Burkina Faso : sécurité de Roch Kaboré, adieu le RSP, bonjour le GSPR !

Par Gary SLM
Publié le 11 décembre 2015 à 10:59 | mis à jour le 11 décembre 2015 à 10:59

Le RSP vient de tirer officiellement sa révérence. Le Régiment de Sécurité Présidentielle cède ainsi sa place au Groupement de Sécurité et de Protection Républicain (GSPR) qui a pris service la semaine dernière, apprend-t-on de rfi. C'est une page de l'histoire du Burkina Faso qui se tourne.

Le RSP out, le GSPR fait son entrée en jeu

Le RSP fait désormais partie de l'histoire. On entendra parler de lui uniquement comme un vestige de la jeune nation burkinabè. Une nouvelle ère s'ouvre avec l'entrée en lice du GSPR qui aura la lourde tâche de faire oublier son prédécesseur et de combler surtout ses carences qui ont conduit à sa dissolution. Placé sous le commandement du colonel Boukari Baguian, cette entité est avant tout la garde prétorienne du chef de l'Etat en exercice parce que chargée de sa sécurité mais aussi de celles de personnalités de premier rand et devra faire preuve d'esprit républicain quand la situation l'imposera.

Avec un effectif de départ d'au moins 400 hommes dans lequel on retrouve des policiers, gendarmes et militaires, le GSPR pourrait recevoir à l'avenir des renforts humains pour atteindre le seuil des 1000 hommes. Le camp Naba Koom 2 leur servira de base. Ces hommes seront soit affectés à la protection du président Roch Marc Christian Kaboré, soit aux renseignements généraux ou à la garde et l'appui, toujours selon rfi qui relaye les propos d'un haut dignitaire du domaine sécuritaire qui a préféré gardé l'anonymat.

Dirigé à l'époque de main de maître par le Général Gilbert Diendéré écroué depuis lors à Ouagadougou, le RSP a longtemps été une armée dans l'armée voire une milice de l'ex-chef de l'Etat Blaise Compaoré, mieux équipée et davantage rémunérée que le reste des troupes. A l'origine du coup d'Etat manqué de septembre dernier, il avait été dissous par la transition. Rappelons qu'une commission chargée de réformer l'armée a été mise en place par le président de la transition, Michel Kafando. Objectif : dépolitiser l'institution militaire.


Selon vous, le GSPR pourra-t-il faire mieux que le RSP ?




Articles les plus lus