Côte d'Ivoire : Alassane Ouattara met fin au débat "je n'enverrai plus personne à la CPI"

Alassane Ouattara était en visite de travail et d'amitié en France. Lors de son séjour sur les bords de la Seine, le chef de l'Etat ivoirien a eu un tête-à-tête dans la soirée du jeudi 4 février avec son homologue français, François Hollande. Le locataire du palais présidentiel d'Abidjan a affiché sa volonté de ne plus transférer l'un de ses compatriotes à la CPI, selon Rfi.

Alassane Ouattara veut faire confiance à la justice ivoirienne.

Alassane Ouattara a eu une entrevue d'une heure avec François Hollande. La rencontre a eu lieu à l'Elysée ce jeudi. Après les déclarations du Bureau de la Procureure, Fatou Bensouda qui a tenu à rassurer les pro-Gbagbo sur le fait que son équipe travaille en toute impartialité en annonçant que les pro-Ouattara seront également auditionnés, le Président ivoirien n'a pas voulu faire dans la dentelle et a coupé court.

M. Ouattara a indiqué que : « La CPI a joué le rôle qu’il fallait. Maintenant nous avons une justice qui est opérationnelle et qui a commencé à juger tout le monde. Et je n'enverrai plus d'Ivoiriens à la CPI puisque nous avons maintenant la capacité de les juger. »

Une telle décision implique de facto que les anciens chefs rebelles tels que Guillaume Soro et les ex-Com'zones (élevés depuis lors au grade de Lieutenant-colonel au sein des Forces Républicaines de Côte d'Ivoire) dont les têtes sont réclamées par bon nombre d'observateurs ne comparaîtront pas devant la Cour Pénale Internationale (CPI).

Rappelons que l'ex-Président de la République de Côte d'Ivoire, Laurent Gbagbo, et Charles Blé Goudé avaient été arrêtés à l'issue de la crise post-électorale ivoirienne, puis transférés devant la CPI où leur procès s'est ouvert depuis le 28 janvier2016.