Dadis Camara, pourquoi il veut porter plainte contre Abidjan

Par Gary SLM
Publié le 09 septembre 2015 à 10:01 | mis à jour le 09 septembre 2015 à 10:01

Moussa Dadis Camara, l’ancien chef de la junte guinéenne n’apprécie pas la décision d’Abidjan d’interdire l’atterrissage sur son sol de l’avion dans lequel il comptait rallier la Guinée. L’ex-militaire, 3e président de la Guinée (de décembre à janvier 2010), veut porter plainte contre l’Etat de Côte d’Ivoire, qui d'après lui, a mis en danger sa vie.

Dadis Camara a-t-il été mis en danger par la décision d'Abidjan ?

Alors que l’avion d’Air Burkina qui transportait Moussa Dadis Camara arrivait à Abidjan et s’apprêtait à amorcer sa descente, l’ordre serait venu des hauts dirigeants du pays d'empêcher cet atterrissage. Le commandant de bord aurait même fait part d’un problème de kérosène qui ne lui permettait pas de refaire le trajet dans le sens inverse mais ces derniers sont restés sur leur position.

Pour Me Jean-Baptiste Jocamey Haba, l'avocat de l'ancien président guinéen, c’est la présence à bord de l'appareil de son client qui est à la base de ce refus des autorités abidjanaises de laisser atterrir l'avion dans la capitale économique ivoirienne.

Ce refus, même s’il a finalement été sans conséquence pour les passagers qui se sont posés au Ghana voisin, est considéré par l’ancien dirigeant guinéen comme une mise en danger de sa personne ainsi que la sécurité des autres passagers à bord de l’appareil.

Voilà qui fond les poursuites que s’apprêteraient à engager Moussa Dadis Camara contre l’état de Côte d’Ivoire dirigé par le président Alassane Dramane Ouattara. Cette plainte visera également son propre pays la Guinée, d'après Me Jean-Baptiste, qui insinuent un accord entre les deux états pour empêcher son retour en Guinée.

Alpha Condé ne se sent pas responsable du refus des autorités ivoiriennes

En conférence de presse au Palais Sékhoutouréya, le président guinéen Alpha Condé a estimé que « l’avocat » de son prédécesseur était « libre de porter plainte » s'il le voulait. L’actuel homme fort de la Guinée avait rajouté : « Je ne suis pas le président de la Côte d’Ivoire qui est un État souverain.»


Selon RFI, c'est l'alliance électorale scellée par l'ancien président avec l'UFDG de Cellou Dalein Diallo, le principal challenger du président sortant, qui pourrait expliquer cette possible réticence des actuels dirigeants vis-à-vis du retour de Moussa Dadis Camara en Guinée.

Qu’en pensez-vous ? Dadis Camara a-t-il raison de vouloir porter plainte contre Abidjan et Conakry ?






Articles les plus lus