Côte d'Ivoire : M. Anaky Kobenan se prononce sur « la nouvelle constitution »

Par Gary SLM
Publié le 16 juin 2016 à 09:38 | mis à jour le 16 juin 2016 à 09:38

M. Anaky Kobenan est le président du Mouvement des Forces d'Avenir (MFA), un parti politique en Côte d'Ivoire. Il juge inopportun ce débat précoce d'une nouvelle constitution dont le régime d'Alassane Dramane Ouattara veut doter aux forceps la Côte d'Ivoire avant fin 2016. Pour M. Anaky Kobenan, l'heure de la 3è République n'a pas encore sonné.

« La nouvelle constitution » M. Anaky Kobenan ramène le régime d'Abidjan à l'ordre

M. Anaky Kobenan, président du MFA, s'est prononcé sur le projet de M. Ouattara de doter les Ivoiriens d'une "nouvelle constitution" à tout prix. Selon lui, l'atmosphère politique ivoirienne est encore délétère pour envisager une chose aussi "sérieuse" que l'élaboration d'une nouvelle Loi fondamentale. Il invite chacun à s' interroger : « Est-ce que la Côte d’Ivoire de mi 2016, qui, cinq année après sa triste et lourde crise post -électorale, a encore des dizaines de milliers de ses ressortissants encore en exil, soit parce qu’ils craignent d’être arrêtés en revenant au pays, soit parce que leurs villages ou exploitations agricoles sont occupés par des personnes qui refuseront de les leur rendre, une telle Côte d’Ivoire offre telle un cadre propice à de tels échanges ? » ; « Est-ce que la Côte d’Ivoire de mi 2016, où, en dépit des dénégations au plus haut niveau, il est patent que près de 200 personnes sont en prison du fait de leur bord politique, est un cadre qui se prête à un échange libre, franc, convivial et non contraint ? » ; «Est-ce que le Président Ouattara, le Premier Ministre Ahoussou Jeannot, les Ministre d’Etat Amadou Gon et Hamed Bakayoko peuvent affirmer que l’aréopage de leaders de l’opposition politique avec lequel ils ont échangé et fait la photo de famille le 07 juin 2016 est vraiment représentatif de la Côte d’Ivoire politique d’en face ? »

Pour M. Anaky Kobenan, l'homme normal ne saurait se voiler la face sur ces réalités sans faire preuve d'humilité et de courage pour aller d'abord à la résolution de la crise survenue depuis 2006 dans le pays que de se comporter comme une tribu assiégée qui veut faire vite pour on ne sait quoi fuir... M. Anaky Kobenan ne veut pas d'une Constitution "imposée" en 1 ou 2 mois, sans "assemblée constituante", avec "l'habillage" d"'un prétendu Référendum déjà vicié de l'intérieur.


« Que l’on se contente de retenir qu’en démocratie, les successions se règlent par les voies de la démocratie. L’heure de la nouvelle Constitution, celle de la Troisième République n’a pas encore sonné», conclu Anaky Kobenan.






Articles les plus lus