Côte d’Ivoire : le Cabinet d’Alassane Ouattara fait déjà de l’ombre au gouvernement

Alassane Ouattara a entériné la nomination d’un nouveau gouvernement dont la liste des membres a été rendue publique le 12 janvier 2016. De grands chamboulements étaient attendus notamment en ce qui concerne les titulaires des portefeuilles ministériels, mais le raz-de-marée n’a finalement pas eu lieu sauf la mainmise du chef de l’État sur cette équipe.

Alassane Ouattara veut contrôler davantage le travail de ses ministres.

Alassane Ouattara entame véritablement son second quinquennat avec la constitution d’une nouvelle équipe gouvernementale qui aura la lourde tâche de réaliser ses promesses de campagne. Nommée le 12 janvier dernier, elle compte 36 membres et est encore dirigée par l’indéboulonnable Premier ministre, Kablan Duncan issu du Parti Démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) d’Henri Konan Bédié. Si les « gros bras » du gouvernement ont été maintenus à leurs postes, ils devront composer avec le « Shadow cabinet » (cabinet de l’ombre) du Président qui apparaît de plus en plus sous les feux de la rampe. Qui sont-ils ?

Après Abdourahmane Cissé, ancien Conseiller en charge des finances publiques à la Présidence de la République de Côte d’Ivoire et nommé au poste de ministre délégué auprès du Premier ministre chargé du Budget et du portefeuille de l’Etat, c’est au tour de messieurs Thierry Tanoh et Philippe Serey-Eiffel d’entrer solennellement au gouvernement.

Un Bédié dans la garde rapprochée de Ouattara

Thierry Tanoh était déjà Secrétaire général adjoint du palais présidentiel d’Abidjan où il gère depuis son limogeage de la banque panafricaine, Ecobank, l’aspect économique et financier au sommet de l’État. Rien ne lui échappe et les membres de l’équipe économique ivoirienne ont pour obligation de lui faire un point détaillé. A la tête de ce département, il travaille en étroite collaboration avec Jean-Luc Bédié (le fils d’Henri Konan Bédié) qui s’occupe lui des banques et des marchés financiers et plusieurs autres personnalités dont le ministre de l’Économie et des finances et celui du budget (ancien Conseiller).

Serey, la tour de contrôle du « Shadow cabinet » Ouattara

Phillipe Serey-Eiffel est chargé des grands projets. Coordonnateur du corps des Conseillers d’Alassane Ouattara (ADO), cet ancien du Fonds Monétaire International (FMI), comme nous le disions, est le sorcier blanc qui parle à l’oreille d’ADO. De nationalité ivoirienne, ce Français d’origine cumule plusieurs responsabilités : des réformes dans les secteurs miniers et pétroliers à la mise en place des nouveaux baromètres dans les domaines du bâtiment et du génie civil, c’est lui le boss. M. Serey-Eiffel empiète parfois sur le terrain d’Adama Toungara, proche d’ADO et ministre du Pétrole et de l’Énergie.

En plus de ces hommes, Alassane Ouattara s’est fait entourer de plusieurs proches parmi lesquels figurent Amadou Gon Coulibaly (le tout-puissant Secrétaire général de la Présidence), Marcel Amon Tanoh (son Directeur de cabinet) ou encore son frère cadet, Birahima Téné Ouattara (en charge des Affaires présidentielles et DAF du palais).

Lire la suite.

Côte d’Ivoire : allô Abidjan, comment ADO fait la promotion des jeunes loups du palais

ADO ou si vous voulez Alassane Dramane Ouattara n’a pas hésité à faire la promotion de la jeunesse au lendemain de son investiture qui a eu lieu le 21 mai 2011 à Yamoussoukro (la capitale politique de la Côte d’Ivoire). Le chef de l’Etat ivoirien a parachuté beaucoup de jeunes au sommet de l’Etat. C’est une pratique qui rompt avec les habitudes africaines. Qui sont-ils ?

ADO ouvre une voie royale à la jeunesse dorée

ADO s’est entouré dès son accession à la magistrature suprême de certains jeunes qui jouent un rôle de premier rang soit au Cabinet présidentiel soit au gouvernement ou même dans les instances dirigeantes clef du pays. Quatre d’entre eux ont retenu notre attention. Il s’agit entre autres de Jean-Louis Moulot, Kinapara Coulibaly, Abdourahmane Cissé et Mamadou Touré.

Jean-Louis Moulot, 43 ans, est le Directeur de cabinet adjoint de la Présidence de la République chargé des relations avec l’Union Européenne. Ancien du prestigieux Bureau National d’Etudes Techniques et de Développement (BNETD), il a pris goût à la vie au sein des cabinets ministériels ivoiriens. Sorti tout droit de l’Université Laval Canada, cet expert des questions d’urbanisme a travaillé des années durant aux côtés de son mentor, Marcel Amon Tanoh (actuel Directeur de cabinet d’ADO) alors ministre de la Construction et de l’urbanisme sous le régime de l’ex-Président ivoirien Laurent Gbagbo.

Kinapara Coulibaly a été nommé par décret Directeur général du BNETD le 22 décembre dernier avant d’être officiellement installé dans ses fonctions au début du mois de janvier 2016 en présence de Phillipe Serey-Eiffel, le Coordonnateur du corps des Conseillers au palais. A 37 ans, il est diplômé de la prestigieuse Ecole Polytechnique de Paris (France) en 2001. Passé par Schlumberger, l’un des mastodontes des services pétroliers dans le monde, en qualité d’Ingénieur systèmes embarqués, M. Coulibaly a été Conseiller du Président de la République chargé des projets de développement.

Abdourahmane Cissé est le benjamin du gouvernement. Son parcours exceptionnel force l’admiration : Ecole Polytechnique, Institut Français du Pétrole (IFP School), Université d’Oklahoma (États-Unis). Le jeune poucet deviendra trader chez Goldman Sachs, la banque d’affaires américaine. Conseiller d’ADO pour les finances publiques pendant un moment, il sera nommé Directeur de cabinet de Kaba Nialé alors argentière du pays avant d’être bombardé ministre délégué auprès du Premier ministre chargé du Budget et du portefeuille de l’Etat. A 34 ans, cet homme au visage juvénile manille à merveille les chiffres.

Mamadou Touré est certainement le Conseiller le plus en vue de la Présidence de la République. Parachuté Conseiller technique du chef de l’Etat en charge de la jeunesse et des sports, il ne manque pas une seule occasion d’apparaître sous les feux des projecteurs : interviews soit dans la presse écrite ou en ligne soit télé ou radio.

À 39 ans et diplômé de l’Institut des hautes études internationales, du Centre d’études diplomatiques et stratégiques avec un passage à Sciences Po, l’organisation des assises annuelles de la jeunesse est l’un de ses principaux faits d’armes. Qu’on le retrouve dans ses bureaux situés au bâtiment des Conseillers sis au palais présidentiel ou à son cabinet privé sis à la Riviéra Golf (un quartier huppé d’Abidjan), Touré Mamadou est toujours en mouvement. Volubile et adepte de la politique de proximité avec les organisations de jeunes, il goupille toujours des deals.

ADO semble décidé à faire la promotion des talents jeunes même si les habitudes en Afrique donnent la priorité aux vieux briscards. Ils sont nombreux ces jeunes loups aux dents longues qui l’accompagnent chaque jour dans sa mission. On pourrait citer le ministre Sidi Touré Tiémoko (Promotion de la jeunesse), anciennement chef de cabinet du numéro 1 ivoirien. La liste n’est pas exhaustive. Nous y reviendrons.

Lire la suite.

Côte d’Ivoire : le gouvernement dévoilé, Diby Koffi et Bacongo out ! Serey-Eiffel arrive

Le nouveau gouvernement ivoirien a été dévoilé ce mardi 12 janvier. C’est le Secrétaire général de la Présidence de la République, Amadou Gon Coulibaly qui a lu le communiqué. Les ministres Diby Koffi, Gnenema Coulibaly, Cissé Bacongo et Mathieu Babaud Darret sortent des rangs. On assiste à l’entrée du très discret mais efficace Phillipe Serey-Eiffel.

Un gouvernement avec peu de changements

Le gouvernement ivoirien est connu. Daniel Kablan Duncan a désormais son équipe. Ainsi, Hamed Bakayoko conserve son portefeuille de ministre d’Etat, de l’Intérieur et de la Sécurité. Il en est de même pour l’indéboulonnable Patrick Achi (Infrastructures économiques). Les chantiers de l’Etat sont nombreux et ils devront se mettre très rapidement à la tâche en vue de conduire la Côte d’Ivoire à l’émergence d’ici l’horizon 2020 qui est un voeu cher à M. Alassane Ouattara.

Charles Diby Koffi (Affaires étrangères) et Gnenema Coulibaly (Justice) quittent le gouvernement. Ils payent un lourd tribut pour leur mauvaise gestion dans l’affaire du mandat d’amener lancé par la Juge française Sabine Khéris contre Guillaume Soro, le Président de l’Assemblée nationale ivoirienne. Le fait le plus marquant est certainement l’arrivée sous les feux des projecteurs de Phillipe Serey-Eiffel, le Coordonnateur du corps des Conseillers de la Présidence de la République. L’homme intègre l’équipe gouvernementale et c’est amplement mérité au regard des grands projets qu’il a savamment orchestré.

Homme de l’ombre et très appliqué à la tâche, cet ancien du Fonds Monétaire International (FMI) met à exécution la plupart des réformes initiées et pilotées par M. Ouattara. Loin des regards indiscrets, M. Eiffel qui est ivoirien faut-il le rappeler, est aussi un homme de réseau qui maîtrise parfaitement les rouages de la gestion des affaires publiques. C’est certainement la surprise du chef non pas en terme de compétences (car elles sont avérées) mais plutôt en terme de notoriété.

Le nouveau gouvernement se présente comme suit :

Premier ministre, ministre de l’Economie, des Finances et du Budget: Daniel Kablan Duncan

Ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur et de la Sécurité: Hamed Bakayoko

Ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères : Albert Mabri Toikeusse

Ministre d’Etat, ministre de l’Emploi et de la protection sociale: Moussa Dosso

Ministre d’Etat, Ministre du plan et du développement : Kaba Nialé

Garde des sceaux, ministre de la Justice, des droits de l’homme et des libertés publiques : Sansan Kambilé

Ministre de l’Enseignement technique et de la formation professionnelle : Paul Koffi Koffi

Ministre de l’Intégration africaine et des Ivoiriens de l’extérieur : Aly Coulibaly

Ministre du Pétrole et l’énergie : Adama Toungara

Ministre de l’Industrie et des mines : Jean Claude Brou

Ministre des Infrastructures économiques : Patrick Achi

Ministre de l’Education nationale: Kandia Kamissoko Camara

Ministre du Commerce : Jean-Louis Billon

Ministre de la Fonction publique et de la modernisation de l’Administration : Pascal Abinan Kouakou

Ministre des Transports : Gaoussou Touré

Ministre des Ressources animales et halieutiques : Kobenan Kouassi Adjoumani

Ministre de la Santé et de la lutte contre le SIDA : Raymonde Goudou Coffie

Ministre de l’Agriculture et du développement rural: Mamadou Sangafowa Coulibaly

Ministre de la Construction et de l’urbanisme : Mamadou Sanogo

Ministre de l’Habitat et du logement social : Gnamien Konan

Ministre de la Salubrité urbaine et de l’assainissement : Anne Désirée Ouloto

Ministre de l’Industrie et des mines : Jean-Claude Brou

Ministre de la Promotion de la femme, de la famille et de la protection de l’enfant : Euphrasie Kouassi Yao

Ministre de la Culture et de la Francophonie : Maurice Kouakou Bandaman

Ministre de l’Economie numérique et de la Poste, Porte-parole du gouvernement : Bruno Nabagné Koné

Ministre des Sports et loisirs : Albert François Amichia

Ministre de l’Entreprenariat national, de la promotion des PME et de l’artisanat : Anzoumana Moutayé

Ministre des Eaux et forêts : Louis-André DakouryTabley

Ministre de la Communication, Porte-parole adjointe du gouvernement : Affoussiata Bamba-Lamine

Ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique : Ramata Ly Bakayoko

Ministre du Tourisme : Roger Kacou

Ministre de la Solidarité, de la cohésion sociale et de l’indemnisation des victimes : Mariatou Koné

Ministre des Droits de l’homme et des libertés publiques : Kouadio Ezohé

Ministre auprès du Premier ministre chargé de l’Economie et des finances : Adama Koné

Ministre auprès du Premier ministre chargé du Budget et du portefeuille de l’Etat : Abdourahmane Cissé

Ministre de la Promotion de la jeunesse, de l’emploi des jeunes et du service civique : Sidi Tiémoko Touré

Ministre d’Etat Secrétaire général de la Présidence de la République : Amadou Gon Coulibaly

Ministre d’Etat auprès du Président de la République chargé du dialogue politique et des relations avec les institutions : Jeannot Kouadio Ahoussou

Ministre Directeur de cabinet du Président de la République : Marcel Amon Tano

Ministre des Affaires présidentielles : Téné Birahima Ouattara

Ministre Secrétaire général délégué à la Présidence de la République chargé des grands projets : Philippe Serey-Eiffel

Lire la suite.

Côte d’Ivoire : Phillipe Serey-Eiffel, le sorcier blanc qui parle à l’oreille d’ADO

Phillipe Serey-Eiffel est un nom peu connu du grand public. L’homme cultive la discrétion et coordonne les activités du corps des Conseillers. Homme à tout faire du chef de l’Etat ivoirien, Alassane Ouattara, il est le maître d’ouvrage de bon nombre de dossiers sensibles sur lesquels surfent le régime actuel depuis son arrivée au pouvoir. Reportage.

Phillipe Serey-Eiffel, l’homme du Président

Phillipe Serey-Eiffel est un membre très influent du « shadow cabinet » qui gère les grands dossiers qui engagent la Côte d’Ivoire depuis les bureaux de la Présidence de la République ivoirienne. En poste depuis mars 2011 sur les bords de la lagune Ebrié (cours d’eau bordant Abidjan), « le sorcier blanc » est en charge du secteur minier mais aussi de la réforme fiscale et financière. L’attribution des permis d’exploration et d’exploitation lui a valu des frictions avec le ministre Adama Toungara, titulaire du poste à l’époque et homme de main d’ADO avant qu’il lui soit retiré le portefeuille des mines.

Le très stratégique secteur pétrolier n’échappe guère également à son emprise. M. Serey-Eiffel a un droit de regard sur les activités du secteur. Toutes les informations qui se rapportent à la découverte de nouveaux champs pétroliers ou gaziers remontent jusqu’à lui et il incombe à ses services de trancher au niveau des appels d’offres.

Grand coordonnateur du corps des Conseillers, Philippe Serey-Eiffel supervise les travaux de Daouda Thiam, le Conseiller spécial chargé des ressources naturelles, Jean-Luc Bédié (le fils de l’ex-Président Henri Konan Bédié), en charge des affaires économiques et financières, et travaille en étroite collaboration avec Amadou Gon Coulibaly, le Secrétaire général de la présidence mais aussi Thiérry Tanoh qui seconde M. Coulibaly au Secrétariat général de la Présidence de la République.

Pas plus tard qu’en ce jour du mercredi 6 janvier, M. Serey-Eiffel a pris part à la cérémonie de passation de services entre Pascal Kra Koffi (le sortant) et Kinapara Coulibaly (le successeur) à la tête du Bureau National d’Etudes Techniques et de Développement (BNETD).

Quel est votre avis sur la présence de Conseillers étrangers tout-puissants au palais présidentiel d’Abidjan ?

Lire la suite.