Sénégal : Le maire Barthélemy Dias condamné à 2 ans d’emprisonnement

Barthélemy Dias vient de tomber sous le coup de la loi, aujourd’hui, pour coups mortels et coups et blessures volontaires. Le tribunal correctionnel de Dakar a condamné le maire de Mermoz-Sacré Cœur à deux ans d’emprisonnement, dont six mois ferme.

Barthélemy Dias incarcéré, justice ou règlement de compte ?

L’affaire continue de créer des vagues dans tout le pays de la Téranga, tant la surprise est de taille. Barthélemy Dias a été condamné, ce jeudi, par le tribunal correctionnel de Dakar à 24 mois d’emprisonnement, dont 6 ferme. Les infractions retenues contre lui se résument en « coups et blessures volontaires, coups mortels et détention illégale d’arme sans autorisation administrative ». Mais qu’est-ce qui a bien pu entrainer cette condamnation du maire de Mermoz-Sacré Cœur ? Il ressort des faits qu’en décembre 2011, ladite mairie a été attaquée. Malheureusement, lors des rixes qui y ont éclaté, le jeune nervi Ndiaga Diouf a été mortellement atteint par balle.

Cependant, le député-maire socialiste continue de nier la responsabilité de ce meurtre. Car il estime que c’est le président Abdoulaye Wade qui a commandité ces évènements. Aussi, à l’ouverture de son procès, le 1er décembre dernier, le maire avait promis faire le grand déballage pour prouver son innocence dans cette affaire. Il avait même affirmé en son temps : « Je prouverai que la piste des commanditaires renvoie au plus haut responsable du Parti démocratique sénégalais (PDS). Avant d’aller au procès, je donnerai aux Sénégalais le plaisir d’entendre, eux-mêmes, la voix du Président Wade. () Vous entendrez ce qu’Abdoulaye Wade avait eu à dire concernant les membres de la sécurité envoyés à la mairie… »

Mais sa ligne de défense tendant à mettre en avant sa situation de légitime défense n’a visiblement pas été opérante. Il a donc été condamné à deux ans de prison sur les dix ans requis par le procureur. L’immunité parlementaire du Député-Maire avait été préalablement levée afin d’engager des poursuites contre lui.

Lire la suite.

Sénégal : Dakar, le nouvel eldorado pétrolier en Afrique de l’ouest

D’importants gisements de pétrole et de gaz ont été découverts au large du Sénégal. Ces réserves pétrolières sont en passe de faire de Dakar, une capitale exportatrice de l’or noir.

Le Sénégal, nouveau membre de l’OPEP

Les récentes découvertes faites par Kosmos Energy ne cessent de faire rêver le pays de la Teranga. En effet, le bassin sédimentaire du Sénégal regorge d’une réserve de pétrole évaluée à 1,5 milliard de barils. Aussi, au fil des jours, l’empire wolof est en train de plonger, mains et pieds liés, dans la production des énergies fossiles. De même, cette importante réserve s’étend sur la Mauritanie, la Gambie, la Guinée-Bissau et la Guinée. Il s’agit d’un véritable scandale pétrolier et gazier estimé à 450 milliards de m3.

De producteur d’arachide ou de maïs, le Sénégal a une nouvelle manne qui donnera certainement un souffle nouveau à ses finances publiques. Surtout que le pays s’est engagé dans une nouvelle dynamique d’émergence à l’horizon 2035. Les retombées de la manne pétrolière permettront donc le financement du Plan Sénégal émergent (Pse) cher au président Macky Sall. Toutefois, l’exploitation des hydrocarbures étant le plus souvent source de conflits, les pays qui baignent dans ce bassin sédimentaire ne cessent de s’accorder pour une gestion concertée.

Lire la suite.

Sénégal: le Président Macky Sall accusé d’être budgétivore

Le Président du Sénégal, Macky Sall cherche des mots pour convaincre l’opinion sénégalaise qu’il est moins budgétivore que son prédécesseur, l’ex-président Abdoulaye Wade. À Dubaï pour les besoins du Sommet mondial de la Gouvernance, il a apporté des éléments de réponse à ce sujet.

Le Président du Sénégal, Macky Sall refuse d’être jugé budgétivore

Le Président du Sénégal, Macky Sall peut tout supporter sauf que l’on le taxe de budgétivore. Cette critique, il la rejette entièrement en tentant d’expliquer qu’en réalité, c’est son prédécesseur Abdoulaye Wade qui était le vrai budgétivore.

À ce propos, il dira que le budget du Palais a certes connu des hausses depuis son arrivée au pouvoir en 2012, mais, dit-il, il n’a pas encore atteint le pic de 97 milliards, comme ce fut le cas sous Abdoulaye Wade :«Jusqu’à présent, je n’ai pas atteint ce montant. En 2013, il était de 43 milliards. En 2014, c’est passé à 61 milliards à cause des grands travaux de l’Apix et actuellement, il est de 81 milliards en raison des bourses familiales que j’ai portées à 30 milliards. Il faut que les gens arrêtent», a déclaré M. Sall tout remonté par cette affaire.

Le Mouvement lancé par le Front “Mankoo Wattu Senegaal” n’entend pas les choses de cette oreille: « (…) On ne peut pas tous les jours nous réveiller avec des accidents et des morts. Il faut que le gouvernement prenne à bras-le-corps ce problème-là. Il est suffisamment payé pour ça. Macky Sall nous coûte 40 millions par jour. Il doit pouvoir régler les problèmes », a révélé ce Front.

Les Sénégalais reprochent dans le fond au président Macky Sall, de tenir compte de la pauvreté du pays qui dirige pour ne pas tant se tailler la part du loin, mais d’en venir enfin à la justice sociale, car il y a malaise dans la population sénégalaise où de jour en jour, il y a des morts, des accidents et la misère ambiante.

Macky Sall dit avoir compris ce cri de cœur du peuple, mais au nom d’Allah, il a juré qu’il coûte moins cher au contribuable sénégalais qu’Abdoulaye Wade. Safourlaye!

Lire la suite.

Sénégal: démission éclatante d’un Magistrat

La démission éclatante au Sénégal du Magistrat, Ibrahima Hamidou Dème, anime en ce moment l’actualité nationale au pays de l’arachide. Par une lettre écrite au Président Macky Sall, le jeune Magistrat a annoncé son départ du Conseil Supérieur de la Magistrature du Sénégal.

La démission du jeune Magistrat Ibrahima Dème passionne les débats

Le jeune Magistrat sénégalais, Ibrahima Hamidou Dème, n’est plus membre du Conseil Supérieur de la Magistrature du Sénégal. Sa démission ne finit pas de passionner les débats en ce moment dans toute la presse.

Mécontent du fonctionnement actuel de la Justice sénégalaise, notamment de la manière dont les nominations des Magistrats aux postes de responsabilité se font, Ibrahima Dème l’a fait savoir de façon crue au Président Macky Sall:

« Tout le monde constate et c’est un euphémisme que de dire que la justice est sous pression. Nous savons tous que, par rapport à l’actualité judiciaire, tous les acteurs de la justice regrettent la manière dont certains dossiers sont traités. Et pour nous, il faut un sursaut qui puisse permettre à la justice de retrouver son lustre d’antan. Cela va vous paraître paradoxal, mais je n’ai jamais soutenu une telle position. Je réitère que le président de la République, en tant qu’il incarne toutes les institutions, puisqu’il est la clé de voûte, sa présence peut se justifier”, dit-il.

Poursuivant, il ajoute: “Ce qu’il faut revoir, c’est l’ouverture du Conseil Supérieur de la Magistrature, j’avais préconisé qu’il y ait un représentant des parlementaires, un représentant de l’opposition, un représentant de la mouvance présidentielle pour qu’il y ait un équilibre et que les citoyens puissent être présents et savoir comment leurs magistrats sont choisis”, a-t-il soutenu pour dénoncer la conduite des dossiers au Sénégal par la Justice.

Lire la suite.

Sénégal/Mauritanie: un journaliste met les deux pays en conflit

Le journaliste sénégalais Mamadou Sy Tounkara aura réussi à mettre en conflit le Sénégal et la Mauritanie, par une déclaration tapageuse mal accueillie de part et d’autre. Les relations diplomatiques entre les homologues chefs d’Etat sont en ce moment brouillées.

Le Sénégal en conflit avec la Mauritanie à cause d’un journaliste

Un journaliste sénégalais a réussi à mettre en conflit le Sénégal et la Mauritanie, deux pays non des moindres en Afrique de l’Ouest. Mamadou Sy Tounkara, car c’est de lui qu’il s’agit, a dénoncé les pratiques racistes à l’oeuvre en Mauritanie: « Contrairement à ce que dit votre communiqué, les problèmes de racisme et de ségrégation en Mauritanie concernent directement le Sénégal car des milliers de nos compatriotes y vivent et en font les frais tous les jours et c’est bien au Sénégal que 70.000 Mauritaniens avaient été déportés en 1989. Leur crime ? Avoir la peau noire…. La Mauritanie doit veiller de toute urgence à ce que la nouvelle loi réprimant l’esclavage soit appliquée, effectivement et pleinement « , a répondu le journaliste ajoutant que cette pratique abominable n’a pas sa place au 21è siècle.

Cette réalité que vivent les esclaves noirs à Nouakchott déplaît fortement à la communauté sénégalaise qui va amplifier et relayer n’en déplaise à la Mauritanie cette information sur le racisme.

Même si le Gouvernement sénégalais a tenté de reprendre son ressortissant de la presse quant à cette déclaration, pour le Président de la Mauritanie, ce n’est pas suffisant: “Il a expliqué au président Sall que jamais il n’accepterait que des opposants sénégalais disent du mal de lui en terre mauritanienne, alors ce qui s’est passé au Sénégal est inadmissible”, a t-on entendu souffler des coulisses de la Présidence en Mauritanie.

Des fuites qui ont fini par fâcher les dirigeants les plus haut placés de deux pays. D’ailleurs, le Président Ould Aziz a appelé le son homologue sénégalais pour se plaindre de la situation. Il s’est plaint que des chaînes de télévision puissent ouvrir leurs antennes à des opposants qui viennent l’insulter ou dire du mal de son Gouvernement et de lui-même.

Il faut dire quel es relations entre le Sénégal et son voisin du Nord ne sont plus fixe depuis déjà plusieurs années. Il y’a quelques jours, des gardes côtes mauritaniens ont tiré sur des pêcheurs sénégalais qui pêchaient sur les eaux de leur pays.

Lire la suite.

Afrique: l’Homosexualité, les valeurs en crise

L’Homosexualité, sujet d’actualité en Afrique depuis deux décennies environ, engendre au sein des valeurs sexuelles une véritable crise. Les pays africains comme l’Afrique du Sud, le Sénégal, le Cameroun, la Gambie, etc. rendent compte à des degrés divers de cette crise des valeurs.

L’Homosexualité en Afrique: la crise des valeurs

Les événements survenus en 2015 dans les pays susmentionnés attestent que l’homosexualité est une réalité socio-sexuelle qui trouve son origine dans la perversion des valeurs provenant de l’Occident. Les relations sexuelles entretenues par des individus de même sexe sont des contre-valeurs au regard des traditions africaines.

Le phénomène de l’homosexualité induit de multiples réactions homophobes. Toutefois, des acteurs adoptent, de plus en plus, une position critique en se référant aux origines  très lointaines de l’homosexualité dans les sociétés africaines. Réduite à la clandestinité pour l’heure sous les Tropiques, l’homosexualité se vit de manière circonstancielle et situationnelle.

C’est le cas au Bénin où l’un des facteurs majeurs qui lui est associé a rapport à l’influence des productions médiatiques étrangères qui valorisent de nouveaux modèles sexuels, face à un champ social en crise, donc incapable de servir de référents moraux, de contre-pouvoir.

L’actualité que constitue l’homosexualité en Afrique intéresse de plus en plus la communauté pensante, fondatrice de vertus, qui ne manque pas de ramener le phénomène à une éthique de l’éducation familiale. La famille est sensée protéger les progénitures en construisant en elles la distinction entre le normal et le pathologique, sans laquelle les sociétés n’ont aucun modèle social majeur ou aucun repère éthique commun, consensuel.

Lire la suite.

La corruption en Afrique, un recul au Sénégal, Burkina et en Côte d’Ivoire

La corruption en Afrique serait en régression. Dans la zone Afrique de l’Ouest, le Sénégal, le Ghana, le Burkina Faso ou encore la Côte d’Ivoire figurent parmi les meilleurs élèves, selon Transparency International, relayé par l’Agence Ecofin.

La corruption en Afrique, des progrès

Pour l’année 2016, c’est 176 pays dans le monde qui figurent dans le rapport de l’agence sur la corruption. L’Afrique est bien représentée dans le classement de ces pays qui refuse de s’acheter de façon résolue une bonne conduite. Le Botswana se démarque cependant avec la palme du bon élève chez les moins corrompus du continent africain. Il est 1er classement continental avec rang de 35e mondial. Le Cap Vert arrive sur la deuxième marche de ce podium et il est suivi de l’Île Maurice (3e Afrique – 38e Monde) et le Rwanda (3e et 50e ex aequo au Monde).

Il faut aller à la 7e place pour découvrir un pays d’Afrique de l’Ouest, le Sénégal (64e mondial). Le Ghana et le Burkina Faso arrivent respectivement à la 9e et 10e place de ce top 10 africain (70e et 72e mondial) des meilleurs élèves. Avec sa 95e place dans le monde, le Benin est 15e de ce classement africain de Transparency International. Le Niger 17e et la Côte d’Ivoire 19eme. À l’échelle mondiale, ils sont 101e et 108e.

Il y a une mauvaise conscience au Mali (23eA – 1116eM), Togo (23eA – 116eM). Les efforts du président Muhammadu Buhari paient au Nigéria (28eA – 136eM), mais lentement. La Guinée (29eA – 142eM) et la Mauritanie (29eA – 142eM) sont gangrenées par la corruption.

Selon José Ugaz, président de Transparency International : «Dans beaucoup de pays, les populations ne parviennent pas à satisfaire leurs besoins les plus élémentaires et vont se coucher affamées chaque nuit à cause de la corruption, pendant que les puissants et les corrompus mènent un train de vie somptueux.»

Malgré un classement qui ne manquera pas de créer de l’optimisme dans l’esprit de certains, le recul de la corruption en Afrique est parfois moins réel que ce que croient les agences de notation. Cette pratique est monnaie courante dans toutes les couches de la société, ce rend difficile l’exécution de programmes parfois très ambitieux pour lutter contre cette pratique. Classement 2015 : 2015_CPI_data

Le classement 2016 des pays africains les plus corrompus :

Classement Africain Pays Classement mondial
1er Botswana   35ème
2ème Cap Vert   38ème
3ème Maurice  50ème
3ème Rwanda  50ème
5ème Namibie  53ème
6ème Sao Tomé & Principe  62ème
7ème Senégal  64ème
7ème Afrique du Sud  64ème
9ème Ghana  70ème
10ème Burkina Faso  72ème
11ème Tunisie  75ème
12ème Lesotho  83ème
13ème Zambie  87ème
14ème Libéria  90ème
14ème Maroc  90ème
16ème Bénin 95ème
17ème Gabon  101ème
17ème Niger  101ème
19ème Côte d’Ivoire  108ème
19ème Ethiopie  108ème
19ème Algérie  108ème
19ème Egypte  108ème
23ème Mali  116ème
23ème Tanzanie  116ème
23ème Togo  116ème
26ème Malawi  120ème
27ème Djibouti  123ème
27ème Sierra Leone  123ème
28ème Nigeria  136ème
29ème Guinée  142ème
29ème Mauritanie  142ème
29ème Mozambique 142ème
32ème Cameroun  145ème
32ème Gambie  145ème
32ème Kenya  145ème
32ème Madagascar  145ème
36ème Ouganda  151ème
37ème Comores  153ème
38ème Zimbabwe  154ème
39ème RD Congo  156ème
40ème Burundi  159ème
40ème Republique centrafricaine  159ème
40ème Tchad  159ème
40ème Congo  159ème
44ème Angola  164ème
44ème Erythrée  164ème
46ème Guinée Bissau  168ème
47ème Libye  170ème
47ème Soudan  170ème
49ème Soudan du Sud  175ème
50ème Somalie  176ème
Lire la suite.

CAN 2017 : La fête du football africain démarre aujourd’hui au Gabon

La CAN 2017 démarre aujourd’hui au Gabon dans une certaine ferveur festive. Quinze équipes, considérées comme les meilleures d’Afrique, seront lancées à l’assaut des Éléphants de Côte d’Ivoire, champions en titre.

La CAN 2017 s’annonce en fanfare

Toute l’Afrique et les férus du football mondial convergent en ce moment vers le Gabon. Et pour cause, la 31e édition de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN 2017) s’y déroulera du 14 janvier au 5 février prochain. Ainsi, toutes les seize sélections africaines qualifiées à cette messe du ballon viendront-elles crânement jouer leur chance pour faire honneur à leurs couleurs nationales. L’on dénombre tout de même des équipes qui font office de favoris pour cette compétition. il y a entre autres la Côte d’Ivoire (champion en titre), le Sénégal (premier Africain au classement FIFA), l’Algérie (en raison de son effectif prolifique conduit par Riyad Mahrez, l’actuel ballon d’or africain) et le Gabon (pays organisateur, avec pour leader Pierre-Emerick Aubameyang, meilleur joueur de la Bundesliga). N’empêche que d’autres équipes pourraient créer la surprise dans cette compétition où tout reste possible.

À en croire Gernot Rohr, entraineur du Nigeria : « Le Gabon va être gâté avec sa CAN! Quand on voit les quatre groupes, c’est très équilibré. On ne voit pas qui va pouvoir s’imposer. » Aussi, tous les matchs seront âprement disputés, car le jeu en vaut véritablement la chandelle. Il y a également le match des supporteurs qui n’est pas à négliger non plus. Vuvuzela, grelots, tambours, fanfares et autres instruments de musique à la main, les clubs d’animation seront également de la partie pour pousser leur équipe à la victoire finale. Le Comité national de soutien aux Éléphants (CNSE) de Côte d’Ivoire est bien connu pour être le champion de l’animation. Le décor est planté, les acteurs prêts à jouer, le jeu peut donc commencer.

Voici le programme complet de la CAN 2017 au Gabon en heures GMT:

– 14 janvier :
Groupe A : LIBREVILLE
Gabon – Guinée-Bissau (16h00)
Burkina Faso – Cameroun (19h00)
– 15 janvier :
Groupe B : FRANCEVILLE
Algérie – Zimbabwe (16h00)
Tunisie – Sénégal (19h00)
– 16 janvier :
Groupe C : OYEM
Côte d’Ivoire – Togo (16h00)
RD Congo – Maroc (19h00)
– 17 janvier :
Groupe D : PORT-GENTIL
Ghana – Ouganda (16h00)
Mali – Égypte (19h00)
– 18 janvier :
Groupe A : LIBREVILLE
Gabon – Burkina Faso (16h00)
Cameroun – Guinée-Bissau (19h00)
– 19 janvier :
Groupe B : FRANCEVILLE
Algérie – Tunisie (16h00)
Sénégal – Zimbabwe (19h00)
– 20 janvier :
Groupe C : OYEM
Côte d’Ivoire – RD Congo (16h00)
Maroc – Togo (19h00)
– 21 janvier :
Groupe D : PORT-GENTIL
Ghana – Mali (16h00)
Égypte – Ouganda (19h00)
– 22 janvier :
Groupe A : LIBREVILLE et FRANCEVILLE
Cameroun – Gabon (19h00), à Libreville
Guinée-Bissau – Burkina Faso (19h00), à Franceville
– 23 janvier :
Groupe B : FRANCEVILLE et LIBREVILLE
Sénégal – Algérie (19h00), à Franceville
Zimbabwe – Tunisie (19h00), à Libreville
– 24 janvier :
Groupe C : OYEM et PORT-GENTIL
Maroc – Côte d’Ivoire (19h00) à Oyem
Togo – RD Congo (19h00) à Port-Gentil
– 25 janvier :
Groupe D : PORT-GENTIL et OYEM
Égypte – Ghana (19h00), à Port-Gentil
Ouganda – Mali (19h00), à Oyem

Quarts de finale
– 28 janvier :
(Quart 1) 1er du groupe A contre 2e du groupe B (16h00) à Libreville
(Quart 2) 1er du groupe B contre 2e du groupe A (19h00) à Franceville
– 29 janvier :
(Quart 3) 1er du groupe C contre 2e du groupe D (16h00) à Oyem
(Quart 4) 1er du groupe D contre 2e du groupe C (19h00) à Port-Gentil

Demi-finales
1er février :
Vainqueur du Quart 1 contre vainqueur du Quart 4 à Libreville, 19h00
2 février :
Vainqueur du Quart 2 contre vainqueur du Quart 3 à Franceville, 19h00

Match pour la 3e place
4 février : à Port-Gentil, 19h00

Finale:
5 février : à Libreville, 19h00

Lire la suite.

Sénégal – Tchad : Hissène Habré devant la Chambre d’appel des CAE ce lundi

Hissène Habré sera jugé en dernier ressort devant la Chambre d’appel des CAE à partir de ce lundi 9 janvier. Lors de ce procès, la Chambre s’évertuera à examiner la régularité de la procédure lors du jugement en première instance. Les avocats de la défense entendent d’ores et déjà soulever plusieurs vices de procédure.

Le sort d’Hissène Habré scellé en appel ?

Condamné à perpétuité le 30 mai dernier, Hissène Habré sera devant la chambre d’appel aujourd’hui. Là, l’ex-président tchadien tentera de faire annuler cette condamnation à perpétuité prononcée par les Chambres africaines extraordinaires (CAE). À cet effet, les avocats commis d’office à l’ancien homme fort de N’Djamena soulèveront des irrégularités qu’ils auraient constatées.

Il s’agit de prime abord de récuser le juge sénégalais Amady Diouf qui n’avait pas les dix ans d’ancienneté requis pour siéger. Il y a également le fait que Khadija Hassane Zidane, accusant Habré de viol, ait témoigné sous l’impulsion des juges. Cette dernière aurait même menti lors de sa déposition. Le dernier argument est le refus de la cour d’appel de faire comparaitre Saleh Younous, ex-directeur de la DDS, l’organe de la répression et Idriss Déby Itno actuel président tchadien et conseiller sécurité de Habré au moment des faits comme témoins clés.

Mais pour Jacqueline Moudeina, l’une des avocates des victimes, ce sont des « arguments malhonnêtes ». Car la défense aurait dû les soulever in limite litis, c’est-à-dire avant toute défense au fond. Selon elle, ces avocats avaient connaissance de la composition des CAE plusieurs mois avant le début du procès.

Quoi qu’il en soit, le juge malien Wafi Ougadèye présidant la chambre d’appel, assisté par les Sénégalais Matar Ndiaye et Bara Guèye se prononceront sur le droit et non sur les faits. Leur décision attendue au plus tard le 30 avril prochain (fin de leur mandat) n’est susceptible d’aucun recours. Car la chambre d’appel statuera cette fois-ci comme une cour de cassation.

Le 30 mai 2016, Hissène Habré a été à perpétuité pour tortures, viols, crimes de guerre et crimes contre l’humanité. En juillet dernier, il a également été condamné à verser entre 10 et 20 millions de FCFA à chaque victime.

Lire la suite.

Sénégal : condamné à perpétuité, Habré tente de sauver sa peau en appel

Le procès en appel d’Hissène Habré est fixé pour le 9 janvier prochain. Mais en attendant l’ouverture des audiences, la chambre a rejeté les mémoires de l’ex-président tchadien visant à annuler sa condamnation.

Hissène Habré, du calice jusqu’à la lie ?

Condamné à perpétuité le 30 mai dernier, Hissène Habré sera devant la chambre d’appel dans cinq jours. Là, l’ex-président tchadien tentera de faire annuler cette condamnation le maintenant derrière les barreaux jusqu’à la fin de ses jours. À cet effet, l’ancien homme fort de N’Djamena avait déposé, par le truchement de ses avocats, des mémoires aux fins de faire comparaitre Idriss Deby Itno, l’actuel président tchadien, procéder à l’audition des principaux responsables de la Direction de la documentation et de la sécurité (Dds) et in fine, annuler sa condamnation prononcée en premier ressort devant les Chambres africaines extraordinaires (CAE). Mais ses mémoires ont tous été rejetés par la chambre d’appel.

Aussi, le procès en appel aura bel et bien lieu à la date indiquée au Palais de justice de Dakar. Cette cour sera présidée par le magistrat malien Wafi Ougadèye assisté par les Sénégalais Matar Ndiaye et Bara Guèye. Si ces derniers confirment la condamnation prononcée par le juge Burkinabé Gberdao Gustave Kam, alors l’ancien dictateur pourrait purger sa peine au Sénégal ou dans tout autre pays africain.

Notons qu’Hissène Habré avait dirigé le Tchad d’une main de fer de 1982 à 1990. À cet effet, il avait été reconnu coupable par les CAE « de crimes contre l’humanité, de viol, d’esclavage forcé, d’homicide volontaire, de pratique massive et systématique d’exécutions sommaires, d’enlèvement de personnes suivi de leur disparition, de tortures et d’actes inhumains ».

Lire la suite.