Burkina : Kafando aux commandes, désarmement du RSP

Le président Michel Kafando est de retour aux commandes du Burkina, cela n’était pas gagné.Quand le RSP prenait le pouvoir, personne ne pensait qu'il le perdrait aussi rapidement.

Un coup d'État de courte durée.

Peu d’observateurs auraient pu prédire la brièveté du coup d’État perpétré par le général DIENDERE et ses troupes du RSP. Quand dans l’après-midi du 16 septembre les éléments du RSP prennent en otage le président de la transition Monsieur KAFANDO, son premier ministre Isaac ZIDA et deux autres ministres, les grandes rédactions internationales ne tardent pas à proclamer le General Diendere comme nouvel homme fort du Burkina.Il faut reconnaitre à leur décharge que les hommes du RSP ont une réputation de militaires bien formés, bien équipés et qui ne reculent devant rien. Ils sont de surcroit menés par un as du renseignement qui, s’il a toujours été discret, n’en demeure pas moins efficace. Pour eux, le tour est déjà joué.

Le Burkina contre l'accord de la CEDEAO.

L’élément qu’ils ont mésestimé dans leurs calculs est bien la détermination du peuple du Burkina à faire respecter son choix de changement et de liberté. Acculés, ils ont vainement espéré s’en sortir par des accords de paix sous l’égide de la CEDEAO qui avait vite fait de dépêcher au Burkina les présidents sénégalais et béninois.Un accord que la société civile et la rue ont vite fait de rejeter. À ces échecs c’est aussi ajouté les sanctions et blocages de la communauté internationale envers le régime putschiste. N’eu été la sagesse et la diplomatie du Moro Naba, on aurait assisté à un affrontement sanglant entre le RSP et le reste de l’armée burkinabé. Le chef d’État major, le général ZAGRE ayant décidé de remettre en place les autorités de la transition, y compris par la force, lui qui a fait converger toutes les forces vers la capitale Ouagadougou.

Quel avenir pour DIENDERE ?

Une dizaine de jours après le putsch manqué, la situation au Burkina est revenue à la normale. Les militaires du RSP se sont retournés dans leurs casernes. En définitive, ce putsch n’aura servi qu’à précipiter la dissolution du RSP et la réaffectation de ses membres dans les autres corps de l’armée burkinabé. Officiellement, le désarmement a débuté depuis deux jours, en réalité il est encore à ses balbutiements vu la lenteur de son exécution au vu du redoutable arsenal dont dispose encore le très hésitant RSP dans ses camps. Quant au général Diendere, ses avoirs sont déjà gelés et son sort est entre les mains de la justice burkinabé. Si le mérite lui revient de reconnaitre son tort, on se demande encore ce qui à poussé cet homme de l’ombre de Blaise Compaoré à venir sur le devant de la scène pour offrir une aussi piètre prestation.