Burkina : la Banque mondiale décaisse 100 millions de dollars pour électrifier le pays

Par Gary SLM
Publié le 10 février 2016 à 16:01 | mis à jour le 10 février 2016 à 16:01

La Banque mondiale a fait connaître son ambition de construire une centrale thermique avec une puissance de 50 mégawatts au Burkina Faso. C'est le vice-président de l'institution chargé de l'Afrique, Makhtar Diop qui a fait cette annonce le 10 février, nous rapporte Jeune Afrique.

La Banque mondiale veut mettre fin au délestage.

La Banque mondiale souhaite ouvrir ses vannes en faveur du Burkina. La visite de travail effectuée par Makhtar Diop, les 8, 9 et 10 février, montre bien cette volonté de l'institution financière de passer à une autre étape dans sa coopération avec les autorités burkinabè. Ce haut responsable de la finance mondiale a confié que : « Nous pensons allouer une enveloppe de 80 à 100 millions de dollars pour aider les autorités du pays à faire face au déficit énergétique.Pour nous, l’énergie constitue un obstacle à la croissance du pays. Si on améliore la gouvernance de la Sonabel (la Société nationale d’électricité du Burkina), cela créera les conditions pour attirer les investisseurs. »

Makhtar Diop a profité de son séjour ouagalais pour poser son doigt sur le noeud gordien du retard du Burkina Faso. Ainsi, cet important investissement des bailleurs permettra donc de construire une centrale thermique de 50 mégawatts. Ce qui va contribuer à réduire fortement le déficit énergétique qui est évalué actuellement à 140 mégawatts. Les problèmes de délestage et autre baisse de tension vont bientôt se conjuguer au passé, même si la date de la mise en oeuvre du projet n'est pas encore définie.


Il faut noter que la Banque mondiale est engagée dans plusieurs projets au Faso. Elle entend donc s'attaquer aux problèmes de base que sont la modernisation de l’agriculture, l’accès à l’eau et à la santé ainsi que l’enseignement supérieur. La récente nomination de Cheick Fantamady Kanté au poste de représentant résident du groupe contribuera fortement à remettre le pays dirigé par Roch Kaboré sur les rails du développement.



Facebook
Twitter
email
Whatsapp