Égypte: Condola Rashad « Karloucha », une touriste noire victime de racisme.

L’Égypte est une terre touristique grâce aux nombreux vestiges dont il est dépositaire. Plusieurs centaines de milliers de personnes, dont Condola Rashad, visitent ce pays tous les ans. Seulement, la touriste  » Karloucha », elle n’a pas droit au même traitement que les autres.

Alors que le pays du pharaon attire tant de visiteurs générant plus de 7 milliards de dollars par an, via l’économie du tourisme, certains comportements racistes perdurent au quotidien dans les relations entre des blancs égyptiens et des touristes noirs en Égypte. Le Point International nous relate ici l’histoire de Condola Rashad, touriste noire, victime de comportements racistes d’un autre âge.

L’Égypte, ça sonne « Karloucha » pour Condola Rashad

Prise par les policiers en Égypte pour une clandestine africaine en route pour Israël,  » Karloucha » (  » la noire » en arabe) comme ce conducteur égyptien blanc aimait dire pour l’identifier, notre touriste noire fut ainsi soupçonnée à chaque barrage de police. Rétorquant «  Lé, sarfativa », c’est-à-dire  » Non, je suis française », des agents de police ont eu à cogner avec leur matraque sur le bus pour qu’il s’arrête afin qu’ils se précipitent vers elle: « Oui, oui, on peut être noir et français, ne soyez pas déçus », leur répondant en leur tendant son passeport, la peur quand même au ventre pour ce qu’elle sait de l’Égypte.

Mais le conducteur ne démord pas. Il psalmodie à l’égard de cette passagère noire ce même terme péjoratif « Karloucha » en lâchant tout agacé ces paroles haineuses:  » Avant, c’étaient nos esclaves, et maintenant ce sont nos clients ».

La réaction de la victime.

 » Tout se passe pour le mieux jusqu’à ce que le chauffeur m’annonce qu’il ne me déposera pas à mon hôtel ». Le ton monte.  Verte de rage, elle lui lance sa bouteille d’eau au visage. Il freine alors brusquement et la débarque comme un vulgaire déchet. « Je ne souhaite pas rester sur une mauvaise impression mais je dois avouer que je n’ai jamais autant mal vécu d’être noire ». Les Noirs n’y sont pour rien, nés ainsi, doivent-ils accepter d’en être victimes?

Lire la suite.