La tourmente se poursuit encore pour les soldats maliens qui ne savent plus à quel saint se vouer. Deux véhicules des FAMa a sauté, ce jeudi 13 octobre, sur des mines à N’Goma Coura dans la région de Ségou. Le lourd bilan est de 4 morts et de plusieurs blessés.

Les soldats maliens, la cible privilégiée des jihadistes ?

Il ne se passe plus de jour sans que les soldats maliens ne soient pris à partie par les terroristes. En effet, ce jeudi, une colonne de véhicules militaires a été prise à partie dans la localité de N’Goma Coura, entre Diabali et Nampala. Un camion-citerne et un véhicule de transport de troupes de ce convoi de ravitaillement qui ont sauté sur des mines ont été entièrement calcinés. Juste après la déflagration, des assaillants embusqués ont visé les infortunés par des tirs nourris de roquettes et d’armes automatiques. Le bilan de cette attaque savamment préparée fait état de quatre militaires tués sur le coup et sept autres blessés. Des renforts ont aussitôt été dépêchés sur les lieux pour sécuriser la région et donner la réplique à ces terroristes.

Cette énième embuscade vient accroitre la psychose au sein de la grande muette. Malgré toutes les stratégies mises en place par les autorités maliennes pour faire front à ces quidams, rien n’y fit. De même, le remplacement de Tiéman Hubert Coulibaly par Abdoulaye Idrissa Maïga au ministère de la Défense et des anciens Combattants n’a pas encore produit l’effet escompté. Car les attaques ciblant les Forces armées maliennes (FAMa) se multiplient, plus fatales les unes que les autres. Même si cette dernière attaque n’a pas encore été revendiquée, les regards sont pointés vers les groupes jihadistes du Nord-Mali. La précarité de la situation sécuritaire dans le septentrion malien a fini par saborder la vie communautaire des populations. Aussi, le président IBK, la Minusma et la force Barkhane sont-ils interpellés afin de trouver une solution définitive pour cette zone martyre.