Côte d'Ivoire : attaque de Grand-Bassam, Hamed Bakayoko identifie le cerveau grâce au FBI

Par Gary SLM
Publié le 23 mars 2016 à 09:06 | mis à jour le 23 mars 2016 à 09:06

Hamed Bakayoko était face à la presse nationale et internationale pour faire le point de l'enquête menée par ses services après l'attaque terroriste de Grand-Bassam. Mardi 22 mars, accompagné du procureur de la République, Richard Adou, le ministre d'État, ministre de l'Intérieur et de la Sécurité a révélé le nom de la cheville ouvrière de cet attentat, apprend-on de Jeune Afrique. Il se nomme Kounta Dallah.

Hamed Bakayoko et le parquet s'accordent sur la démarche à suivre.

Hamed Bakayoko avait annoncé via un communiqué signé de ses services qu'il animera une conférence de presse : « Cette conférence de presse se tiendra, conjointement avec le Procureur de la République, le mardi 22 mars 2016 à 15 heures, à la Salle Félix Houphouët Boigny de l’Hôtel du district autonome d’Abidjan, relativement à l’attaque terroriste survenue le dimanche 13 mars 2016 à Grand-Bassam. »

Le sécurocrate ivoirien a répondu présent à ce rendez-vous tant attendu. Il a déclaré d'entrée de jeu : « Nous avons déjoué plusieurs attentats. Nous nous savions la cible des terroristes depuis 2012. »

Le premier responsable de la sécurité du territoire ivoirien a pris le soin de porter à la connaissance de l'opinion publique que l'entrée en Côte d'Ivoire soit autorisée seulement à tout individu qui détiendrait un passeport biométrique ou carte d’identité sécurisée. Cette mesure met en veilleuse l'intégration régionale, car les pays membres de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest sont également concernés.

À sa suite, Richard Adou a, au nom du parquet, confié que : « Nous avons interpelé 15 personnes suspectes en lien direct ou indirect avec les attentats. Nous avons identifié le cerveau de l’attaque qui répond au nom de Kounta Dallah et qui est activement recherché. »


Notons que cette découverte a été faite grâce à l'appui du Bureau fédéral d’investigation (FBI). Dépêchée sur les lieux après le drame, la police fédérale américaine a procédé à l'analyse de la scène de crime.