Côte d'Ivoire : Présidentielle 2010, comme un aveu de tricherie du camp Ouattara

Par Gary SLM
Publié le 30 mars 2016 à 13:21 | mis à jour le 30 mars 2016 à 13:21

ADO (Alassane Dramane Ouattara) n'était pas du voyage de Ferkéssédougou le samedi 26 mars dernier. Le chef de l'État ivoirien depuis la présidentielle 2010 et président du RDR a mandaté le ministre Mamadou Sangafowa Coulibaly, un cadre du parti (la formation politique au pouvoir), en vue d'aller à la rencontre des militants. Une fois sur les lieux, l'envoyé du leader du Rassemblement des Républicains a rendu un hommage à Guillaume Soro, peut-on lire sur guillaumesoro.ci.

L'envoyé ADO en dit un peu trop.

ADO a demandé au ministre de l'Agriculture, Mamadou Sangafowa Coulibaly de traduire en son nom sa profonde gratitude à l'endroit du président de l'Assemblée nationale ivoirienne, Guillaume Soro. En voyage à Ferkéssédougou (la ville d'origine du chef du Parlement de Côte d'Ivoire), l'envoyé du chef de l'exécutif ivoirien n'a pas boudé son plaisir : "Guillaume SORO et les ex-Forces nouvelles ont une dette de reconnaissance sur le RHDP."

Le ministre Coulibaly a fait de graves révélations sur ses rencontres avec le chef des parlementaires ivoiriens avant la chute de Laurent Gbagbo à la suite de l'élection présidentielle de 2010. Devant le parterre d'invités présents à cette cérémonie d'hommage, le représentant d'Alassane Ouattara est passé aux aveux. Alors que le processus de paix devait déboucher sur des élections de sortie de crise, c'est Soro qui était chargé de le mener à bien.


À cette époque cruciale de l'histoire de la Côte d'Ivoire, s'adressant à Guillaume Soro, Premier ministre au moment des faits, il reconnait lui avoir dit : « De toi à moi, il faut prier pour que le vainqueur de ces élections soit Alassane Ouattara. Parce qu’aussi démocratiques que soient ces élections, si le vainqueur ne sort pas du RHDP, on pourra te soupçonner d'avoir été de connivence avec le régime en place. Il a été heureux que le vainqueur soit du RHDP.»