Gabon : le candidat Jean Ping convoqué au tribunal de Libreville

Par Gary SLM
Publié le 23 June 2016 à 11:21 | mis à jour le 23 June 2016 à 11:21

Jean Ping a en ce moment maille à partir avec la justice gabonaise. Accusé d'«incitation à la haine», le candidat déclaré à la prochaine présidentielle a été convoqué, une fois de plus, au tribunal de Libreville, apprend-on de BBC.

Jean Ping vs Ali Bongo, le tribunal s'en mêle

L'opposant Jean Ping a été sommé par Steeve Ndong Essame Ndong, procureur de la République, de comparaitre au tribunal de Libreville, afin de répondre de l'accusation d'«incitation à la haine». Ainsi que le confirme le chef du parquet gabonais : «Le parquet met en demeure M. Jean Ping à comparaître comme prévenu à la prochaine audience

En effet, il est fait grief au candidat déclaré à la présidentielle d'août 2016 d'avoir proféré des injures publiques et de la diffamation à l'encontre du chef d'État gabonais, Ali Bongo Ondimba. Mais l'ancien président de la commission de l’Union Africaine (28 avril 2008 – 15 octobre 2012) n'a nullement répondu aux convocations à lui adressées les 2 et 16 juin derniers. Face à cette attitude de l'opposant, le procureur s'est donc voulu menaçant à son égard : «Nul n’est au-dessus de la loi, et force reste à celle-ci.»

Notons que ce diplomate et homme politique gabonais a annoncé sa rupture avec le Parti Démocratique Gabonais (PDG) le 1er février 2014 et en a démissionné le 19 février 2014. Depuis cette date, il a créé sa structure, le Front Uni de l'Opposition Pour l'Alternance (FUOPA) et est entré en conflit ouvert avec le Président Ali Bongo. Le 25 août 2015, lors d'un meeting politique dans la ville d'Oyem, il a déclaré se porter officiellement candidat à la présidentielle de 2016. Ses démêlés judiciaires pourraient-ils le freiner dans ses ambitions présidentielles ?




Afficher les commentaires
Articles les plus lus