Burkina : Roch Marc Christian Kaboré devance Diabré et s'empare de la Présidence

Par Gary SLM
Publié le 01 décembre 2015 à 09:46 | mis à jour le 01 décembre 2015 à 09:46

Roch Marc Christian Kaboré, candidat du Mouvement du Peuple pour le Progrès (MPP) a été élu Président de la République du Burkina Faso dès le premier tour. Il a remporté la majorité absolue des suffrages exprimés. Le duel annoncé avec son principal challenger n'a vraiment pas eu lieu ou du moins n'a pas tenu toutes ses promesses.

Roch Marc Christian Kaboré écrase ses adversaires

Roch Marc Christian Kaboré est celui que le peuple burkinabè a choisi pour le conduire pendant les cinq prochaines années. La messe est ainsi dite. Selon les résultats provisoires proclamés par la Commission électorale nationale indépendante (Céni), le candidat du MPP est arrivé largement en tête devant ses adversaires. Avec un score de 53,49 % des voix, il l'emporte largement face à son principal concurrent Zéphirin Diabré, le candidat de l'Union du Peuple pour le Changement (UPC) qui a obtenu 29,65 % des voix.

Cette victoire écrasante confirme les sondages qui l'annonçaient vainqueur dès le premier tour. Les douze autres candidats ont eu du mal à suivre le peloton de tête au regard des suffrages obtenus. C'est Tahirou Barry du Parti pour la renaissance nationale (Paren) qui arrive en troisième position avec 3,09 %.

Selon les observateurs dépêchés sur le terrain, le scrutin du 29 novembre a été transparent, libre et démocratique. Zéphirin Diabré a reconnu sa défaite et est allé féliciter le vainqueur avant même la proclamation des résultats. Pourtant, cette victoire ne semble pas surprendre les responsables du MPP qui annonçaient déjà que : « C’est une vague orange (la couleur du parti, NDLR) qui s’annonce, notre score va être soviétique. Les Burkinabè de toutes les couches sociales ont massivement adhéré à notre programme et à notre parti. Nous savions que nous allions gagner dès le premier tour avec la majorité absolue. »

A 58 ans, Roch Marc Christian Kaboré succède ainsi à Blaise Compaoré dont il fut l'un des pontes du régime au palais de Kosyam. Mais ces résultats doivent être validés par le Conseil constitutionnel.


Pensez-vous que l'accession de Roch Marc Christian Kaboré à la magistrature suprême augure-t-il d'un futur radieux pour le Burkina Faso ?