Côte d’Ivoire : le budget des Éléphants, une gestion non contrôlée ?

Les Éléphants de Côte d’Ivoire sont actuellement en préparation à Abu Dhabi en prélude à la CAN 2017. Pour ce faire, le gouvernement ivoirien a décaissé environ 4 milliards de francs CFA comme budget. Mais ce qui fait grincer les dents à Abidjan, c’est que ces fonds sont souvent gérés sans grand contrôle.

Les Éléphants à la CAN, une prime à la malversation ?

Chaque participation des Éléphants à la CAN entraine le décaissement de sommes faramineuses pour les mettre dans les conditions idoines. Mais là où le bât blesse généralement, c’est que l’argent du contribuable ivoirien est souvent dilapidé sans que ni le ministère des Sports, ni la Fédération ivoirienne de football (FIF) ne rendent véritablement compte de leur gestion. Cette attitude est d’autant plus scandaleuse que 720 millions de francs CFA de primes s’étaient volatilisés sans trouver de coupables. Alain Lobognon, le ministre d’alors, et ses deux collaborateurs n’avaient simplement qu’été demis de leurs fonctions, sans poursuites judiciaires.

Aussi, l’affaire des primes « disparues » des champions d’Afrique est-elle passée sans grands bruits sur les bords de la lagune Ébrié. Exceptées quelques réactions isolées d’une poignée d’Ivoiriens, à l’image de Pierre Adjoumani, président de la Lidho : « L’argent du contribuable a besoin d’être géré avec un minimum de clarté. Nous attirons l’attention de l’exécutif afin d’éviter que se répète le scénario de 2015. » Cette réaction vient à propos, car François Albert Amichia, ministre des Sports, a annoncé un budget de 3,9 milliards francs CFA (5,9 millions d’euros) pour la préparation et la participation à la Coupe d’Afrique des Nations (CAN 2017) au Gabon.

En dépit de ces moyens colossaux, les ambitions d’Augustin Sidy Diallo, président de la FIF, sont un peu trop modestes : « Nous avons une équipe jeune et en reconstruction. Notre objectif sera de passer le premier tour. » Humilité ou stratégie pour éviter la pression, dirait-on. Mais cette attitude ne serait-elle pas de nature à plomber l’ardeur des champions d’Afrique en titre qui ambitionnent de rempiler ? Quoi qu’il en soit, les Ivoiriens attendent leur équipe de pieds fermes. De même, quelque soit là où s’arrêtera l’aventure de la Selephanto, toute la Côte d’Ivoire attend un compte rendu fidèle de l’expédition gabonaise.

Lire la suite.

Côte d’Ivoire : CAN 2017, les Éléphants tiennent à défendre leur titre

La CAN 2017 approche à grands pas et l’objectif des Éléphants, champions d’Afrique en titre, est clair : conserver leur titre. Pour ce faire, les Pachydermes sont aillés se préparer à Abou Dhabi, avec un budget de près de 4 milliards.

Les Éléphants en pleine préparation à Abou Dhabi

Le ministère des Sports a cassé sa tirelire pour créer les conditions d’une préparation et une participation efficiente des Éléphants. Car la Coupe d’Afrique des Nations (CAN2017) est pour les autorités ivoiriennes l’une des priorités en ce début 2017. À cet effet, le ministre François Albert Amichia a tenu à rassurer les acteurs du football ivoirien : « L’État respectera ses engagements vis-à-vis de la Fédération ivoirienne de Football (FIF) afin que l’équipe nationale se déplace pour défendre son titre. » Joignant l’acte à la parole, le ministre a décaissé 5,9 millions d’euros (3,9 milliards de francs CFA) comme budget.

Mettre les petits plats dans les grands pour avoir un groupe homogène et compétitif, tel est le leitmotiv de l’équipe. Ainsi, Michel Dussuyer et ses poulains se sont-ils envolés à Abou Dhabi (Émirats arabes unis) pour peaufiner leur préparation. Ils auront à la clé deux matchs amicaux, contre la Suède (8 janvier) et l’Ouganda (11 janvier). L’objectif de ces rencontres est tout simple pour le coach Dussuyer : « Nous devons trouver une bonne relation entre les différents secteurs de jeu et gagner ainsi en maîtrise collective quand on a le ballon pour pouvoir ensuite bien s’exprimer dans les 30 derniers mètres, où tout se joue. »

Notons que la CAN se déroulera du 14 janvier au 5 février prochain au Gabon. Les autorités ivoiriennes ne lésinent donc pas sur les moyens pour permettre à Serey Dié et ses coéquipiers de défendre crânement leur titre. Chaque joueur devra donc se battre pour avoir une place au sein de l’effectif. Car, c’est ce mercredi 4 janvier, l’entraineur annoncera la liste définitive des 23 joueurs ivoiriens retenus pour la compétition.

Lire la suite.

France – CIV : match amical, les Éléphants ratent de peu les Bleus

Le match amical tant attendu entre Les Bleus français et les Éléphants de Côte d’Ivoire n’a véritablement pas été étincelant. Comme son nom l’indique, la rencontre entre ces deux sélections s’est également soldée par un score tout aussi amical (0-0).

Les Bleus et les Éléphants se séparent dos à dos

La rencontre entre vice-champion d’Europe et champion d’Afrique qui s’annonçait très prometteuse a pourtant laissé les observateurs sur leur faim. En effet, Les Bleus ont livré un match amical contre les Éléphants, ce mardi, au stade Bollaert-Delelis de Lens. En dépit de leur euphorie des 15 premières minutes, les locaux n’ont pu trouver le chemin du filet. Les poulains de Didier Deschamps n’ont véritablement pu se créer des occasions franches pour prendre à défaut Gbohouo Silvain. À contrario, les Ivoiriens sont revenus dans le match, manquant de peu de scorer sur une frappe sèche d’Adam Traoré. Le but marqué dans la foulée par Salomon Kalou a été logiquement refusé pour position de hors-jeu.

Durant toute la rencontre, ce sont plutôt les visiteurs qui ont été très entreprenants. Serge Aurier, Serey Dié, Jonathan Kodjia et toute la Séléphanto ont véritablement mouillé le maillot. Le hic, c’est leur manque d’inspiration devant les buts adverses, maintenant les cages de Benoît Costil, le portier français, inviolés. L’absence de Gervinho au sein de la sélection ivoirienne s’est également fait ressentir.

Ainsi que le déplore Michel Dussuyer, l’entraîneur de la sélection ivoirienne : « C’est sûr que c’est compliqué de se passer d’un garçon comme Gervais (Gervinho). Car à tout moment, c’est quelqu’un qui est un créateur de danger, et qui peut déstabiliser une défense. On sait qu’on ne l’aura pas pour la CAN, donc on se prépare sans lui. » Puis, il tire des leçons de ces rencontres : « C’est vrai que sur les deux matchs, on a eu quelques occasions qu’on n’a pas pu convertir. On n’a pas été réaliste pour gagner nos matchs, mais je pense qu’on s’est créé des occasions et c’est ça le plus important. » À deux mois de la CAN, les Ivoiriens espèrent tout de même que leur sélection se trouvera un buteur maison. Car, il convient d’aller défendre leur titre de champion d’Afrique au Gabon.

Lire la suite.

Côte d’Ivoire : Yaya Touré s’excuse auprès de Guardiola pour réintégrer les Citizens

Victime de la guéguerre entre Guardiola et Dimitri Seluk, Yaya Touré a décidé de prendre les choses en main. Sur sa page Facebook, le champion d’Afrique a présenté des excuses à son coach en son nom et pour son agent.

Quand Yaya Touré s’humilie pour rechausser les crampons

Depuis l’arrivée de Pep Guardiola à la tête de l’encadrement technique de Manchester City, Yaya Touré a été écarté. En effet, le coach des Citizens n’a pas apprécié le fait que Dimitri Seluk, l’agent du joueur, ait tenu des propos acerbes à son encontre. Guardiola avait donc subordonné la réintégration du quadruple ballon d’or africain à un mea-culpa de M. Seluk. Mais face à la posture radicale de son agent, l’ancien capitaine des Éléphants a franchi le pas : « Je veux m’excuser, en mon nom et pour mon agent, auprès du staff. Les paroles de mon agent ne représentent pas ce que je ressens pour ce club. Je n’ai que du respect pour Manchester City et je souhaite seulement le meilleur pour le club de football. » Avant d’ajouter : « Je suis extrêmement fier d’avoir joué un rôle dans l’histoire du club. Je vis pour jouer au football et pour divertir les fans. »

Il est bien évident que Touré vient de s’engouffrer dans la brèche ouverte par Guardiola. Car le coach des Skyblue s’était voulu très clair la semaine dernière : « Je voudrais reprendre Yaya Touré dans mon équipe, croyez-moi, je voudrais, mais vous connaissez la situation. » Ainsi, les excuses de l’ancien international ivoirien pourraient avoir leur pesant d’or pour sa réintégration au sein du groupe. Même si son agent reste campé sur sa position : « Moi, je ne m’excuse pas. J’ai juste dit qu’on voulait faire la paix. Pourquoi je m’excuserais ? Yaya s’est excusé, mais je ne vois pas pourquoi. »

Notons que le joueur ivoirien a pris sa retraite internationale cette année. Aussi, rejouer avec son club pourrait lui permettre de maintenir sa forme au haut niveau. Surtout que sans lui, Manchester City avait laminé le FC Barcelone (3-1) en Ligue des Champions mardi dernier. La balle est maintenant dans le camp de Guardiola.

Lire la suite.

Côte d’Ivoire : Blessé, Eric Bailly pourrait manquer la CAN 2017

Eric Bailly s’est blessé au genou lors de la rencontre de Premier League opposant Chelsea FC à son club Manchester United. La gravité de cette blessure pourrait priver l’international ivoirien de la prochaine CAN.

Eric Bailly blessé aux ligaments du genou

C’est un véritable coup dur aussi bien pour Manchester United que pour les Éléphants de Côte d’Ivoire. En effet, Eric Bailly s’est « gravement blessé » lors de la rencontre de 9e journée opposant Chelsea FC à ManU (4-0). Aussi, son entraîneur José Mourinho, la mort dans l’âme, annonce : « Il est blessé et j’ai peur qu’il soit gravement blessé à son genou, dans la zone des ligaments. Il pense que c’est grave. »

À un peu moins de trois mois de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN2017), le défenseur ivoirien est tout incertain. En attendant un diagnostic complet des médecins, les médias britanniques craignent d’ores et déjà une absence d’environ neuf mois. Aussi, cette nouvelle qui tombe comme un couperet viendrait déranger, si elle se confirme, le plan de Michel Dussuyer, l’entraineur des Éléphants de Côte d’Ivoire. Car le coach français des champions d’Afrique 2015 avait basé sa stratégie de défense sur cette étoile montante du football. Mais loin de s’alarmer, d’aucuns croisent les doigts pour qu’il y ait plus de peur que de mal. Eric Bertrand Bailly a un titre à défendre au Gabon en 2017, et il y tient viscéralement.

Notons que la CAN 2017 se déroulera du 14 janvier au 5 février au Gabon. La Côte d’Ivoire est logée dans le Groupe C avec le Maroc, le Togo et la RD Congo.

Lire la suite.

Côte d’Ivoire : Brice Dja Djédjé s’excuse et réintègre les Eléphants

Brice Dja Djédjé pourra rechausser les crampons avec les Éléphants. C’est du moins ce qui ressort d’une interview donnée par l’international ivoirien de l’Olympique de Marseille lui-même. Il profite donc pour lever le voile sur les raisons de son absence prolongée avec sa sélection nationale, nous rapporte Rfi.

Brice Dja Djédjé de retour en sélection

Absent durant la précédente Coupe d’Afrique des Nations (CAN 2015), Brice Dja Djédjé est heureux de retrouver la sélection nationale. Ainsi, après une saison émaillée de blessures et de résultats peu reluisants pour son club marseillais, le latéral droit ivoirien ne cache pas son plaisir de regagner les Eléphants : « Ce match de sélection tombe très bien pour moi après cette saison difficile avec l’OM. » Puis il ajoute : « J’aurais voulu réintégrer la sélection plus tôt, mais, après les pépins physiques endurés, j’ai dû discuter avec le sélectionneur et attendre avant d’être apte à revenir en sélection. »

Mais ce retour au bercail de l’international ivoirien ne s’est pas fait sans tractations. En effet, le joueur avait décidé, de son propre chef, de quitter la sélection ainsi qu’il l’explique : « Je voulais vraiment me concentrer sur la saison et bien finir avec l’OM donc j’ai demandé à l’entraineur (Hervé Renard, NDLR) de prendre quelqu’un d’autre à ma place pour la CAN 2015. » Conscient que cette volte-face a été diversement interprétée sur les bords de la lagune Ébrié, Dja Djédjé a décidé de mettre fin au débat : « Je tiens à m’en excuser. »

Appelé en sélection par le coach Michel Dussuyer pour le match comptant pour les éliminatoires de la CAN 2017 contre les Panthères du Gabon, le 4 juin prochain, le défenseur des Phocéens a l’opportunité de disputer sa septième rencontre avec les champions d’Afrique en titre.

Lire la suite.