Côte d’Ivoire : CAN 2017, les Éléphants tiennent à défendre leur titre

La CAN 2017 approche à grands pas et l’objectif des Éléphants, champions d’Afrique en titre, est clair : conserver leur titre. Pour ce faire, les Pachydermes sont aillés se préparer à Abou Dhabi, avec un budget de près de 4 milliards.

Les Éléphants en pleine préparation à Abou Dhabi

Le ministère des Sports a cassé sa tirelire pour créer les conditions d’une préparation et une participation efficiente des Éléphants. Car la Coupe d’Afrique des Nations (CAN2017) est pour les autorités ivoiriennes l’une des priorités en ce début 2017. À cet effet, le ministre François Albert Amichia a tenu à rassurer les acteurs du football ivoirien : « L’État respectera ses engagements vis-à-vis de la Fédération ivoirienne de Football (FIF) afin que l’équipe nationale se déplace pour défendre son titre. » Joignant l’acte à la parole, le ministre a décaissé 5,9 millions d’euros (3,9 milliards de francs CFA) comme budget.

Mettre les petits plats dans les grands pour avoir un groupe homogène et compétitif, tel est le leitmotiv de l’équipe. Ainsi, Michel Dussuyer et ses poulains se sont-ils envolés à Abou Dhabi (Émirats arabes unis) pour peaufiner leur préparation. Ils auront à la clé deux matchs amicaux, contre la Suède (8 janvier) et l’Ouganda (11 janvier). L’objectif de ces rencontres est tout simple pour le coach Dussuyer : « Nous devons trouver une bonne relation entre les différents secteurs de jeu et gagner ainsi en maîtrise collective quand on a le ballon pour pouvoir ensuite bien s’exprimer dans les 30 derniers mètres, où tout se joue. »

Notons que la CAN se déroulera du 14 janvier au 5 février prochain au Gabon. Les autorités ivoiriennes ne lésinent donc pas sur les moyens pour permettre à Serey Dié et ses coéquipiers de défendre crânement leur titre. Chaque joueur devra donc se battre pour avoir une place au sein de l’effectif. Car, c’est ce mercredi 4 janvier, l’entraineur annoncera la liste définitive des 23 joueurs ivoiriens retenus pour la compétition.

Lire la suite.

France – CIV : match amical, les Éléphants ratent de peu les Bleus

Le match amical tant attendu entre Les Bleus français et les Éléphants de Côte d’Ivoire n’a véritablement pas été étincelant. Comme son nom l’indique, la rencontre entre ces deux sélections s’est également soldée par un score tout aussi amical (0-0).

Les Bleus et les Éléphants se séparent dos à dos

La rencontre entre vice-champion d’Europe et champion d’Afrique qui s’annonçait très prometteuse a pourtant laissé les observateurs sur leur faim. En effet, Les Bleus ont livré un match amical contre les Éléphants, ce mardi, au stade Bollaert-Delelis de Lens. En dépit de leur euphorie des 15 premières minutes, les locaux n’ont pu trouver le chemin du filet. Les poulains de Didier Deschamps n’ont véritablement pu se créer des occasions franches pour prendre à défaut Gbohouo Silvain. À contrario, les Ivoiriens sont revenus dans le match, manquant de peu de scorer sur une frappe sèche d’Adam Traoré. Le but marqué dans la foulée par Salomon Kalou a été logiquement refusé pour position de hors-jeu.

Durant toute la rencontre, ce sont plutôt les visiteurs qui ont été très entreprenants. Serge Aurier, Serey Dié, Jonathan Kodjia et toute la Séléphanto ont véritablement mouillé le maillot. Le hic, c’est leur manque d’inspiration devant les buts adverses, maintenant les cages de Benoît Costil, le portier français, inviolés. L’absence de Gervinho au sein de la sélection ivoirienne s’est également fait ressentir.

Ainsi que le déplore Michel Dussuyer, l’entraîneur de la sélection ivoirienne : « C’est sûr que c’est compliqué de se passer d’un garçon comme Gervais (Gervinho). Car à tout moment, c’est quelqu’un qui est un créateur de danger, et qui peut déstabiliser une défense. On sait qu’on ne l’aura pas pour la CAN, donc on se prépare sans lui. » Puis, il tire des leçons de ces rencontres : « C’est vrai que sur les deux matchs, on a eu quelques occasions qu’on n’a pas pu convertir. On n’a pas été réaliste pour gagner nos matchs, mais je pense qu’on s’est créé des occasions et c’est ça le plus important. » À deux mois de la CAN, les Ivoiriens espèrent tout de même que leur sélection se trouvera un buteur maison. Car, il convient d’aller défendre leur titre de champion d’Afrique au Gabon.

Lire la suite.

Mondial 2018 : avec ses blessés, quels Éléphants face aux Lions de l’Atlas ?

Les Éléphants de Côte d’Ivoire en découdront avec les Lions de l’Atlas du Maroc, le samedi 12 novembre prochain. Pour ce match comptant pour la deuxième journée des éliminatoires du mondial 2018, les champions d’Afrique se préparent à Malaga. Mais plusieurs cadres de l’équipe ont déclaré forfait pour cause de blessure.

Les Eléphants sereins malgré les nombreux blessés

Deux grands challenges attendent les Éléphants de Côte d’Ivoire en ce mois de novembre. En effet, dès le samedi prochain, les pachydermes livreront bataille avec la sélection marocaine entrainée par un certain Hervé Renard. Ainsi, ces chaudes retrouvailles promettent de l’étincelle dans l’air, car il y va de la première place de la poule C. De même, un intéressant match  amical opposera la France à la Côte d’Ivoire, le mardi 15 novembre à Lens. Mais le hic, c’est que les champions d’Afrique en titre sont amputés de plusieurs cadres qui sont actuellement à l’infirmerie. Yao Kouassi Gervais dit Gervinho, Eric Bertrand Bailly, Séri Jean Michael ou encore le nouveau goleador Jonathan Kodjia ont tous déclaré forfait à cause de graves blessures contractées dans leurs championnats respectifs.

N’empêche que Michel Dussuyer reste optimiste, car il a fait appel à de jeunes pousses qui entendent mouiller le maillot. Ainsi, le regroupement de Malaga (Espagne) permettra à Serey Dié (le nouveau capitaine) et à ses coéquipiers de régler les automatismes. L’ambiance est très chaleureuse et les séances d’entrainement aussi sérieuses qu’intenses. Néanmoins, plusieurs observateurs appréhendent le déplacement de Marrakech, car face à leur ancien coach, les Ivoiriens pourraient plier l’échine. Tous les regards sont donc tournés vers le coach français de la sélection ivoirienne pour voir l’équipe qu’il alignera. Face aux nombreuses défections, d’aucuns se demandent quels Eléphants face aux Lions de l’Atlas et aux Bleus ?

Lire la suite.

Côte d’Ivoire : Serey Dié, voilà pourquoi il pleurait lors du Mondial au Brésil

Serey Dié évolue depuis plusieurs années maintenant au haut niveau. Que ce soit en club ou en sélection nationale, le milieu de terrain ivoirien étonne toujours par sa pugnacité et son envie de toujours faire mieux. Il est aujourd’hui un homme comblé grâce au football qui lui a permis de réaliser même ses rêves les plus fous au point qu’il coule des larmes sur les pelouses brésiliennes. Mais la vie n’a pas toujours été aussi rose pour lui, révèle L’Equipe.

Serey Dié, de l’ombre à la lumière.

Serey Dié s’est fait connaitre des Ivoiriens et du public sportif par son talent de footballeurs et ses qualités de guerrier. Cependant, un fait insolite le fera davantage entrer dans la mémoire des amoureux du football. Il s’agit des larmes qu’il a versées à la Coupe du monde 2014 au Brésil. C’était lors du match qui opposait la Colombie aux Éléphants de Côte d’Ivoire (2 – 1). Cette image d’un homme en pleurs avait laissé de nombreuses personnes sans voix. Mais pourquoi pleurait-il ce jour-là ?

Plus d’un an après le Mondial brésilien, on en sait un peu plus maintenant. Serey Dié a tenté de s’expliquer tout récemment : « Lors de la Coupe du monde 2014, je me retrouvais à côté de Drogba, Yaya, Zokora… Ces gens que je voyais à la télévision… Tous mes sacrifices sont revenus en mémoire. C’est cette vie qui m’a donné mon énergie. Rien ne m’a été donné gratuitement, je ne suis pas milliardaire, mais je n’envie personne. Quand je suis sur le terrain, je pense à tout ce que j’ai enduré. Et ma mère ne regrette pas de m’avoir accouché. Elle a mis un homme au monde. Je lui ai construit sa maison, dans son village. J’ai rendu ma maman heureuse, je peux mourir. »

Champion d’Afrique avec les Éléphants en 2015, le virevoltant milieu défensif continue son aventure européenne sous les couleurs de Stuttgart (D1 Allemagne).

Lire la suite.