Burkina : Face à la pression, Roch Kaboré veut remanier son gouvernement

À seulement une année après son élection que Roch Kaboré veut déjà faire le ménage dans son équipe gouvernementale. Ce remaniement envisagé par le président burkinabè serait très imminent.

Roch Kaboré met la pression sur ses ministres

La menace terroriste et les défis économiques du moment auraient poussé Roch Kaboré à vouloir redynamiser son gouvernement. À cet effet, le locataire du Kosyam serait en pleine consultation pour se donner une équipe prête à tous défis. De sources bien introduites, ce remaniement pourrait avoir lieu d’ici à fin janvier ou début février, avec une reconduction du Premier ministre Paul Kaba Thiéba. Ce dernier aurait pris des galons lors de la conférence des donateurs de Paris pour le financement du PNDES.

Mais ce n’est pas tout aussi sûr pour tous les autres ministres qui seraient sur la sellette. Simon Compaoré, l’un des barons du régime, pourrait être maintenu seulement en tant que ministre de l’Administration territoriale. Son portefeuille de la Sécurité intérieure devrait être dévolu à un civil, expert en sécurité, pour contrer les attaques jihadistes. D’autres ministres pourraient par contre se voir déchargés par le président burkinabè. C’est donc le branle-bas actuellement du côté du Faso, où chacun se bat pour conserver son poste. Outre ce remaniement ministériel, une nouvelle Constitution pourrait également être élaborée et adoptée. Comme quoi, Roch Marc Christian Kaboré veut se donner les moyens de réussir son mandat.

Lire la suite.

Niger : Quand Issoufou étend son gouvernement à ses alliés du MNSD

Mahamadou Issoufou a procédé à un remaniement ministériel dans lequel il a tenu compte de l’évolution du paysage politique. C’est que le président nigérien a fait entrer dans son nouveau gouvernement, formé ce mercredi, des cadres du MNSD.

Mahamadou Issoufou étend sa toile

Victime de récentes attaques terroristes, le Niger avait besoin de faire sa mue et resserrer davantage son unité nationale. C’est dans cette optique que Mahamadou Issoufou a tenu à faire un gouvernement d’ouverture. Tout en renouvelant sa confiance à Brigi Rafini, son Premier ministre, le président nigérien a fait entrer au sein de son équipe gouvernementale de nouvelles compétences issues du Mouvement national pour la société du développement (MNSD), son nouvel allié de la majorité présidentielle. Aussi, certains ministres déjà en poste ont simplement changé de portefeuille pour, dit-on, une question d’efficacité.

Mais là où il y a quelques grincements de dents, c’est que ce gouvernement compte 42 ministres, là où l’on s’attendait à ce que le président Issoufou en réduise le nombre, quelque peu pléthorique en ce moment. Quoi qu’il en soit, les Nigériens ont les yeux rivés sur leurs autorités afin que ceux-ci leur assurent la sécurité. Car ces derniers temps, des attaques meurtrières ont été perpétrées par terroristes sur le sol nigérien. Ce à quoi la population ne voudrait plus assister.

La nouvelle équipe gouvernementale est ainsi constituée :

Premier ministre : Brigi Rafini

Ministre d’État, Ministre de l’Intérieur, de la Sécurité publique, de la Décentralisation et des Affaires Coutumière et Religieuses : Bazoum Mohamed
Ministre d’État, Ministre de l’Agriculture et de l’Élevage : Albadé Abouba
Ministre d’État, Ministre des Transports : Omar Hamidou Tchiana
Ministre Directeur de Cabinet du Président de la République : Ouboumoudou Mahamadou
Ministre du Pétrole : Foumakoye Gado
Ministre des Finances : Massaoudou Hassoumi
Ministre de la Défense nationale : Kalla Moutari
Ministre de la Justice. Garde des Sceaux. Marou Amadou
Ministre des Affaires étrangères, de la Coopération, de l’Intégration africaine et des Nigériens à l’Extérieur : Ibrahim Yacouba
Ministre de la Jeunesse et des Sports : Moctar Kassoum
Ministre de l’Action humanitaire et de la Gestion des Catastrophes : Magagi Laouan
Ministre de la Ville et de la Salubrité Urbaine : Habi Mahamadou Salissou
Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation : Mohamed Ben Omar
Ministre du Plan : Kané Aïchatou Boulama
Ministre des Domaines et de l’Habitat : Waziri Maman
Ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur privé : Sadou Seydou
Ministre de l’Enseignement primaire, de l’Alphabétisation, de la Promotion des Langues nationales et de l’Éducation civique : Daouda Marthe
Ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative : Amadou Aïssata
Ministre de l’Emploi, du Travail et de la Sécurité sociale : Yahouza Sadissou
Ministre des Postes des Télécommunications et l’Économie numérique : Sani Maïgochi
Ministre de l’Équipement : Kadi Abdoulaye
Ministre de I ‘Hydraulique et de l’Assainissement : Barmou Salifou
Ministre de la Communication : Sani Hadiza Koubra
Ministre des Mines : Hassane Barazé Moussa
Ministre de l’Énergie : Amina Moumouni
Ministre de la Santé publique : Dr Illiassou Maïnassara
Ministre des Enseignements professionnels et techniques : Tidjani ldrissa Abdoulkadri
Ministre des Enseignements secondaires : Sani Abdourahamane
Ministre de la Renaissance culturelle des Arts et de la Modernisation sociale, Porte-parole du Gouvernement : Assoumana Mallam Issa
Ministre du Tourisme et de l’Artisanat : Ahmed Boto
Ministre de la Population : Kaffa Rékiatou Christelle Jackou
Ministre chargé des Relations avec les Institutions : Barkaï Issouf
Ministre de l’Entrepreneuriat des Jeunes : Ibrahim Issifi Sadou
Ministre de la Promotion de la Femme et de la Protection de l’Enfant : Elbak Adam Zeinabou
Ministre de l’Environnement et du Développement durable : Almoustapha Garba
Ministre du Développement communautaire et de l’Aménagement du Territoire : Amani Abdou
Ministre à la Présidence : Rhissa Ag Boula
Ministre de l’Industrie : Abdou Maman
Ministre délégué auprès du Ministre d’État, Ministre de l’Agriculture et de l’Élevage, chargé de l’Élevage : Mohamed Boucha
Ministre délégué auprès du Ministre des Finances, chargé du Budget : Ahmat Jidoud
Ministre déléguée auprès du Ministre des Affaires étrangères, de la Coopération, de l’Intégration africaine et des Nigériens à l’Extérieur, chargée de l’Intégration africaine et des Nigériens à l’Extérieur : Lamido Ousseini Salamatou Balla Goga
Ministre déléguée auprès du Ministre d’État, Ministre de l’Intérieur, de la Sécurité publique, de la Décentralisation et des Affaires coutumières et Religieuses, chargée de la Décentralisation : Maïzoumbou Hapsatou ldrissa

Lire la suite.

Remaniement ministériel au Mali : IBK ouvre son gouvernement aux groupes armés

IBK est activement en train de préparer un remaniement ministériel pour la semaine à venir. Le président malien entend par cette décision intégrer à son gouvernement des personnes issues des groupes armés rebelles. Cette action rentre dans le cadre de la relance du processus de paix, apprend-on de L’Indicateur Renouveau.

IBK prépare un gouvernement d’ouverture

Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) est plus que jamais déterminé à trouver un terrain d’entente avec les groupes armés rebelles. À cet effet, le chef de l’État malien a décidé de confier au moins quatre portefeuilles ministériels aux mouvements armés. À en croire des sources bien introduites, le Premier ministre Modibo Keïta demeure à son poste jusqu’à l’année prochaine. Quant à la composition du gouvernement, les tractations souterraines vont bon train afin de sortir une équipe consensuelle. D’aucuns vont jusqu’à demander un changement profond afin d’« insuffler un sang nouveau » au gouvernement. Cette vision est également partagée par la communauté internationale.

Cette initiative de Kankeletigui (le surnom du président IBK) participe de la recherche de compromis pour la paix. Mais certains observateurs redoutent déjà que ces compromis ne plongent le Mali dans la compromission. Ceux-ci craignent que ces groupes armés ne viennent plomber ou saboter l’action gouvernementale comme c’est le cas dans certains pays en crise.

Notons que depuis ces derniers mois, une avalanche d’attaques s’est abattue sur les Forces Armées Maliennes (FAMa), les soldats français de l’opération Barkhane et les Casques bleus de la Minusma. Plusieurs soldats ont donc été tués par ces groupes jihadistes qui règnent en maitre au Nord-Mali. L’installation des autorités intérimaires dans les cinq régions du nord, l’application intégrale de l’accord de paix d’Alger, le renforcement de la mission de la Minusma ainsi que l’accroissement des effectifs des soldats de la paix, la nomination d’un nouveau chef d’état-major… sont autant d’indices qui montrent que les lignes bougent au Mali. Mais le population éprise de paix veille au grain…

Lire la suite.

Guinée : Alpha Condé fait le ménage, le ministre de l’Intérieur limogé

Alpha Condé vient de limoger trois de ses collaborateurs. Il s’agit de Mahmoud Cissé, le tout-puissant ministre de l’Intérieur,  El hadj Abdoulaye Diassy, Secrétaire général aux affaires religieuses et son adjoint El hadj Aboubacar Fofana, nous dit BBC Afrique.

Alpha Condé sanctionne ses collaborateurs pour fautes lourdes

Alpha Condé a procédé à une vague de limogeage au sein du gouvernement. Dans un communiqué du gouvernement rendu public par les médias étatiques, le sécurocrate Mahmoud Cissé et les gardiens de la foi en Guinée à savoir El hadj Abdoulaye Diassy et El hadj Aboubacar Fofana ont été démis de leurs fonctions respectives. Raison évoquée : ces représentants du gouvernement ont été remerciés pour fautes lourdes.

Même si aucune information officielle sur ces limogeages n’a été donnée par Alpha Condé, des informations qui nous sont parvenues font état du fait que les violences meurtrières qui ont eu lieu le 14 Novembre dernier lors d’un rassemblement à Touba (localité située à environ 250 km de Conakry) seraient à l’origine de cette situation. Lors de ce rassemblement, deux camps opposés se sont affrontés au sujet de la construction d’une mosquée, faisant 2 morts et de nombreux blessés.

Selon vous, le limogeage de ces personnalités par Alpha Condé constitue-t-elle la solution adéquate ?

Lire la suite.