Fini le vent de panique, l'OMS annonce la fin d'Ebola en Afrique de l'ouest

Par Gary SLM
Publié le 14 janvier 2016 à 19:32 | mis à jour le 14 janvier 2016 à 19:32

L'OMS était porteuse d'une bonne nouvelle pour toute l'Afrique de l'Ouest. Via son compte Twitter, la plus haute instance mondiale en charge de la santé a annoncé officiellement ce jeudi 14 janvier, la fin de l'épidémie de la fièvre hémorragique à virus Ebola, a-t-on appris de Jeune Afrique. Toutefois, l'organe onusien veut rester vigilant.

L'OMS se félicite de la fin de la maladie

L'OMS a déclaré qu'il n'y a plus de cas de malades atteints d'Ebola. L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a fait cette annonce dont elle se réjouit via son compte Twitter ce 14 janvier : « Toutes les chaînes de transmission connues d’Ebola en Afrique de l’Ouest ont été stoppées. »

Malgré toutes les périodes d'atermoiements et d'incertitudes, voilà que le mauvais sort vient d'être conjuré. La Guinée, le Liberia et la Sierra-Leone peuvent souffler un grand coup, eux qui ont terriblement souffert de mal pernicieux. Mais que de chemins parcourus pour qu'on en arrive à cette excellente nouvelle dans une région ouest-africaine quasiment décimée par cette maladie.

Selon l'OMS, le premier cas reconnu d'infection à virus Ebola a été recensé à Méliandou (préfecture de Guéckédou) au sud-est de la Guinée, au carrefour des frontières libérienne et sierra-léonaise. En effet, un petit garçon de deux ans y avait perdu la vie le 28 décembre 2013. A compter de cette date, la maladie s'est propagée à la vitesse de l'éclair. Le Nigeria, le Mali, le Sénégal sont aussi touchés par l'épidémie. C'est alors la première fois que ce virus, sans traitement connu, entraîne une contamination à l'échelle sous-régionale. Malgré l'éradication de l'épidémie, l'organisation prévient que « le travail n’est pas terminé ».

Notons que l'OMS avait été mis au banc des accusés pour avoir déclaré tardivement l'épidémie, en août 2014, soit huit mois après la découverte du premier cas. Environ 28 000 cas ont été recensés pour au moins 11 315 personnes décédées dans l'espace CEDEAO.



Articles les plus lus