A Ndjamena, le G5 Sahel s'inquiète (encore) de la montée en puissance du terrorisme

Par Gary SLM
Publié le 04 mars 2016 à 09:20 | mis à jour le 04 mars 2016 à 09:20

Le G5 Sahel multiplie les rencontres non seulement entre les chefs d’Etat mais aussi encourage les différents chefs d’État-majors des armées des pays concernés à réfléchir ensemble sur la question du la lutte contre le terrorisme. Les pays membres de cette organisation veulent faire bouger les lignes. Après la tenue du deuxième Comité de défense et de sécurité du G5 Sahel, Ndjamena abritera ce vendredi un Conseil des ministres de la Défense, apprend-on de Rfi.

Le G5 Sahel mobilise ses troupes.

Le G5 Sahel recherche des stratégies efficientes et efficaces pour réduire à néant les groupes terroristes qui opèrent au Sahel. La Mauritanie, le Mali, le Burkina Faso, le Niger et le Tchad se retrouveront ce vendredi 4 mars pour faire l'état des lieux de la situation sécuritaire dans la zone sahélienne et institutionnaliser davantage leur coopération en renforçant davantage les moyens de lutte contre le terrorisme.

Mais face à la malice et à la dextérité des nombreux groupes terroristes qui opèrent dans la région, les sécurocrates ont décidé d'un commun accord de la mise en place prochaine d'un organisme de protection hypersécurisé dénommé le Centre sahélien d’analyse des menaces et d’alerte précoce qui fera office de direction régionale des renseignements généraux. Estimé à 7 millions d'euros, ce projet sera entièrement par l'Union européenne.


Le Secrétaire permanent du G5 Sahel, Najim El Hadj Mohamed reste très optimiste à propos de la concrétisation de tous ces projets : « Je pense que l’on pourra s’entendre sur des projets alliant sécurité et développement, des routes par exemple. C’est bien là l’esprit du G5




Articles les plus lus