Affaire écoute téléphonique : Guillaume Soro blanchi par une nouvelle expertise

Par Gary SLM
Publié le 29 avril 2016 à 13:57 | mis à jour le 29 avril 2016 à 13:57

Guillaume Soro sort peu à peu la tête de l'eau. L'affaire de l'écoute téléphonique entre lui et Djibrill Bassolé qui alimentait la polémique, aussi bien en Côte d'Ivoire qu'au pays des hommes intègres, est en train de connaitre un autre revirement. C'est qu'une nouvelle expertise remise à la justice burkinabè vient remettre en cause l'authenticité de cet enregistrement, apprend-on de l'AFP.

Guillaume Soro et Djibrill Bassolé hors de tout soupçon ?

Guillaume Soro qui prenait l'eau de toute part, il y a quelque temps, est en train de retomber sur ses pieds. Après l'annulation du mandat d'arrêt international lancé par la justice militaire burkinabè, voilà qu'une autre bonne nouvelle point à l'horizon pour le président de l'Assemblée nationale ivoirienne. Une expertise demandée par Me William Bourdon est formelle : « L'enregistrement fourni ne peut être présenté comme étant un enregistrement intègre. » À en croire ce rapport d'expert, cet enregistrement serait le fruit d'un « montage » réalisé à partir de plusieurs conversations téléphoniques entre les deux hommes.

Selon Me Bourdon : « Depuis le départ, cette retranscription est la preuve cardinale sur laquelle s'appuie le Burkina dans ses accusations contre mon client. » Puis il ajoute « Elle n'a aucune valeur juridique, car tout laisse à penser que c'est une écoute clandestine, mais il est désormais établi qu'elle n'est pas authentique. »

Et pourtant, plusieurs observateurs avant lui, dont l'ancien premier ministre de la transition, Isaac Zida, avaient soutenu que l'écoute téléphonique supposée entre Soro et Bassolé ne souffrait d'aucune ambigüité. Ainsi, comme un pavé dans la marre, l'avocat français de Djibrill Bassolé vient ainsi relancer le sempiternel débat sur cette affaire qui a pourtant défrayé la chronique et envenimé les relations entre ces deux pays voisins.


Notons que cette bribe de conversation dont il est question intervient lors du putsch manqué en septembre 2015 au Faso où les deux interlocuteurs planifiaient des stratégies pour réussir le coup d'État sur les autorités de la Transition.