FIFA : Gianni Infantino tient sa promesse d’un Mondial à 48 équipes en 2026

Chose promise, chose due, ainsi se reconnaissent les hommes de parole et d’honneur. La FIFA vient d’approuver le projet de Gianni Infantino consistant à organiser un Mondial à 48 équipes. Cette nouvelle mesure rentrera en vigueur pour le Mondial 2026 dont le pays organisateur reste à trouver.

De 32 à 48 équipes au Mondial, Gianni Infantino l’a fait

Le Conseil de la FIFA qui s’est réuni à Zürich (Suisse) les 9 et 10 janvier a pris une décision on ne peut plus innovante. En effet, l’instance suprême du football mondial vient d’approuver l’accroissement du nombre des équipes participantes au Mondial. Ainsi, des 32 sélections initiales, ce nombre passera à 48 dès le Mondial 2026 dont le pays-organisateur reste à trouver. Cette idée qui était une promesse de campagne de Gianni Infantino est désormais adoptée par la fédération qu’il dirige. Les équipes seront donc réparties en seize groupes de trois équipes, dont les deux premières sont qualifiées pour les 16es de finale.

Dès l’adoption de cette réforme, plusieurs sommités de la planète football l’ont trouvée très intéressante. L’Argentin Diego Maradona, légende du football mondial, s’en réjouit : « Cela me semble une idée fantastique. » Pour David Trezeguet, l’ancien champion du monde français : « Cela peut donner beaucoup plus de possibilités à des pays et surtout à des joueurs qui n’ont pas connu cette belle compétition. » Quant à Samuel Eto’o Fils, il exprime une vision beaucoup plus panafricaniste : « La Coupe du monde à 48 équipes, c’est une chance pour l’Afrique. »

Notons qu’avec les seize équipes supplémentaires qui viennent de s’ajouter, les revenus des organisateurs vont s’accroitre davantage. Le premier pays à expérimenter cette nouvelle formule sera connu en mai 2020.

Lire la suite.

Afrique : Samuel Eto’o Fils salue la vision d’Infantino d’un Mondial à 48

Samuel Eto’o Fils s’est clairement exprimé en faveur d’un accroissement du nombre d’équipes participant à une phase finale du Mondial. C’était lors des Globe Soccer Awards à Dubaï où l’ex-international camerounais a estimé qu’avec 48 équipes, l’Afrique aurait ses chances.

Samuel Eto’o Fils milite pour le développement du football africain

Quel footballeur professionnel ne rêve-t-il pas de participer à une phase finale de coupe du monde ? Malheureusement, la restriction faite avec 32 équipes actuellement n’admet pas l’éclosion de certaines sélections africaines qui mériteraient pourtant une place. C’est donc pour remédier à cette injustice que Samuel Eto’o Fils milite pour un Mondial à 48 équipes. Avec cet accroissement, le nombre des équipes africaines participantes pourrait passer de cinq à sept voire huit. Aussi, reconnait-il : « La Coupe du monde à 48 équipes, c’est une chance pour l’Afrique. » Avant d’ajouter : « Ce serait aussi un moyen de booster le développement du football dans davantage d’endroits et de renforcer les structures dont nous avons tant besoin pour solidifier notre football. Participer à une Coupe du monde, c’est un ciment pour le football d’un pays, mais aussi pour une nation entière. »

Face à la critique du sélectionneur allemand, Joachim Löw, d’un Mondial au rabais en cas d’accroissement du nombre de participants, l’ex-capitaine des Lions indomptables du Cameroun se veut plutôt rassurant. « Si tu veux prouver que tu es le meilleur, tu dois gagner et battre tous les autres. C’est pour cela que le tour supplémentaire de seizièmes de finale est vraiment intéressant. » Car pour lui, tout est possible sur un seul match.

En outre, le quadruple ballon d’or africain s’insurge contre le fait que le Libérien George Weah n’ait pu participer à un Mondial. De même, il s’interroge sur les chances du Gabonais Pierre-Emerick Aubameyang, du Sénégalais Sadio Mané ou d’autres grands footballeurs africains d’une participation à la coupe du monde avec l’actuelle formule à 32 équipes.

Gianni Infantino et le soutien des Africains

Notons que c’est Gianni Infantino, président de la FIFA qui a fait cette proposition alors qu’il était candidat au poste. Il entend réitérer sa position lors de la réunion du Conseil de la FIFA à Zürich les 9 et 10 janvier prochain. L’idée divise certes les spécialistes actuellement. Mais des experts sont à pied d’oeuvre pour voir sa faisabilité dès le Mondial 2026. Le soutien d’Eto’o fils à cette proposition vaut donc son pesant d’or. Certainement que d’autres sommités du football africain tels Didier Drogba, Yaya Touré, ou Emmanuel Adébayor lui emboiteront le pas. Il y va de la représentativité du football africain.

Lire la suite.