Affaire Mamadi Diané : Mme Nassénéba Touré Diané remet les pendules à l'heure

Par Gary SLM
Publié le 05 septembre 2016 à 14:28 | mis à jour le 05 septembre 2016 à 14:28

Mme Nassénéba Touré Diané a tenu à faire la lumière sur des propos tendancieux qui lui auraient été prêtés. Selon des indiscrétions, Mme Diané aurait justifié l'immixtion de son époux au Gabon par la mise en oeuvre d'instructions reçues. Archifaux, rétorque la Maire d'Odienné en réaction aux propos du genre : « Mon mari ne peut pas prendre une telle initiative de lui-même. »

Mme Nassénéba Touré Diané se défend d'avoir accusé Ouattara

Mme Nassénéba Touré Diané est très remontée contre des internautes. En effet, ces derniers l'accusent d'avoir indexé l'Exécutif ivoirien dans l'implication de son époux dans la crise gabonaise. Ainsi, a-t-elle tenu à éclairer les lanternes via son service de communication : «En tant qu’élue locale et dépendant de l’Exécutif, Mme Nassénéba Touré Diané ne saurait en aucun cas se prononcer sur une affaire qui est du ressort de l’Exécutif. » Avant d'ajouter : «Nous portons à votre connaissance que Mme Nassénéba Touré Diané n’a ni accordé d’entretien à un quelconque Média ni tenu ces propos qui sont vraisemblablement le fait de personnes mal intentionnées. Par conséquent, elle ne se reconnait pas dans ces propos relayés sur le site qui les auraient eus d’une source. »

Cette mise au point était d'autant plus opportune que le limogeage de Mamadi Diané continue d'éveiller des curiosités en Eburnie. Comment un simple conseiller spécial, fût-il du président, peut-il prendre la responsabilité d'interférer dans les affaires internes d'un autre État? N'était-il pas, en réalité, en mission pour un mandant qui avait décidé de se terrer dans l'ombre pour agir? Quoi qu'il en soit, le démenti du premier magistrat de la commune d’Odienné n'apporte en rien des éclairages au sujet.

Notons que des écoutes téléphoniques font état d'un coup de fil de Diané au candidat malheureux Jean Ping. Il ressort des conversations que les deux interlocuteurs préparaient un plan de déstabilisation du Gabon après l'élection présidentielle. Alassane Ouattara a donc limogé son conseiller spécial pour « ingérence dans le processus électoral de la République sœur du Gabon. » Tout compte fait, le mystère demeure entier.



Les commentaires
Prochainement disponible...