Côte d'Ivoire : Simone Gbagbo vivement menacée en plein procès

Par Gary SLM
Publié le 11 octobre 2016 à 09:44 | mis à jour le 11 octobre 2016 à 09:44

Le procès de la Première Dame Simone Gbagbo a repris hier lundi après deux mois de vacances judiciaires observés par les juges. Au cours des assises, l'un des témoins a menacé d'assassiner Mme Simone Gbagbo et s'est dit auteur de plusieurs crimes perpétrés à Abobo.

Simone Gbagbo reçoit en plein procès une menace de mort

Simone Gbagbo était présente hier lundi à son procès visiblement très rongée par la maladie. Parmi les trois témoins qui se sont présentés à la barre, l'un d'eux qui répond au nom de Diallo Souleymane a confessé avoir tué beaucoup d'hommes à Abobo et fera autant sur la personne de Simone Gbagbo : «Toutes les personnes qui ont tenté de m’inquiéter ont toutes été tuées de mes mains, » a déclaré sans état d’âme, ce témoin, tout en poursuivant que si s’était à reprendre, il tuerait Simone Gbagbo.

En quoi Simone Gbagbo l'inquiétait-il ici? Ou bien traduit-il en sa personne la volonté de ceux qui ont tué des milliers d'Ivoiriens et qui regrettent de n'avoir pas profité pour assassiner la Première Dame? Veulent-ils reprendre par des événements alibis ces tueries pour ôter la vie à Simone Gbagbo coûte que coûte? Autant de questions qui parviennent à l'intelligence tant les juges l'écoutaient sans qu'il ne soit interpellé sur la déontologie à l'oeuvre lors des procès des autorités de premier rang.

Le juge Boiqui Kouadjo semblait se plaire à l'entendre dire qu'il a commis des meurtres. Comme un malade mental, le juge cité ne pouvait pas le calmer ni le contrôler quand il parlait avec frénésie de ces tueries.


Dans l'ensemble, les témoins accusaient la Première Dame d'avoir armé jeunes et femmes pour en découdre avec les militants du RHDP et surtout tous ceux qui portaient des "boubous", tenues traditionnelles que portent fréquemment les ressortissants du Nord, les Malinké, Dioula...