Procès à la CPI : entre balbutiements et peur, Sam l'Africain avoue "Gbagbo est un père pour moi"

Par Gary SLM
Publié le 07 mars 2016 à 17:02 | mis à jour le 07 mars 2016 à 17:02

Sam l'Africain est le cinquième témoin appelé à la barre par la Cour Pénale Internationale. Rouvert ce matin après deux semaines d'interruption, le procès de l'ex-chef de l'État ivoirien, Laurent Gbagbo a pris une autre tournure depuis la divulgation des noms des témoins par mégarde. Présenté comme un témoin à charge, cet Ivoiro-Libanais a parlé à visage découvert et rendu un témoignage qui encense plutôt le fondateur du FPI.

Sam l'Africain fait tourner le parquet en bourrique.

Sam l'Africain a décidé de témoigner ouvertement. Ce qui est contraire aux règles en vigueur à la CPI qui prône l'anonymat pour ce type d'exercice en vue d'assurer la sécurité de toutes les personnes qui défileront devant la Cour. Face à ses interlocuteurs, le président de la Nouvelle Alliance de Côte d’Ivoire pour la Patrie (NACIP) ne respirait pas vraiment la confiance, peut-être intimidé par l'enjeu du procès.

Contacté par la procureur de la CPI, Fatou Bensouda, pour attester de la véracité du fait que « que pour se maintenir à tout prix au pouvoir, Laurent Gbagbo a planifié et ordonné une série d’attaques meurtrières, menées par une organisation composée de forces de sécurité, milices, mercenaires et mouvements de jeunes », Sam l'Africain a plutôt "mal joué le coup". Alors qu'on s'attendait à ce qu'il enfonce son ancien mentor, il a évoqué la relation qui le lie à l'ancien président ivoirien : "Gbagbo est un père pour moi."