Côte d'Ivoire : Ibrahima Diaby, le tout puissant maître du pétrole ivoirien

Par Gary SLM
Publié le 08 juillet 2016 à 17:42 | mis à jour le 08 juillet 2016 à 17:42

Ibrahima Diaby semble régner en maître absolu sur l'exploitation des hydrocarbures en Eburnie. Le directeur de Pétroci n'hésite donc pas à se choisir ses interlocuteurs privilégiés afin de leur donner des contrats d'exploitation. Africaintelligence lève un coin de voile sur les micmacs pétroliers en Côte d'Ivoire.

Ibrahima Diaby affole les exploitants sur le bloc CI-531

Ibrahima Diaby entend faire du bloc offshore CI-531, un véritable eldorado pour les compagnies pétrolières. En effet, ce scandale géologique aux réserves quasiment infinies attise actuellement tous les assoiffés d'hydrocarbures. Ainsi, à la société britannique Quest Energy du Togolais Paul Agboati qui a obtenu un accord d'exploration, le directeur de la société nationale d'opérations pétrolières de Côte d'Ivoire (Pétroci) a décidé d'adjoindre d'autres partenaires en vue de développer ce bloc. Mais pour la formation de ce consortium, Ibrahima Diaby serait aussi bien en amont qu'en aval du processus.

En dépit de la recommandation du gouvernement ivoirien, les Chinois de CNOOC n'ont pu se frayer un chemin. Par contre, la société canadienne CNR est en passe d'intégrer ce consortium. L'homme d'affaires togolais de Quest Energy aurait déjà trouvé un accord sur le programme de travail, et sur le montant de son bonus de signature avec le ministère. À la demande de Diaby, toutes ces sociétés devront opérer au CI-531 et signer un contrat de partage de production.

La société Quest Energy apparait donc comme une super privilégiée eu égard à ses facilités d'accès au ministère de l'Énergie. Les blocs offshore CI-521 et CI-522, à la frontière du Ghana, lui ont été également octroyés. Serait-ce pour son expertise en matière d'exploitation d'hydrocarbure ? Ou plutôt grâce à des rétrocommissions, le plus souvent non déclarées, qu'elle profite de tous ces grands marchés ?


Quoi qu'il en soit, l'exploitation pétrolière sous les tropiques, est souvent entourée d'une certaine opacité. Le peuple croupit sous le poids de la paupérisation, espérant jouir un jour de quelques dividendes. Mais en attendant, des comptes offshores, dont le montant n'envierait en rien le budget de certains pays, continuent d'être alimentés.




Articles les plus lus