CAF : visé par une enquête, est-ce la fin de règne pour Issa Hayatou ?

Issa Hayatou est actuellement dans le viseur des autorités judiciaires égyptiennes qui ont décidé d’ouvrir une enquête à son sujet. Il est reproché au président de la CAF d’avoir abusé de son pouvoir dans l’attribution de certains marchés.

Issa Hayatou épinglé pour corruption ?

Le monde du football connait tellement de remous actuellement qu’Issa Hayatou pourrait craindre pour son poste à la CAF. En effet, les autorités égyptiennes accusent le président de la Confédération africaine de football (CAF) d’avoir attribué des droits de retransmissions de plusieurs tournois africains à la société Lagardère sport par un accord de gré à gré. Alors que la loi égyptienne exige un appel d’offres en pareille occurrence. Aussi, la CAF devrait-elle se soumettre à la législation nationale, surtout que son siège se trouve au pays des Pharaons.

Toutefois, Junior Binyam, directeur de communication de la confédération, déclare n’avoir reçu aucune notification dans ce sens pour l’instant. De même, la société Largardère, bénéficiaire du contrat litigieux, fustige des allégations non fondées de la partie égyptienne.

Comme Sepp Blatter à la FIFA, Hayatou pourrait également être dans la tourmente si ces accusations sont avérées. À la tête du football africain depuis 1988, le Camerounais pourrait être poussé vers la sortie en cas de confirmation. À 70 ans révolus et quelque peu affaibli physiquement, il pourrait être véritablement sur la sellette. Lui qui a assuré l’intérim de la présidence de la FIFA (octobre 2015 à février 2016) après la suspension Blatter. Et l’ancien professeur d’éducation physique et sportive au Cameroun en est bien conscient.

Lire la suite.

CAN 2017 : La compétition au Maroc plutôt qu’au Gabon ? La CAF y pense…

La CAN 2017 pourrait se jouer au Maroc en raison de la crise socio-politique qui secoue actuellement le Gabon. Telle est la pièce de rechange de la CAF au cas où la situation sécuritaire au pays de Bongo ne permettait pas d’organiser la compétition.

CAN 2017, le Gabon disqualifié pour instabilité socio-politique ?

L’organisation de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN 2017) est devenue une équation à plusieurs inconnues pour la CAF. En effet, les responsables de la Confédération africaine de football (CAF) évoquent, de façon insistante, une délocalisation de cette compétition. C’est que la crise post-électorale qui a cours au Gabon, à quatre mois de la compétition, est devenue un noeud gordien pour Issa Hayatou et ses collaborateurs. Mais pour parer à toute éventualité, l’instance dirigeante du football africain envisagerait d’en confier l’organisation au royaume chérifien.

Ainsi, le Maroc pourrait se rattraper après l’organisation manquée de la CAN 2015 en raison de l’épidémie d’Ebola. Les autorités marocaines, après avoir construit toutes les infrastructures sportives et hôtelières, s’étaient désistées au dernier moment. C’est alors que la Guinée Équatoriale avait été désignée, in extrémis, pour abriter les rencontres. Cette 31e édition de 2017 qui devrait se jouer initialement en Libye avait été confiée au Gabon pour cause d’instabilité politique. Les mêmes raisons pourraient entrainer un retour de la compétition dans le Maghreb.

Notons que le tournoi se jouera du 21 janvier au 12 février 2017 entre les 16 meilleures équipes du continent. L’Algérie, le Burkina Faso, le Cameroun, l’Égypte, le Gabon, le Ghana, la Guinée-Bissau, le Mali, le Maroc, l’Ouganda, la RD Congo, le Sénégal, le Togo, la Tunisie et le Zimbabwe sont tous à l’assaut des Éléphants de Côte d’Ivoire, détenteurs du trophée.

Lire la suite.

FIFA : Gianni Infantino fait rêver l’Afrique avec un Mondial à 40 équipes

Gianni Infantino est décidé à passer à quarante équipes pour la coupe du monde de football. En visite au Nigeria, ce lundi 25 juillet, le président de la FIFA a encore réitéré cette promesse de campagne. L’Afrique pourrait gagner deux places supplémentaires si cette volonté était mise en oeuvre, selon RFI.

Gianni Infantino milite pour sept équipes africaines au Mondial

Gianni Infantino ne veut nullement oublier son programme pour lequel il a été élu à la tête de la FIFA. En effet, le successeur de Sepp Blatter ambitionne d’accroitre le nombre d’équipes participantes au Mondial. Ainsi, de passage à Abuja (Nigeria), le nouveau patron du football mondial s’est voulu constant : « Je crois que pour la Coupe du monde 2026, nous devrions avoir 40 équipes. Et parmi les huit formations supplémentaires, il devrait y avoir au moins deux nations africaines. » Puis il ajoute : « Nous en discutons et j’espère être capable de convaincre tout le monde. »

Ce voeu pieux longtemps caressé par Issa Hayatou, président de la CAF, est en passe de devenir une réalité. Même si pour les deux prochaines éditions (Russie 2018 et Qatar 2022) le nombre d’équipes de la phase finale est maintenu à 32, il est fort probable que le Conseil de la FIFA y ajoute huit supplémentaires dès octobre 2016. En pareille occurrence, les participants africains pourraient passer de cinq à sept.

Cette ambition est d’autant plus réalisable que la Sénégalaise Fatma Samoura est dans la délégation. À en croire la toute nouvelle secrétaire générale de la FIFA : « Le fait d’avoir une femme africaine en tant que Secrétaire générale, c’est un signal très fort. » Puis, elle rassure tous les Africains : « Le programme du président est mon programme ! Et dans son programme, l’Afrique occupe une place particulière. » Les tractation vont donc bon train pour que cela soit ainsi.

Lire la suite.

Avant l’élection, la FIFA prend des mesures drastiques pour tourner la page Blatter

La FIFA est résolument en train de sortir de la plus grave crise de son histoire. La plus haute instance mondiale du football vote ce vendredi 26 février pour élire son nouveau président. Mais bien avant, l’adoption de certaines réformes par ses différents membres s’avèrent nécessaires pour la mettre à l’abri d’autres surprises désagréables, apprend-on de L’Equipe.

La FIFA fait sa mue.

La Fédération Internationale de football association (FIFA) se retrouve ce vendredi 26 février au siège de l’institution à Zurich (Suisse) pour élire le remplaçant de Sepp Blatter. En prélude à cette élection tant attendue, le président intérimaire de l’institution, Issa Hayatou a tenu à attirer l’attention des uns et des autres sur l’enjeu de l’adoption de certaines réformes jugées indispensables pour sa survie : « L’avenir de la FIFA est en jeu après une année de crise. Nous avons l’occasion de rectifier le tir en adoptant des réformes. Cela créera un système de direction plus robuste et contribuera à restaurer la confiance dans notre organisation. »

Adhérant au projet, 89% des 209 Fédérations présentes à ce grand rendez-vous ont adopté les réformes proposées par la table de séance. Il s’agit entre autres de la limitation à trois mandats de quatre ans pour le président et tous les autres hauts responsables, la séparation des fonctions politiques (le Conseil) et de management (le secrétariat général), l’élection des 36 membres du Conseil par les fédérations après des «contrôles d’intégrité poussés», la publication des revenus du président et tous les autres hauts responsables, la réduction à 9 des Commissions et le renforcement de la présence des femmes dans la gouvernance.

Sur les cinq candidats en lice, Gianni Infantino, précédemment vice-président de l’UEFA et le Cheikh Salman (président de la Confédération Asiatique de Football et vice-président à la FIFA) font office de favoris.

Lire la suite.

CHAN 2016 : victorieuse du Mali, la RDC coule des jours heureux sur le toit de l’Afrique

La RDC s’est adjugée le trophée du Championnat d’Afrique des Nations 2016 (CHAN 2016) en battant à Kigali les Aigles du Mali sur le score de 3 buts à 0. C’est le deuxième sacre des Léopards (du nom de la sélection congolaise) dans cette compétition après celui de 2009.

La RDC récidive.

La RDC sort grand vainqueur du CHAN 2016. Les lampions se sont éteints au Rwanda sur cette compétition qui a tenu en haleine pendant plusieurs jours les férus du football africain. La finale prévue pour le dimanche 7 février a permis de départager les deux finalistes en l’occurrence les Léopards et les Maliens. En présence des officiels rwandais et ceux de la Confédération Africaine de Football (CAF) bien représenté par son président, Issa Hayatou, les Congolais, on peut le dire sans risque de se tromper, ont fait d’une bouchée les Aigles du Mali (3 – 0), en les forçant de prime abord à l’atterrissage.

Le virevoltant ailier gauche congolais, Elia Meschak, parti dans ses déboulés habituels, ouvrit le score à la 29è minute, avant de doubler la mise à l’heure de jeu (62è). Parti de sa défense, Joyce Lomalisa creusa l’abcès en scellant le sort des Maliens sur une frappe au ras-du-poteau à la 73è minute de jeu. Les Léopards de la RDC conduits par le coach Florent Ibenge peuvent jubiler et goûter aux joies d’un trophée continental après celui glané par Trésor Mputu et ses coéquipiers en 2009.

Notons que quelques heures plus tôt, les Eléphants de Côte d’Ivoire ont pris le soin de battre le Syli national de Guinée (2- 1) et de décrocher la troisième place du tournoi.

Lire la suite.

Cameroun : Issa Hayatou s’éloigne progressivement de la présidence de la CAF

Issa Hayatou pourrait abandonner la présidence de la CAF. Après plus de deux décennies (28 ans cette année) à la tête de la plus haute instance africaine de football, le Camerounais songerait peut-être à raccrocher. Il a décidé d’abandonner ce lundi 18 janvier 2016 certains des pouvoirs qui lui sont dévolus au sein de l’institution, a-t-on appris de BBC.

Issa Hayatou rompt sous la pression

Issa Hayatou a remis entre les mains de plusieurs personnalités de la Confédération Africaine de Football (CAF) quasiment 50% des pouvoirs qui lui reviennent de droit en tant que Président de cette structure de premier rang du football sur le continent africain.

L’annonce a été faite ce lundi via un communiqué qui explique que l’homme a pris sur lui la responsabilité de se départir de certaines de ses prérogatives après qu’un candidat à la Présidence de la FIFA, en l’occurrence le Prince Ali ait dénoncé des combines à la suite d’un partenariat entre la CAF et la Confédération Asiatique de Football qui vise à favoriser le Cheikh Salman Bin Ebrahim Al Khalifa, également candidat. Rappelons qu’Issa Hayatou est le Président par intérim de la FIFA depuis la démission de Sepp Blatter.

Le communiqué se présente comme suit : « Le comité exécutif de la CAF a autorisé (samedi) une délégation de pouvoirs à ses vice-présidents Suketu Patel et Almamy Kabele Camara, qui seront chargés des relations entre la CAF, les autres confédérations, les membres et les candidats à l’élection présidentielle de la Fifa jusqu’à la conclusion du processus électoral. Le président, en accord avec le comité exécutif, veut simplement porter uniquement sa casquette de président de la Fifa pendant le processus électoral, dont la phase finale débute le 26 janvier avec la liste définitive des candidats. »

Lire la suite.

Sénégal : élection à la Fifa, le prince Ali fait les yeux doux à l’Afrique

Le prince Ali ben Al-Hussein, candidat à la présidence de la Fifa, est déterminé à gagner les élections du 26 février prochain. Pour ce faire, il multiplie les voyages en Afrique où il espère avoir le soutien des 54 Fédérations afin de prendre la tête de la plus haute instance du football, nous rapporte aDakar.com qui cite une dépêche de l‘AFP.

Le prince Ali ben Al-Hussein veut rallier l’Afrique à sa cause

Le prince Ali ben Al-Hussein bat campagne en Afrique. Candidat à la présidence de la Fédération internationale de football association (Fifa), il a pris la mesure de l’importance du continent africain qui compte à lui tout seul 54 fédérations. Pour ce faire, il a décidé de l’inscrire au coeur de sa politique afin de réaliser ses ambitions.

Dans une adresse faite lors de son récent passage à Dakar (Sénégal), le prince jordanien a confié que : « L’Afrique est cruciale pour faire ce qu’on veut faire, développer le football. On a besoin de développer les infrastructures en Afrique, les stades, les équipements. Le potentiel ici est absolument incroyablele moment est venu pour l’Afrique de jouer un rôle dirigeant»

Cette opération de charme aux relents électoralistes n’est pas fortuite. En effet, pour le prince de Jordanie : « Le football est le sport le plus populaire au monde. La réputation de l’organisation est à l’inverse. Nous pouvons changer ça et l’élection à venir est cruciale. »

Il compte donc sur le soutien total de l’Afrique qui compte 54 voix sur les 209 votants. Il promet sauver la Fifa en y cultivant davantage de transparence. Ce quadragénaire souhaite donc rallier l’Afrique à sa cause pour espérer se retrouver au perchoir. Pour rappel, la Fifa est actuellement dirigée par le Camerounais Issa Hayatou depuis la suspension de Sepp Blatter.

Pensez-vous que l’élection du prince Ali ben Al-Hussein à la tête de la Fifa augurera-t-il d’un lendemain radieux pour le football africain ?

Lire la suite.

[Vidéo] – Cameroun : Hayatou somnole en conférence de presse

Hayatou participait à la dernière réunion du Comité exécutif de Fédération Internationale de Football Association (FIFA) qui s’est tenue ce jeudi 3 décembre à Zurich. Rien d’anormal jusqu’à ce qu’il se mette à somnoler en pleine conférence de presse. Ce fait insolite s’est répandu sur la toile sous la forme d’une vidéo, rapporte Jeune Afrique.

Hayatou paye le prix de son retour trop rapide aux affaires

Hayatou a subi une transplantation rénale en novembre dernier. Hospitalisé à cause d’une insuffisance rénale qui le ronge depuis des années, celui qui occupe le poste de Président par intérim depuis le départ de Sepp Blatter de la FIFA se remettait peu à peu de son opération.

La FIFA avait même annoncé dans un communiqué quelques jours plus tard qu’Issa Hayatou continuera d’assurer l’intérim et malgré l’opération qu’il vient de vivre. La plus haute instance mondiale du football a indiqué qu’elle réitérait tout son soutien à son premier responsable et lui renouvelait sa confiance : « Sa mission actuelle de président de la Fifa par intérim se poursuivra comme prévu. »

Mais la vidéo montrant le Président Hayatou en train de dormir alors qu’il assistait à une réunion aussi importante que celle du Comité exécutif de la FIFA pourrait soulever la question de sa capacité physique à assumer sa fonction. En tout cas, le moins qu’on puisse dire c’est que cette vidéo défraie en ce moment la chronique.

Cette bande vidéo montre Hayatou endormi alors qu’il se livrait à l’exercice des questions-réponses face à la presse. Pour rappel, Issa Hayatou l’indéboulonnable président de la Confédération Africaine de Football (CAF) et doyen d’âge du Comité exécutif de la FIFA a pris la tête de la FIFA suite à la suspension de Sepp Blatter, prononcée le 8 octobre et qui s’achèvera le 5 janvier.

Pensez-vous que cet incident pourrait-il contraindre la FIFA à revoir son appréciation vis-à-vis d’Hayatou ?

Lire la suite.

Cameroun : transplantation rénale réussie pour Issa Hayatou

Issa Hayatou a subi une transplantation rénale ces jours-ci. Hospitalisé depuis quelques temps à cause d’une insuffisance rénale qui le ronge, celui qui assure l’intérim depuis le départ de Sepp Blatter de la FIFA se remet peu à peu de son opération.

Issa Hayatou reste aux commandes de la FIFA malgré son opération

Issa Hayatous a subi avec succès une transplantation rénale, nous apprend une dépêche de l’AFP. A 69 révolus, il souffrait d’une insuffisance rénale et attendait de subir une transplantation rénale mais l’information est restée confidentielle. Avec ses nouveaux organes, il « va désormais se reposer quelques jours » afin pour revenir très rapidement ses responsabilités à la tête de la FIFA.

La FIFA a annoncé dans un communiqué que Issa Hayatou continuera d’assurer l’intérim et malgré l’opération qu’il vient de vivre. La plus haute instance mondiale du football a indiqué que : « Sa mission actuelle de président de la Fifa par intérim se poursuivra comme prévu. »

Pour rappel, Issa Hayatou l’indéboulonnable président de la Confédération Africaine de Football (CAF) et doyen d’âge du Comité exécutif de la FIFA a pris la tête de la FIFA suite à la suspension de Sepp Blatter, prononcée le 8 octobre et qui s’achèvera le 5 janvier.

L’état de santé du Président Issa Hayatou lui permettra-t-il d’assumer pleinement ses fonctions à la FIFA ?

Lire la suite.

Issa Hayatou va cumuler la présidence de la FIFA avec celle de la CAF

Issa Hayatou, le président de la Confédération africaine de football (CAF), va continuer à présider les destinées de l’instance africaine tout en assurant la présidence par intérim de la Fédération internationale jusqu’à l’élection de la FIFA prévue le 26 février prochain à Zurich.

Issa Hayatou cumulera 2 fonctions

« J’étais la semaine dernière à une réunion du Comité exécutif de la CAF et de l’ensemble des commissions. J’ai voulu céder la place à mon premier vice-président mais le Comité exécutif a refusé en disant que le délai était très court. Ce n’est pas nécessaire de donner l’intérim. C’est pour cela que je reste. Je vais me plier en quatre pour pouvoir assumer les deux fonctions », a-t-il déclaré à l’occasion d’un entretien donné  à Cameroun tribune.

Concernant la position de l’instance africaine sur les sept candidats déclarés à la prochaine élection de la FIFA et la présence de deux Africains (Billity et Sexwale), Hayatou a expliqué : « Nous avons quatre mois encore avant les élections. Pourquoi se précipiter ? C’est une position très sage de la part de la CAF d’attendre que toutes les conditions soient réunies pour que nous puissions prendre toutes les décisions en connaissance de cause. Seuls des néophytes en la matière peuvent se précipiter ».

Lire la suite.