Mali : majorité présidentielle, Aliou Diallo et IBK à couteaux tirés

Aliou Diallo et IBK ne sont plus en odeur de sainteté. Après avoir conquis le pouvoir d'Etat dans une coalition, voilà que l'homme d'affaires décide de sauter du navire présidentiel. Même si les partisans du chef de l'Etat tentent d'en minimiser les effets, ce divorce politique semble chargé de conséquences. Jeune Afrique lève un coin de voile sur ces relations tumultueuses à venir.

Aliou Diallo, un divorce retentissant d'avec IBK

Aliou Diallo, le président de l'Alliance démocratique pour la paix (ADP-Maliba) s'est retiré avec son parti de la majorité présidentielle. Cette décision semble avoir été longuement murie par les partisans du Franco-Malien. Ainsi que le confirme le secrétaire politique national, Cheick Oumar Diallo : « Je vous annonce la suspension de l’ADP-Maliba de sa participation à la majorité présidentielle malienne. » Avant de préciser : « Nous avons pris cette décision (...) à cause du non-respect des promesses de campagne du président. Ibrahim Boubacar Keïta avait promis l’instauration d’un système fondé sur le mérite et la compétence. Mais le slogan "le Mali d’abord" est devenu celui de "la famille d’abord". »

Mais sans se laisser démonter par cette volte-face, le chargé de communication du Rassemblement pour le Mali (RPM), Boubacar Touré, a tenu à relativiser les choses : « Nous respectons leurs décisions. Aucune soustraction n’est souhaitée et la majorité se réorganisera par rapport à ceux qui sont dedans. » Puis il ajoute : « L’heure n’est pas au bilan tant qu’on n’arrive pas au bout du mandat présidentiel. »

Les dés sont jetés et les prochaines élections maliennes semblent déjà cristalliser les esprits. Après avoir permis à Ibrahim Boubacar Kéita d'accéder à la Magistrature suprême, voilà que le patron de la société Wassoul’Or se désolidarise de lui. Ses quatre députés ont également quitté le groupe parlementaire proche du pouvoir. La présidentielle de 2018 s'annonce donc très électrique et les potentiels candidats affûtent déjà leurs armes.