts, autres) 100% Secteur Administration Territoriale 90% ; Secteur Administration Générale 80%, ce qui donne un suivi général de plus de 92% pour cette mi-journée. La plateforme Nationale félicite tous les Secrétaires généraux Nationaux et locaux et l’ensemble des Fonctionnaires et Agents de l’Etat pour leur mobilisation exceptionnelle. La Plateforme Nationale demande aux camarades de rester sourds à toutes formes de pression d’où qu’elles viennent et à l’écoute de la Direction, » a déclaré le président Gnagna.

Pour rappel, c’est Conformément au préavis d’arrêt de travail déposé par la Plateforme nationale le 21 novembre 2016, les Fonctionnaires et Agents de l’Etat de Côte d’Ivoire ont entamé ce lundi 9 janvier 2017, la grève devra durer 5 jours en vue de réclamer : « La révision des dispositions antisociales de la nouvelle ordonnance relative à la retraite ; Le paiement du stock des arriérés dus aux fonctionnaires ; L’intégration des Agents journaliers à la Fonction Publique ; Le respect des libertés syndicales. »

Lire la suite.

Côte d’Ivoire: le Rassemblement des Enseignants Républicains (RER) se ridiculise

Le Rassemblement des Enseignants Républicains (RER), mouvance du parti au pouvoir, le Rassemblement des Républicains (RDR), vient de tomber dans le ridicule en appelant les fonctionnaires proches du RHDP à se désolidariser de la Plateforme Nationale qui observe depuis ce lundi cinq jours de grève.

Côte d’Ivoire: les Enseignants Républicains (RER) prêchent dans le désert

Ignorant que les fonctionnaires en ce moment en grève sont de tout bord politique, le Rassemblement des Enseignants Républicains (RER) appelle les fonctionnaires issus du Rassemblement des Houphouëtistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP) à se désolidariser du mouvement largement suivi dès ce premier jour lundi 9 janvier 2017. Un appel jugé ridicule surtout que les fonctionnaires RDR, PDCI-RDA, FPI, etc. ont accepté d’observer 5 jours de grève parce que les revendications sont objectives et ne visent en rien une donne politicienne mal inspirée.

N’en déplaise à l’infortuné président du Rassemblement des enseignants républicains (RER), Abdoulaye Kouyaté, pour qui ladite grève viserait à, « saper l’excellent travail réalisé par le président de la République », les fonctionnaires conscients et responsables de Côte d’Ivoire jugent qu’un travail excellent, c’est celui qui n’appauvrit pas les familles ivoiriennes comme l’ordonnance de 2012 fixant les pensions de retraite des fonctionnaires et agents de l’Etat et mieux, est excellent dans son travail tout premier responsable qui paye aux travailleurs d’un pays civilisé leurs arriérés, leurs droits sinon à quoi bon?

Lorsque Abdoulaye Kouyaté affirme que « Le RER considère que la grève du 9 janvier 2017 est un mouvement à caractère purement politique qui ne vise que la déstabilisation de la Côte d’Ivoire. En si peu de temps, le président de la République a réussi à réconcilier notre pays avec sa grandeur légendaire, assurer la sécurité pour nos familles, assainir notre économie et mis nos compatriotes au travail,» les fonctionnaires s’étonnent de la cécité politique de ce triste personnage qui a déjà perdu la mémoire de la mutinerie qui a déstabilisé la Côte d’Ivoire ce week-end dernier…

Les Ivoiriens ne veulent pas d’un Etat voyou, et c’est bien la raison pour laquelle ils utilisent la grève (et non les armes) pour arracher leur bonheur aux fossoyeurs du bien-être des familles ivoiriennes. Heureusement que cet appel du RER est tombé dans les oreilles de sourds, au regard de la grève qui depuis hier lundi est largement suivie dans tous les secteurs d’activité de la Nation ivoirienne.

Et il en sera ainsi jusqu’au vendredi 13 janvier prochain.

Lire la suite.

Côte d’Ivoire: La grève des fonctionnaires maintenue

Les fonctionnaires de Côte d’Ivoire iront bel et bien en grève à partir du lundi 9 janvier prochain. Hier, à l’Université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan-Cocody, une Assemblée Générale Extraordinaire a été convoquée par la Plateforme des fonctionnaires à l’Amphi B du District à ce sujet.

Les fonctionnaires de Côte d’Ivoire en grève dès lundi

La plateforme des fonctionnaires de Côte d’Ivoire dirigée par M. Gnagna Zadi a convoqué l’ensemble des fonctionnaires et agents de l’Etat à une Assemblée Générale Extraordinaire, à l’Amphi B du District de l’Université Félix Houphouët-Boigny de Cocody, de 13h à 16h.

Au cours des échanges, les interventions ont fait mention de l’ordonnance de 2012 fixant les pensions de retraite des fonctionnaires et le stock des arriérés dus par l’Etat de Côte d’Ivoire aux travailleurs. A l’unanimité, les fonctionnaires ont demandé le retrait pur et simple de cette ordonnance qualifiée d' »inique », de « diabolique » et qui est conçue pour appauvrir les fonctionnaires.

La Plateforme a pour cela décidé de maintenir la grève pour laquelle un préavis avait été déposé le 21 novembre 2016. Du lundi 9 au vendredi 13 janvier 2017, les fonctionnaires et agents de l’Etat ivoirien s’abstiendront de leurs tâches régaliennes vis-à-vis du pays pour crier ainsi leur mécontentement. Pour la Plateforme, en proposant un Forum Social en février 2017 pour passer au peigne fin les revendications  des fonctionnaires, le gouvernement se soucie moins du bien-être de ses travailleurs et cherche à accuser cette classe active au lieu de régler ses difficultés.

Le président de la Plateforme, Gnagna Zadi, de façon ferme tranchera le débat :« le gouvernement n’a pas trouvé de solution à nos préoccupations (…) Il n’y a pas d’autres alternatives. Nous sommes tous d’accord pour le maintien du mot d’ordre », a t-il déclaré à l’issue de l’assemblée générale extraordinaire. Il a toutefois précisé que le service minimum sera assuré dans certains secteurs notamment ceux de la santé, des impôts et des douanes.

Le 08 novembre 2016, la plateforme avait initié une grève de 72 heures pour réclamer entre autres le paiement de stock d’arriérés et la modification de l’ordonnance de 2012 sur les pensions de retraite.  Aussi, cette réforme fait passer l’âge de la retraite de 55 à 60 ans, voire 65 ans pour les grades les plus élevés, les cotisations passent de 6 à 8,33% du salaire et les pensions réduites de 30 à 50%.

Lire la suite.

Côte d’Ivoire: la grève des fonctionnaires et agents de l’Etat se précise

Les fonctionnaires et agents de l’Etat de Côte d’Ivoire avaient déposé en 2016 un préavis de grève devant prendre effet à partir du 9 janvier, pour s’étendre sur cinq jours francs. A l’approche de la date indiquée, l’Intersyndicale qui conduit le mouvement fait des précisions.

Les fonctionnaires très bientôt en grève en Côte d’Ivoire

La grève générale des fonctionnaires et agents de l’Etat de novembre 2016, lancée par la plate-forme des organisations professionnelles du secteur public de Zadi Gnagna, sera reconduite pour cinq (5) jours francs à partir du 9 janvier 2017 si le gouvernement reste sourd aux attentes des travailleurs ivoiriens.

A l’origine de cette fronde sociale sans précédent, deux mesures controversées et impopulaires prises par le régime. L’ordonnance du chef de l’Etat de 2012 portant réforme des pensions de retraite. Une réforme qui, aux dires des syndicalistes, appauvri le fonctionnaire à sa retraite. Ce qui ne s’était jamais vu depuis 1962 où la loi sur les pensions de retraite a été votée. La seconde décision vomie par les fonctionnaires, c’est la décision du pouvoir en place d’imposer aux fonctionnaires, singulièrement, aux instituteurs du public, le deuil de leurs arriérés. Deuil lié à leur indemnité de logement et à leur bonification indiciaire. Sans compter des revendications aussi cruciales que celles de la levée de la suspension des check-off, du respect des libertés syndicales.

Que ce soit la plate-forme des organisations professionnelles du secteur public, l’Isepp-Ci, tous remettent le couvert dans la deuxième semaine de janvier. Un mois de tous les dangers où ils entendent pour une fois, faire plier le gouvernement. A moins que ce régime change contre toute attente, de fusil d’épaule. Ou ça passe ou ça casse, entend t-on ces jours-ci chez les syndicalistes.

Faire annuler l’ordonnance de 2012 d’Alassane Ouattara, et obtenir au forceps, le paiement des arriérés par des grèves illimitées, qu’advienne que pourra, tel est le mot d’ordre lancé dans tous les états-majors. Le gouvernement aura certainement bien des soucis avec l’entrée en scène d’une nouvelle faîtière, l’Intersyndicale des Fonctionnaires de Côte d’Ivoire (If-Ci) qui elle aussi, a décidé de se jeter à l’eau le 9 janvier prochain. Une question de survie!

Lire la suite.

Côte d’Ivoire: les Fonctionnaires en grève début janvier 2017

Les Fonctionnaires et Agents de l’Etat de Côte d’Ivoire ont décidé de rentrer en grève dès la première quinzaine du mois de janvier 2017. Jusque là, le gouvernement n’a pas bougé d’un iota quant à l’ordonnance de 2012 au sujet des pensions de retraite dont les Fonctionnaires réclament le retrait.

Janvier 2017: les Fonctionnaires de Côte d’Ivoire en grève

Les travailleurs réunis autour de l’Intersyndicale des Fonctionnaires de Côte d’Ivoire (If-Ci) ont tenu une Assemblée générale extraordinaire, le 7 décembre dernier, à l’Ecole Normale Supérieure (Ens), sise à Cocody. A l’ordre du jour, figuraient les points suivants:  » annulation de l’ordonnance de 2012 qui portent réforme des pensions de retraite des fonctionnaires; l’annulation sans condition de l’impôt sur traitement et salaire (Its) et de la Contribution nationale (Cn) ; le paiement du stock des arriérés, la revalorisation des salaires et accessoires, le paiement des 150 points d’indice à certains fonctionnaires… ».

Pour l’Intersyndicale représentée ici par trois portes-parole dont le principal, Abonga Jean Yves Koutouan, le dépôt depuis le mardi dernier du préavis de grève au cabinet du ministre de la Fonction publique et de la Modernisation de l’Administration, Pascal Kouakou Abinan, est juste un acte républicain posé pour permettre au gouvernement de prendre en temps réel des mesures idoines devant aboutir au bien-être des travailleurs de Côte d’Ivoire. Toutefois, le préavis indique une grève du 9 au 13 janvier 2017.

On se rappelle que la dernière grève générale des fonctionnaires qui remonte en novembre a paralysé à 70%, les administrations, les écoles primaires, secondaires et universités publiques. La plate-forme des organisations professionnelles du secteur public dirigée par Gnagna Zadi qui a lancé le mot d’ordre de grève de novembre dernier, entre encore en grève en janvier 2017. Aux mêmes dates pratiquement que l’If-Ci.

Lire la suite.