Guinée : Dalein Diallo et Alpha Condé s'empoignent... dans la rue

Cellou Dalein Diallo et Alpha Condé sont loin de s'accorder sur la marche de la Guinée. C'est que l'opposant et le chef de l'État ne manquent aucune occasion pour s'affronter. Une manifestation de l'opposition organisée pour fustiger la gouvernance Condé, ce mardi, a donc été brutalement réprimée par la police. On dénombre un mort, plusieurs blessées et des interpellations.

Dalein Diallo et Alpha Condé, le bras de fer continue

Dalein Diallo et certains ténors de l'opposition, dont Faya Millimono et Koly Kourouma ont organisé, hier, une manifestation de contestation. À travers cette descente massive dans la rue, les leaders de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), du Bloc libéral (BL) et de Génération pour la réconciliation, l’unité et la prospérité (GRUP) entendaient dénoncer les travers du locataire de Sékhoutouréyah. Ainsi, on pouvait entendre et l'on pouvait lire des propos hostiles au régime guinéen : « Alpha démission ! Alpha incapable ! Alpha ça suffit ! Alpha tu ne peux pas ! Les étudiants chôment, nous voulons du travail. » Ou encore : « Mort à la dictature! Non à la stigmatisation! A bas l’ethnocentrisme! Vive la démocratie! »

Mais une intervention musclée de la police est venue mettre le stade du 28 septembre sens dessus-dessous. « Deux cas de blessures graves par balles, dont un mortel, ont été enregistrés », selon Abdoul Kabélè Camara, ministre de la Sécurité. Une douzaine de personnes ont également été blessées et plusieurs autres interpellées. Cette vive tension entre pouvoir et opposition met ainsi en lumière la profonde dissension existant au sein de la classe politique guinéenne. De même, la fermeture des miniers Rio Tinto et Vale par le gouvernement a été qualifiée « d'incohérence et de maladresse ». Car cette cessation d'activités pour ces grands pourvoyeurs d'emploi aurait causé le chômage de milliers de jeunes.

L'inflation galopante, la lutte contre l’insalubrité, le chômage des jeunes, l’insécurité étaient, entre autres, les griefs des opposants. Mais le pouvoir qui n'entend pas cela de cette oreille a donné « des consignes strictes » pour contrer cette manifestation. Le large fossé qui sépare pouvoir et opposition depuis la réélection contestée d'Alpha Condé va s'aggrandissant. Ce qui inquiète davantage les Guinéens.