Cameroun : un rapport de la Cndhl fait trembler l'armée

La Commission nationale des droits de l'homme et des libertés (Cndhl) vient de publier un rapport dans lequel l'armée camerounaise est accusée d'avoir commis des «exactions» sur des civils dans l’Extrême-Nord, nous rapporte camerpost.com.

La Cndhl accable l'armée camerounaise dans un rapport

La Cndhl n'a pas été tendre avec l'armée camerounaise. Dans un rapport publié récemment, elle souligne que des « cas préoccupants d’exactions attribuées aux forces de défense ont été observés » dans la région de l’Extrême-Nord. Même si cette région subit régulièrement les assauts du groupe terroriste Boko Haram, l'organisation de défense des droits de l'homme note tout de même un fait : « Malgré le professionnalisme dont les forces de défense et de sécurité font preuve, les allégations de violation des droits de l’homme les mettant en cause ont été portées à sa connaissance. »

Ces exactions se résument en des perquisitions intempestives dans des domiciles privés sans mandat de la justice, des arrestations arbitraires, des rançonnements des usagers de la route, des extorsions de fonds , des trafics de stupéfiants ainsi que des « cas de disparitions forcées et de décès des détenus ».

Ce rapport fait suite à celui d'Amnesty International qui dénonçait déjà « les violations des droits de l’homme commises par les forces de sécurité ».

Assommé par toutes ces allégations, Issa Tchiroma Bakary, le ministre de Communication et porte-parole du gouvernement rejette en bloc la teneur de ces rapports qui selon lui, «manquent à tout le moins d’objectivité» et donnent caution à des «suspicions à peine voilées».

Rappelons que le ministre de la Défense, Joseph Beti Assomo, avait pris le 15 novembre dernier des «sanctions disciplinaires exemplaires» à l’endroit de quatre soldats de rang qui ont « été reconnus coupables de faits graves avérés contre l’honneur et l’éthique des forces de défense ».

Pensez-vous que ces rapports de la Cndhl et d'Amnesty International qui incriminent l'armée camerounaise, retranscrivent-ils fidèlement les faits ?