Nigeria : à Maiduguri, Boko Haram souffle tout sur son passage

Boko Haram vient de faire tonner la poudre dans son fief de Maiduguri. En effet, une forte déflagration s'est fait entendre à la mi-journée devant un bâtiment officiel, faisant au moins deux morts et plusieurs blessés. C'est actuellement la confusion et la consternation dans cette localité de l'État de Borno, apprend-on de Rfi.

Boko Haram poursuit son ballet macabre et fait deux morts

La population de Maiduguri n'est visiblement pas au bout de ses peines avec la secte islamiste Boko Haram qui a décidé d'y élire domicile. Un autre attentat à la bombe perpétré ce jeudi 12 mai aux alentours de 12h00 (11h00 GMT) a fini par convaincre cette population meurtrie du nord-est du Nigeria qu'elle est loin d'être sortie de l'ornière. Il ressort des faits que l'engin explosif se trouvait dans un triporteur et, une fois aux abords du siège du gouvernement régional, les terroristes ont actionné leur charge, faisant plusieurs victimes. Ainsi que le confirme une source médicale, sous couvert de l'anonymat : « Nous avons reçu deux morts et 24 blessés. »

Cette énième attaque attribuée aux hommes d'Abubakar Shekau vient, une fois de plus, interpeler le général Muhammadu Buhari qui avait fait de la lutte contre cette hydre son cheval de bataille dès son accession au pouvoir d'État en mars 2015. Mais depuis plus d'un an, c'est le statu quo sur le terrain. Le président nigérian semble impuissant face à ces terroristes qui continuent de dicter leur loi dans tous les pays du bassin du lac Tchad.

La Force mixte multinationale (FMM) mise sur pied pour les combattre produit des résultats certes, mais l'État islamique en Afrique de l'ouest continue sa danse macabre, et ce, au détriment de la population civile. Une nouvelle technique d'approche s'impose donc afin de bouter, une fois pour toute, cette sangsue hors de la première puissance économique africaine.