Burkina Faso : Soro-Bassolé, Isaac Zida confirme l’authenticité des écoutes et enfonce Soro !

Par Gary SLM
Publié le 05 décembre 2015 à 08:58 | mis à jour le 05 décembre 2015 à 08:58

Nouvelle tournure dans l’affaire de l’écoute téléphonique entre Soro-Bassolé, lors du coup d’État au Burkina Faso. Isaac Zida, le Premier ministre burkinabé a confirmé l’authenticité des bandes-son mettant en cause le PAN ivoirien sur la radio Savane FM.

Soro Guillaume vers la démission ?

Le clan Soro Guillaume va devoir batailler mieux que les semaines précédentes pour convaincre de son innocence dans le coup d’État au Burkina Faso. Jusqu'à maintenant, les proches de l'ancien chef rebelle s’appuyaient sur l’absence de réaction officielle des autorités burkinabées pour mettre un doute sur le sérieux de son accusation. Le Premier ministre Isac Zida fait sauter ce doute sur la question en confirmation l'authenticité des écoutes.

Lors d’une longue interview accordée à la radio ouagalaise, le Premier ministre a déclaré : « Nous sommes occurrents de ça. Nous sommes nous aussi surpris de l’attitude de ces deux individus-là, que nous pensions, il n’y a pas très longtemps, qu’ils étaient des citoyens qui aimaient leur pays. Quand on entend les propos qui sont tenus… « Donc pour vous la bande est authentique ? » Oui, elle est authentique, il n’y a pas de débat. Moi je ne discute pas de ces questions-là. Il ne faut pas douter de l’intelligence du peuple burkinabé…»

Très remonté contre Soro et Bassolé qu’il connait très bien, Isac Zida rajoute : « Vraiment je suis surpris. Je les connais tous les deux, très bien d’ailleurs, mais bref. Vraiment, je suis très déçu. »

À la question « donc plus rien ne va entre vous et Guillaume Soro, on dit qu’il vous a invité à Lomé et que vous avez refusé ?» Le Premier ministre burkinabé répond : « Je pense que nous étions amis jusqu’à une certaine date, c’est vrai. Quand je suis sorti de la prison, j’ai demandé à Guillaume Soro pourquoi il n’avait pas condamné le coup d’État, je ne comprenais pas. Il m’a dit qu’il n’y avait pas pensé… mais il est prêt à condamner le coup d’État. Il m’a même demandé un texte, texte que j’ai fait… »

Malgré ce discours offert à Guillaume Soro par email, Isac Zida affirme que celui-ci lui a répondu que c’est le président Alassane Ouattara qui lui a déconseillé de condamner le coup de force. Zida dit avoir informé Soro que Diendéré et sa bande du RSP étaient de toute façon déjà confinés dans leur caserne et qu’il avait intérêt de vite condamner le coup d’État auquel cas lui ne pourrait pas l’aider contre le bon nombre d’éléments prouvant son implication dont disposaient déjà les autorités du Burkina Faso.

Isac Zida affirme avoir lui-même été une cible des assassinats programmés par Soro et Bassolé« Il a dit de viser les cibles fortes comme le PM (Premier ministre).»

Avec cette déclaration, la suite logique de l’affaire devrait être que le Burkina Faso exige de la Côte d'Ivoire à entendre Soro Guillaume dans le cadre d’un procès pour atteinte à la sureté de son État. Le nouveau président Burkinabé Roch Marc Christian Kaboré est fortement attendu sur ce dossier.


Soro Guillaume, pour bien préparer sa défense, devrait aussi penser à la démission de son poste de président de l'Assemblée nationale de Côte d'Ivoire. Même si la Côte d'Ivoire n'extrade pas ses fils, une exception est souhaitable dans le cas Soro du fait de la gravité des faits. Il est difficilement d'imaginable que Roche fasse l'impasse sur cette affaire qui a engendré des morts à son appel au peuple pour mettre en échec le coup de force du RSP.

Avec cette déclaration d’un officiel du Burkina Faso, peut-on encore croire en l’innocence de Soro Guillaume ?

https://soundcloud.com/voaafrique/g-n-ral-isaac-zida-interview




Articles les plus lus