Niger: fronde sociale contre le Président Mahamadou Issoufou

Le Niger connaît une fronde sociale en ce moment. Le Président Mahamadou Issoufou ne sait plus où donner de la tête tant les Nigériens se plaignent de son incapacité et dénoncent les difficultés qu’ils vivent au quotidien.

Le Président Mahamadou Issoufou face à la fronde sociale au Niger

Le Président Mahamadou Issoufou fait face à une fronde sociale aiguë en ce moment dans son pays le Niger. Ce sont des milliers de nigériens qui ont manifesté à Niamey, la Capitale, contre le régime du président actuel.

Pour dénoncer le régime et crier leur ras-le-bol, des milliers de nigériens ont exprimé leur mécontentement, contre le gouvernement en descendant dans les rues jusqu’ à l’assemblée nationale. Le meeting a réuni des élèves , plusieurs enseignants et agents des municipalités qui accusent 7 mois d’arriérés de salaires ainsi que des commerçants dont les échoppes ont été détruites.

La présence de militaires français et américains sur le sol nigérien dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, a également été décriée par la manifestation qui s’est dispersée dans le calme. Pays le plus pauvre au monde , le Niger a été sérieusement affectée par la chute du cours du pétrole et la baisse de cours de l’uranium dont il un grand producteur mondial.

L’Afrique demeure agitée ces temps-ci au niveau de ses Etats au sein desquels des soulèvements populaires ne cessent de se multiplier pour mettre à nu l’incapacité des gouvernants plus préoccupés à accomplir des desseins iniques et occultes que de s’occuper de la prospérité de leur Etat et du bien-être des leurs.

Lire la suite.

Tchad: les étudiants désespérés par le chômage déchirent leurs diplômes devant le Parlement

A cause du chômage ambiant au Tchad en ce moment, les étudiants désespérés ont trouvé mieux et juste de déchirer devant le Parlement leurs diplômes qui n’embellissent que leurs casiers au lieu de les faire travailler.

Le chômage au Tchad: les étudiants manifestent en déchirant leurs diplômes

C’est plus qu’un cri de désespoir que celui poussé par les étudiants du Tchad en ce moment où le chômage fait rage. Ces élites de l’avenir du Tchad que constituent les étudiants en ont ras-le-bol de toujours glaner brillamment les diplômes sans avoir un jour la grâce aussi de travailler. Pour mettre fin à cette irresponsabilité gouvernementale, les étudiants vont se rendre devant le Parlement pour simplement et purement déchirer leurs diplômes.

En faisant ainsi voler en éclats leurs diplômes, les étudiants du Tchad veulent affirmer l’inutilité et l’inefficacité de leur gouvernement qui ferait mieux de démissionner plutôt que de perpétuer ainsi la misère de toute une génération de brillants tchadiens. A côté de ceux qui pour exprimer leur désespoir , ont déchiré leurs diplômes, d’autres étudiants avoisinant la centaine ont brûlé avant-hier lundi leurs diplômes devant l’assemblée nationale pour aussi protester contre le manque d’emploi dans le pays.

Pour le responsable du Mouvement des étudiants, « les jeunes diplômés sont abandonnés à leur triste sort par le gouvernement tchadien.Un diplôme qui est pourtant le couronnement de longues études mais  » il ne vaut rien, il ne peut pas me garantir un emploi » a-t-il déclaré.

Le Tchad, faut-il le rappeler, traverse une sérieuse crise financière. Les fonctionnaires ont fait des mois successifs sans percevoir de salaires. L’on comprend aisément pourquoi ces jeunes étudiants sont encore sans emploi après cinq, dix voire quinze ans de chômage.

Fasse le Ciel que le gouvernement tchadien trouve rapidement la solution à cette situation de précarité financière au lieu de prendre des mesures impopulaires qui ne feront qu’empirer la situation comme par exemple supprimer les bourses d’étude des étudiants!

Lire la suite.

Côte d’Ivoire: Affi N’guessan très heureux de la nomination de Duncan à la Vice-présidence de la République

Affi N’guessan, tout plongé dans la classe politique de l’actuel régime, se dit satisfait de la nomination au poste de Vice-président de la République de M. Daniel Kablan Duncan. Il a salué les qualités ‘’d’homme d’Etat et gros travailleur’’ que fut l’ancien Premier ministre.

Duncan Vice-président, Affi N’guessan en extase

Affi N’guessan a eu du mal à retenir hier au Parlement sa joie de voir nommer M. Daniel Kablan Duncan à la fonction de premier Vice-président de la République de Côte d’Ivoire. Pour l’exprimer, il a indiqué que ‘’ce choix quoique mérité, est avant tout politique qui s’inscrit dans la dynamique du RHDP (ndlr : Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix, coalition au pouvoir)’’, a t-il précisé.

Pour Affi N’guessan, le nouveau Vice-président est un homme digne de « confiance« , un homme ‘’pondéré’’. Visiblement tout heureux d’avoir retrouvé l’hémicycle comme il a exprimé, le nouveau député Affi N’guessan a réitéré son engagement auprès du régime Ouattara et se dit prêt à accompagner aussi Daniel Kablan Duncan dans la réalisation du projet d’émergence à l’horizon 2020 si cher à M. Alassane Ouattara.

A la tête de l’Alliance des Forces Démocratiques (AFD), Affi N’guessan a été complètement vomi par ses ex-camarades du véritable Front Populaire Ivoirien (FPI) conduit par Aboudrahamane Sangaré, président par intérim, vu que le Président Laurent Koudou Gbagbo est en ce moment incarcéré à la Cour Pénale Internationale (CPI). Cette rupture opérée par le FPI original avec M. Affi a poussé ce dernier à déclarer que l’image de Gbagbo était un véritable handicap pour la famille FPI et que par conséquent, il fallait passer à autre chose que ces histoires de « Gbagbo ou rien ».

Cette analyse a fortement déplu à la classe politique opposante en Côte d’Ivoire, et en dépit des efforts d’Affi N’guessan pour rectifier le tir, le COJEP de Charles Blé Goudé, par exemple, lui a demandé de créer son propre parti puisque l’image de Gbagbo, fondateur du FPI, est désormais pour lui Affi un handicap.

Pourquoi reste t-il alors agrippé aux insignes de ce parti (le FPI)?

Lire la suite.

Côte d’Ivoire: le discours d’accueil de Soro Guillaume à Alassane Ouattara hier au Parlement

Annoncé hier mardi au Parlement, Alassane Ouattara a été accueilli par Soro Guillaume, son président de l’Assemblée nationale fraîchement réélu, par un discours élogieux qui retrace aussi la vie menée jusque là par le Parlement encore sous sa présidence.

Parlement: Soro Guillaume accueille Alassane Ouattara par un discours

Le discours prononcé hier au Parlement par Soro Guillaume a laissé entrevoir qu’il revenait de loin :

 » Mes Chers Collègues,

Comme je vous l’annonçais hier à l’occasion de la séance inaugurale de la présente Législature, l’Assemblée nationale est honorée par la visite que lui rend ce matin, Son excellence Monsieur Alassane OUATTARA, Président de la République de Côte d’Ivoire.

Monsieur le Président de la République,

Il y a à peine trois mois, vous étiez devant la représentation nationale pour lui présenter le projet de Constitution de la Troisième République et solliciter le soutien de l’ensemble des Députés à l’œuvre de rénovation institutionnelle conçue par vous-même, dans le but d’accélérer le progrès de la démocratie dans notre pays.

Monsieur le Président de la République,

Les représentants du peuple vous ont entendu et ont porté votre message partout en Côte d’Ivoire même dans les hameaux les plus reculés, de notre pays lors de la campagne référendaire qui a débouché sur l’adoption de la Constitution de la Troisième République.

Monsieur le Président de la République,

La première Institution nationale à revêtir les habits neufs de la Constitution est l’Assemblée nationale qui a entamé depuis hier, le processus de renouvellement de ses organes.

Au nom de mes pairs nouvellement élus ou réélus, je voudrais vous souhaiter le chaleureux AKWABA dans la maison du Peuple.

Je veux traduire ma gratitude et ma reconnaissance à vous-même et au Président BEDIE pour le soutien massif et sans faille que vous m’avez apporté lors de mon élection à la présidence de l’Assemblée nationale.

Monsieur le Président de la République,

Le suffrage universel a une vertu. Il valide l’expression souveraine des gouvernés. Il nous alerte par la même occasion sur le besoin profond qu’éprouvent tous les peuples d’un renouvellement constant des modes d’action des pouvoirs publics. Les changements institutionnels sont une réponse concrète à l’expression du renouveau qu’expriment les gouvernés.

Monsieur le Président de la République,

Permettez-moi de vous donner un aperçu de la configuration de la nouvelle Assemblée nationale :
– 253 députés sur 255 sièges, 2 sièges restant à pourvoir ;
– 116 députés réélus et 137 députés nouvellement élus, soit un taux de renouvellement de 54,2 % ;
– 29 femmes députés contre 24 à la précédente législature ;
– deux nouvelles formations politiques font leur entrée à l’Assemblée nationale, le Front Populaire Ivoirien (FPI) et l’Union Pour La Côte d’Ivoire (UPCI).

Monsieur le Président de la République,

Ainsi donc, une frange importante des Députés qui vous accueillent ce matin est composée de nouveaux venus dans l’arène de la démocratie parlementaire.

Nous sommes heureux qu’au deuxième jour officiel de leur présence dans cet hémicycle, ils soient conviés à entendre votre adresse.

Monsieur le Président de la République,

Vous êtes porteur d’un nouveau message pour le Parlement et le Peuple de Côte d’Ivoire. Avec déférence, je voudrais vous inviter à monter à la tribune pour votre adresse.

Je vous remercie. »

Lire la suite.

Ghana: les derniers mots du Président sortant John Mahama Dramani

Le Président sortant du Ghana, John Mahama Dramani, a dans un discours dit ses derniers mots aux Ghanéens, avant-hier jeudi 5 janvier 2017, à la Capitale Accra. Ce discours d’au revoir a porté sur le bilan de ses années passées au pouvoir et a laissé le soin à l’histoire de juger sa gestion du Ghana.

Ghana: John Mahama Dramani dit ses derniers mots

Le Président sortant John Mahama Dramani, lors de son discours d’au revoir, a partagé sa satisfaction d’avoir réalisé des progrès dans des secteurs comme l’économie mais en particulier dans les domaines de l’éducation, de l’énergie, de l’assainissement et de la santé: « J’ai fait de mon mieux, en tenant compte de tout (…) Je peux seulement dire que j’ai fait de mon mieux, j’ai fait mon meilleur avec les meilleures intentions pour mon pays, notre pays», a t-il dit.

Poursuivant, John Mahama a ajouté ceci: « Comme je l’ai dit auparavant, je laisserai l’histoire être le juge de la façon dont j’ai servi notre nation, ce que j’ai fait ma part en transmettant le relais. Pour ce jugement sera, je ne peux pas le prédire », a t-il dit en sus lui qui s’apprête à remettre les rênes du pouvoir aujourd’hui samedi 07 janvier 2017 à son successeur Nana Akufo-Addo.

Heureux d’avoir mis un point d’honneur à servir sa nation, John Mahama Dramani a profité de l’occasion pour souhaiter une bonne et heureuse nouvelle au Président élu, Nana Akufo-Addo. Cette façon de faire est une disposition constitutionnelle propre au Ghana. Elle est conforme à l’article 67 de la Constitution ghanéenne de 1992 qui stipule en partie que « Le président doit, au début de chaque session du Parlement et avant la dissolution du Parlement, livrer un message sur l’état de la nation».

Lire la suite.

Mali : l’honorable Karim Keïta fait le point au Parlement après sa visite à Ménaka

Karim Keïta a publié un communiqué dans lequel il rend compte de sa mission à Ménaka. Le chef de la commission défense et sécurité du Parlement a honoré le rendez-vous qu’il a pris il y a quelques jours avec les militaires postés dans cette localité située dans la région nord du Mali, explique aBamako.com.

Karim Keïta dresse un premier bilan de sa visite.

Karim Keïta était à Ménaka le mercredi 6 avril dernier. Objectif de son périple : toucher du doigt les réalités du terrain, être au contact des hommes, recenser leurs besoins et comprendre leurs préoccupations en vue d’apporter des solutions efficaces qui visent à les galvaniser davantage. À la tête d’une délégation de l’Assemblée nationale malienne composée des membres de la commission défense, de la sécurité et de la protection civile, le premier responsable de ce pôle et par ailleurs fils du président Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) ont entrepris une mission de terrain.

Dans le communiqué qu’il a produit et daté du 7 avril 2016, Karim Keïta a noté que : « Sur place, la commission s’est tout d’abord rendue au Camp des FAMAS de Ménaka où les députés ont visité les lieux et échangé avec les militaires. Sur place la délégation a pu constater les dégâts de l’occupation récente et les besoins nécessaires pour la réhabilitation de nos forces de sécurité. Les membres de la Commision, avant de repartir, ont tenu à se rendre sur la base de la MINUSMA à Ménaka pour y rencontrer le contingent nigérien afin de les remercier de l’aide qu’ils apportent à notre armée. »

Lire la suite.